En réponse...

En réponse aux dévots de la croissance

Illustration : Beya Panicha

Confrontée à des attaques aussi incessantes qu’injustes, l’idée de décroissance peine à émerger dans le débat public. Quant à ceux qui s’en réclament, ils sont au mieux qualifiés de pisse-froid, au pire de dangereux extrémistes. Dans cette tribune, l’économiste Timothée Parrique, auteur d’une thèse sur le sujet (The Political Economy of Degrowth, 2019), rappelle les fondements démocratiques et égalitaires de la décroissance ainsi que le projet de société qu’elle porte : une économie plus juste, et donc plus heureuse.

Expliquer ce qu’est la décroissance est une tâche difficile. Non pas parce qu’il s’agirait là d’une idée particulièrement compliquée, mais parce que le concept est défiguré en permanence par une armée de commentateurs soit mal informés, soit mal intentionnés – et même, bien souvent, les deux. Apologie de la récession par-ci, appauvrissement général par-là, la controverse fait rage et les malentendus fusent, au grand dam des quelques spécialistes du sujet qui peinent, les rares fois où l’on pense à leur donner la parole, à répondre, rectifier et expliquer simplement ce qu’est (et surtout ce que n’est pas) la décroissance. La décroissance froisse et angoisse : c’est une « utopie dangereuse » (Bruno Le Maire), une « idée folle », un « discours alarmiste ». Ceux qui osent en parler énervent, et l’on n’hésite pas à qualifier ces « thuriféraires de la décroissance » d’« extrémistes verts », de satanés « doctrinaires opportunistes » colportant leurs « balivernes punitives » (Luc Ferry). Certains crient au « désastre vert » ou à « l’arnaque économique », quand d’autres s’opposent bec et ongles à ce qu’ils considèrent comme une « stratégie irresponsable », une logique « restrictive et contre-productive ». En un mot, une « misère » (Nicolas Bouzou). La décroissance, manifestement, peine à convaincre, et ce, pas uniquement dans les cercles les plus libéraux. Ainsi, les écomodernistes...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 48 - OCTOBRE NOVEMBRE 2021:
Idiocratie, comment la médiocrité nous gouverne
Lire le sommaire

Les derniers articles