Grand reportage

Au Chili, une nouvelle constitution liquide l'héritage néolibéral

Émeutes de 2019 au Chili
Émeutes de 2019 au Chili Photogaphies : Marion Esnault

Depuis les émeutes de 2019, conséquence du mouvement de protestation contre l’augmentation du prix des transports publics qui a fait vaciller le gouvernement néolibéral de Sebastián Piñera, le Chili s’est engagé dans un processus constituant. Les 155 élus planchent depuis mai 2021 sur la rédaction de la nouvelle Constitution avec, en ligne de mire, trois combats : remettre les peuples autochtones et les femmes au centre de la délibération politique, inscrire dans ce texte fondamental l’urgence sociale et écologique et, enfin, enterrer définitivement l’héritage des années Pinochet.

Le 18 octobre 2021, Elisa Loncón, présidente autochtone de la Convention qui écrit la nouvelle Consti­tution chilienne, sonne la clochette pour que ses collègues prennent place dans l’hémicycle en bois orné. Coiffée de la couronne argentée traditionnelle du peuple mapuche, elle débute la séance d’une voix assurée : « Aujourd’hui, nous commençons une nouvelle étape dans le processus constitutionnel. Aujourd’hui, nous allons initier les débats sur les contenus de la nouvelle Constitution. » Deux ans jour pour jour après le premier acte d’une révolution sociale qui a secoué le pays pendant des semaines, l’Assemblée constituante marque le début d’une nouvelle étape dans le calendrier d’écriture de sa nouvelle Constitution. Trois mois après le début des travaux, dans l’ancien Congrès de Santiago (qui n’avait plus accueilli d’assemblée démocratique depuis la dictature d’Augusto Pinochet, arrivé au pouvoir en 1973), les 155 membres élus en mai 2021 votent le règlement interne, la composition des Commissions et les normes qui vont régir le travail des constituants. « Les premiers mois de travaux étaient essentiels : nous avons posé les bases fondamentales pour écrire la nouvelle Constitution. Maintenant que nous sommes organisés et en accord avec nos règles de fonctionnement, nous pouvons nous attaquer au fond », détaille Elisa Loncón.

C’est une première dans l’histoire nationale (et internationale). Cette Constitution...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier