Contre histoire

David Graeber : comment la violence a engendré la dette

L'anthropologue anarchiste et figure de proue du mouvement Occupy Wall Street, David Graeber, est mort le 2 septembre dernier. Socialter faisait paraître un mois plus tôt un dossier "Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la Dette" où figurait cet article consacré à ses travaux et son livre Dette. 5 000 ans d’histoire (Les Liens qui Libèrent, 2013). Cet ouvrage, qui s’est imposé comme une référence dès sa sortie en 2011, montre combien les dettes sont des constructions sociales inscrites dans des rapports de domination et ne doivent leur existence qu’à des rapports humains pervertis par la violence.

S’il y a un domaine où l’anthropologue David ­Graeber excelle, en dehors de ses mérites intellectuels, c’est bien dans cette faculté à saisir l’esprit du temps – et à en tirer des best-sellers. Son dernier coup d’éclat date de 2018 lorsque son livre Bullshit Jobs (Les liens qui libèrent) a définitivement popularisé l’expression pour qualifier ces « boulots à la con » inutiles socialement, qui remplissent les organigrammes des entreprises et les étages des tours de la Défense. Et cet exploit ­éditorial n’est pas le premier pour ce professeur à la London School of ­Economics (LSE). En 2011, il avait déjà tapé dans le mille en publiant Dette. 5 000 ans d’histoire (Les liens qui libèrent, 2013, pour la ­version française). Motivé par la crise des subprimes, l’ouvrage sortait alors en pleine crise de la dette publique grecque. Tombant à point nommé, l’imposant essai a immédiatement fait parler dans le monde entier – et dépassé, rien qu’aux États-Unis, les 100 000 exemplaires vendus.
Un chiffre d’autant plus impressionnant que l’ouvrage est particulièrement difficile d’accès, de par son épaisseur – il dépasse le demi-millier de pages –, sa densité – il touche à ­l’économie, l’histoire, la mythologie et l’anthropologie – et sa complexité – l’auteur y discute de nombreuses théories pour étayer sa thèse. Comment expliquer une telle popularité pour un livre que toutes les caractéristiques auraient dû condamner aux bibliothèques universitaires plutôt...
Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

* Accès à tout le site pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier