Hors-série L'écologie ou la mort

Le tueur invisible

La pollution de l’air causerait chaque année sept millions de morts prématurées dans le monde et d’innombrables maladies chroniques. Mais comment les victimes peuvent-elles s’organiser face à un tueur de masse invisible ? Enquête sur les effets sanitaires d’un empoisonnement systémique.

Au cœur de Delhi, la capitale indienne et l’une des villes les plus polluées au monde, un entrepreneur a ouvert un complexe de bureaux dont l’argument commercial tient à la qualité de son air. Les relevés des polluants présents dans les locaux, qui ont hébergé des salariés d’Amazon, de Microsoft ou de Shell, s’affichent sur le web. On y apprend que leur présence dans l’air est jusqu’à 26 fois moins importante que dans les rues suffocantes de la mégalopole, grâce à des filtres et à des plantes que le patron du lieu décrit dans une conférence TED visionnée près de quatre millions de fois. « Pollution free office building » (« bureaux garantis sans polluants »), « breathe fresh, work smart » (« respirez bien, travaillez mieux »)... Les slogans de l’immeuble de 4 600 m semblent tirés d’un canular ou d’une dystopie. Ils disent toute l’absurdité d’un monde où respirer un air sain pourrait un jour devenir un luxe.

Pour l’heure, la pollution atmosphérique est encore un phénomène total qu’il est vain d’espérer fuir : neuf personnes sur dix respirent un air contenant des niveaux élevés de polluants, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Composée de gaz et de particules, fruit de la société industrielle (transports, agriculture, combustions liées aux industries ou au chauffage, etc.), la pollution causerait chaque année sept millions...

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez-pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don
Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier