Armateurs et monopole

Transport maritime : les krakens de la logistique

Le transport maritime, par lequel transite la majorité des marchandises, est un marché régenté par une poignée de compagnies surpuissantes qui y font la loi. Loin d’être confinée aux océans, leur influence déborde de plus en plus sur les chaînes logistiques mondiales, parfois main dans la main avec les États.

« Le ciel est la limite. Je ne vois pas pourquoi je m’arrêterais. »Auditionné au Sénat à l’été 2022, Rodolphe Saadé, le richissime PDG de CMA CGM (Compagnie maritime d’affrètement - Compagnie générale maritime) n’a pas dissimulé ses appétits. Il faut dire que tout réussit à l’armateur marseillais, numéro 3 mondial du porte-conteneurs, depuis la crise sanitaire. Hausse erratique de la demande, congestion des ports, pénurie de conteneurs : sous le choc de la pandémie, les prix du fret maritime ont été multipliés jusqu’à sept fois et les superprofits se sont accumulés, historiques. Les 23,4 milliards d’euros de bénéfice net empochés en 2022 par le groupe CMA CGM surpassent même la performance d’un TotalÉnergies et d’un LVMH. Il n’est pas le seul : à l’échelle du globe, les armateurs de porte-conteneurs auront cumulé un peu plus de 215 milliards de dollars de profits la même année.

Article issu de notre numéro 58 « L'empire logistique », en kiosque, librairie et sur notre boutique.


Sitôt les caisses renflouées, les plus grandes compagnies maritimes...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 3€/mois

S'abonner
NUMÉRO 63 : AVRIL -MAI 2024:
+4°, ça va chauffer !
Lire le sommaire

Les derniers articles