Numéro 44

Numéro 44

Trop nombreux ?

Dans les milieux écologistes et de gauche, parler de surpopulation est généralement malvenu. Ce n’est pas un sujet, entend-on souvent, et faire ne serait-ce que l’effleurer crédibiliserait la prophétie xénophobe d’une grande invasion venue du tiers-monde pour nous ravir notre mode de vie occidental. Pour autant, doit-on balayer d’un revers de main toute réflexion démographique ? Dans ce nouveau numéro, Socialter explore les dynamiques démographiques actuelles, leur impact sur l’écologie et leur lien avec l’Anthropocène, tout en se défiant des réponses faciles et des lieux communs.

Version
Zone de livraison :
Frais de port :
Offert
6,50
6,50

L'ENTRETIEN FLEUVE

Bruno Latour « La révolution a déjà eu lieu : elle s’appelle l’Anthropocène ».

Bruno Latour est, dit-on, l’intellectuel français le plus influent dans le monde. La certitude est du moins que l’atypique carrière de ce philosophe, sociologue et anthropologue, en a fait la figure d’autorité de la pensée française en écologie. Quelque trois ans après Où atterrir ? (La Découverte, 2017), court ouvrage dans lequel il cartographiait les grands clivages politiques actuels, Bruno Latour revient avec Où suis-je ? (La Découverte, 2021), livre dans lequel il tente de tirer les leçons philosophiques de l’épreuve du confinement, et qui paraît simultanément avec un ouvrage collectif autour de son œuvre, Le Cri de Gaïa (La Découverte, 2021).

DOSSIER

Peut-on (enfin) parler de démographie ?

Tabou pour les uns, obsession pour d’autres, la question démographique ne laisse jamais indifférent. Alors que certains s’effraient d’une surpopulation mondiale, retour sur un débat passionnel qui, depuis deux siècles, a toujours été hanté par le spectre d’un homme, Thomas Malthus.

La démographie est un multiplicateur des problèmes écologiques. Entretien avec Jacques Véron

Un milliard en 1800, huit milliards en 2020... et quinze milliards en 2100 ? La hausse exponentielle de la population mondiale s’impose comme un sujet majeur pour notre siècle. Directeur de recherche émérite à l’Institut national d’études démographiques (Ined) et auteur entre autres de Faut-il avoir peur de la population mondiale ? (Le Seuil, 2020), Jacques Véron décrypte les enjeux démographiques actuels et éreinte au passage quelques stéréotypes tenaces.

Infographie : La population mondiale n’existe pas

7,5 milliards d’humains...Une donnée si écrasante qu’elle ferait presque oublier que la population mondiale est une pure invention statistique, aussi abstraite que réductrice.

Childfree par écologie

La surpopulation motive aujourd’hui l’un des actes militants les plus intimes : le fait de ne pas avoir d’enfant par engagement écologique. Une décision tantôt fondée sur une éthique individuelle, tantôt inspirée par un idéal collectif en vue de limiter la prédation de l’espèce humaine – voire militer pour son extinction.

La démographie après Laudato si’

L’encyclique Laudato Si’ a beau avoir fait office de « bombe » dans le monde chrétien, la démographie reste l’un des angles morts dans la réflexion écologiste au sein des milieux traditionnels.

Dénatalité : tous les moyens ne sont pas bons

Depuis les travaux de l’économiste anglais Thomas Malthus, de nombreux gouvernements ont mis en place des politiques plus ou moins autoritaires pour contrôler la croissance de leur population. Des tripatouillages démographiques à grande échelle qui ont, la plupart du temps, été la cause d’oppression, de souffrance et d’effets pervers.

Perspective 1 : En 2050, 10 milliards d’urbains

L’humanité devient de plus en plus citadine, avec des conséquences qui s’annoncent très ambivalentes. Car si la ville permet une optimisation des ressources et un accès à la culture, elle concentre aussi pollution, pauvreté, et engendre des modes de vie plus consommateurs.

Perspective 2 : 10 milliards de bouches à nourrir

Longtemps associée au spectre de la surpopulation, la crainte de la pénurie alimentaire a été balayée par les progrès agronomiques du siècle dernier. La question n’est plus de savoir s’il peut y avoir assez de nourriture pour 10 milliards d’humains, mais comment la distribuer à tous, tout en réduisant l’impact écologique de sa production.

Perspective 3 : 10 milliards de consommateurs

Quel niveau de vie matériel notre monde peut-il offrir de manière soutenable à 10 milliards d’humains ? Vraisemblablement pas celui de la classe aisée occidentale. Alors, retour au Moyen ge ou sobriété mesurée ?

Perspective 4 : 10 milliards d’hectares à libérer

Nouvelles infrastructures routières, développement de l’industrie, étalement urbain... l’espace anthropisé s’étend au détriment des espaces naturels et sauvages abritant la majeure partie de la biodiversité. En 2050, faudra-t-il rapatrier les humains en ville pour réensauvager le globe ?

AVANT-GARDE

Librairie : se mettre à la page coopérative

Malgré la concurrence d’Amazon et une rentabilité en berne, de nombreux libraires indépendants s’entêtent à réinventer leur métier. Dans le sillage d’une poignée de librairies coopératives pionnières, L’Établi des mots, à Rennes, explore la voie de l’entrepreneuriat collectif. Rencontre avec les bâtisseurs d’une petite utopie concrète, au cœur du quartier populaire du Blosne.

God save the Green

Outre-Manche, la première assemblée citoyenne britannique sur le climat – la Climate Assembly – s’est réunie à plusieurs reprises au cours de l’année 2020. Mandatée par le Parlement et non par le président comme en France, celle-ci n’a pas fait beaucoup parler d’elle malgré de nombreuses ressemblances avec la convention citoyenne pour le climat (CCC).

Salomé Berlioux : « Dans les campagnes, la crise sanitaire est une crise dans la crise »

Télétravail, fermeture de commerces, infrastructures et services dégradés, décrochage scolaire, manque de lieux de sociabilité... Et si, avec le confinement, la France des urbains avait découvert le quotidien de ses campagnes, qui affrontent toujours plus de fractures et de crises ? Pourtant, le « monde d’après » continue de s’écrire pour les villes. Dans l’ouvrage Nos campagnes suspendues (Éditions de l’Observatoire, 2020), Salomé Berlioux a recueilli les témoignages de jeunes ruraux pour qui l’horizon est depuis longtemps bouché.

Le roman noir des boues rouges

Depuis sa création en 1893, l’usine de production d’alumine de Gardanne a disséminé, à terre comme en mer, des millions de tonnes de boues chargées de métaux lourds. Cette pollution, autorisée par l’État et aujourd’hui visée par une instruction judiciaire, fait figure de cas d’école quant à la définition du délit d’écocide.

MACROSCOPE

Tesla : le bluff écologique

Après avoir produit ses voitures électriques aux États-Unis, Tesla souhaite désormais s’implanter en Europe en ouvrant une nouvelle « giga-usine » dont la marque a le secret. Si le constructeur s’obstine à jouer la carte écologique dans sa communication, sa stratégie et son modèle continuent de prouver le contraire.

Faut-il éditer le génome humain pour se débarrasser des virus ?

Aujourd’hui, des scientifiques créent des porcs génétiquement modifiés pour résister à un virus, à l’origine d’une maladie respiratoire souvent mortelle... qui fait s’envoler le cours de la viande aux États-Unis. La prouesse, rendue possible par l’outil Crispr-Cas9, laisse songeur : une telle technologie serait-elle efficace contre le coronavirus ? Cette piste de recherche est inutile et surtout très dangereuse, répondent les spécialistes.

Transformer nos forêts pour mieux les sauver ?

L’Office national des forêts (ONF) plante actuellement des espèces d’arbres méditerranéennes dans les forêts du Grand-Est pour les rendre plus résilientes face aux changements climatiques. Une expérimentation qui pose une question d’éthique environnementale fondamentale : doit-on modifier les écosystèmes naturels pour mieux les préserver ?

L'ART ET LA MATIÈRE

Héloïse Valet : Rêves textiles

Vieillotte, la laine ? Aux quatre coins de l’Hexagone, une nouvelle génération d’artisans réinvente le pull de grand-mère pour mieux résister à la fast fashion. Dans son atelier breton, Héloïse Valet tisse des fibres naturelles et locales pour des vêtements qui relient les corps aux alpages.

Droit au balcon

On y passe un coup de fil, on y interpelle un voisin, on y observe une manif. Longtemps privilège de l’élite, le balcon s’est démocratisé. Et s’il devenait un indispensable de l’habitat dense ? Au sein de l’agence l’Atelier du Lieu, l’architecte Colette Le Bourdonnec défend un « droit » à cette incongrue saillie du bâti.

La Sporothèque d’Anouck Durand-Gasselin

Spores, mycélium, carpophores*... L’artiste Anouck Durand-Gasselin travaille en collaboration avec un compagnon inattendu : le champignon. Rencontre dans son atelier-mycothèque à Malakoff, dans les Hauts-de-Seine.