Guyane

Décoloniser nos liens à la terre

Mobilisation de la jeunesse autochtone de Guyane contre le projet de méga-mine de la Montagne d’or, 2017.
Mobilisation de la jeunesse autochtone de Guyane contre le projet de méga-mine de la Montagne d’or, 2017.

La restitution de 400 000 hectares de terres aux peuples autochtones de Guyane pourrait ouvrir un horizon politique alternatif à celui porté par le récit moderniste du développement économique, en faisant valoir d’autres manières d’habiter la terre et de faire commun. Encore faudra-t-il parvenir à former de nouveaux fronts pour forcer la main de l’État français.

 Le 9 décembre 1984, Félix Tiouka, alors président de l’Association des Amérindiens de Guyane française (AAGF) et membre de la communauté Kali’na, prononçait un discours qui devait faire date. Il exigeait des autorités françaises la reconnaissance des droits des peuples amérindiens de Guyane, leur autonomie politique et la restitution de leurs terres. Mais ce n’est que trente-trois ans plus tard, au printemps 2017, que sera enfin prise la décision de rendre ces terres, au terme d’un conflit social sans précédent dans ce territoire d’outre-mer. 

Reportage issu de notre hors-série « Ces terres qui se défendent », disponible en kiosque et sur notre boutique.


Au départ, cette lutte, née de la jonction de différents mouvements guyanais, exprime surtout le « ras-le-bol » d’une population ultramarine délaissée par l’État, en revendiquant une amélioration de l’accès aux soins et à l’éducation, l’augmentation des salaires et une meilleure sécurité. À cette revendication d’une égalité réelle se sont ensuite ralliées diverses composantes de la société guyanaise pour former le Kolectif Pou-Lagwiyann Dékolé (KPLD,...

Cet article est réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 55 : DÉCEMBRE 2022-JANVIER 2023:
Bienvenue dans l'ère du rationnement
Lire le sommaire

Les derniers articles