Financeurs et dirigeants de l'ESS : Je t'aime moi non plus ?

Financeurs et dirigeants de l'ESS : Je t'aime moi non plus ?

« Les financeurs ne sont pas là quand on a vraiment besoin d'eux ! », disent les uns. « Il n'y a pas assez de bons projets à financer dans l'ESS ! », rétorquent les autres. Entrepreneurs solidaires et financeurs : voilà deux univers aux rationalités différentes, qui dialoguent encore mal ou trop peu. Pourtant, sans un rapprochement effectif entre ces mondes, le changement d'échelle de cette économie d'avenir restera limité.

Pour dépasser cette attitude du « Je t’aime moi non plus », nous sommes allés à la rencontre de plus de 50 acteurs, financeurs publics, banquiers, investisseurs privés, responsables de fondations mais aussi de dirigeants et entrepreneurs sociaux rompus à l’exercice de la levée de fonds, pour comprendre les logiques à l’œuvre, les pratiques et les attentes de chacun. Les précieux conseils et témoignages recueillis ont nourri l’écriture du premier manuel sur le financement à destination des entrepreneurs et dirigeants dans l’ESS, mais aussi des financeurs eux-mêmes : l’objectif étant de permettre à tous de mieux connaître les spécificités et les facteurs clés de succès dans la gestion d’une entreprise sociale, de bénéficier des meilleurs conseils pour construire une stratégie de financement gagnante, de se repérer dans la grande diversité des financeurs, et de construire des partenariats féconds dans la durée entre entrepreneurs et financeurs dans l’ESS.

Ce travail nous a convaincus qu’il faut aller plus loin et lancer une dynamique de réflexion et d’action entre l’ensemble de ces acteurs pour que les financeurs se connaissent mieux, investissent de manière cohérente, contribuent à un paysage plus lisible du financement, et pour qu’ils prennent tous part à l’accompagnement nécessaire des entrepreneurs et dirigeants solidaires vers une meilleure maîtrise stratégique et financière de leur projet.

Cela passera par une redéfinition et un enrichissement du métier de « financeur » ainsi que par la création de programmes d’accompagnement et de formation de qualité des dirigeants dans l’ESS, tels que l’initiative Antropia Scale-up, portée par les Fondations Edmond de Rothschild et l’ESSEC. Au-delà, il s’agit d’innover et d’expérimenter des dispositifs de financement ambitieux, créatifs et adaptés, à l’image des fonds d’investissement citoyens lancés par la Nef, partenaire du Crédit Coopératif. Mais aussi avec des acteurs tels que Terre de Liens, Énergie Partagée ou Bâti Cités, qui permettent à chacun de participer activement au développement d’une agriculture respectueuse des hommes et de l’environnement ou encore à la construction de nouvelles formes d’habitat écologiques et sociales. C’est aussi au cœur des territoires ou des quartiers que chacun peut agir, en mobilisant les énergies créatives présentes et le potentiel financier de tous – habitants, collectivités, PME locales, etc. – pour contribuer au déploiement de projets utiles et d’ampleur. Les initiatives lancées par Midi Pyrénées Active ou Alsace Active en témoignent : elles ont permis de mobiliser l’épargne de salariés de PME pour financer l’économie locale.

Il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire de développer la solidarité dans la finance et dans l’épargne en France. À chacun – banquier, citoyen ou élu – de sortir de ses habitudes, d’être créatif et audacieux pour réinventer son rôle, et de participer par son financement à la construction de cette économie de demain.

 



Amandine Barthélémy, Sophie Keller et Romain Slitine sont co-auteurs de Stratégie et financement des entreprises sociales et solidaires aux Rue de l’Echiquier. Initié par l’IIES (Institut de l’innovation et de l’entrepreneuriat social) de l’ESSEC et son incubateur social Antropia, cet ouvrage est le fruit d’une démarche collective inédite dans le secteur du financement de l’ESS, portée par six acteurs majeurs : l’Avise, Bpifrance, le Crédit Coopératif, France active, la fondation Immochan et le fonds de dotation Entreprendre et Plus.

Tribune publiée dans le Socialter n°5 (juin-juillet 2014), disponible depuis notre page Abonnements.  


©Photos : "After the Thin Man", W.S. Van Dyke.

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Cyril Dion:

    Cyril Dion: "Le changement ne viendra ni du grand soir ni de l'homme providentiel."

    [Photo: Augustin Le Gall] Presque deux ans après la (...)
    >
  • À 26 ans, il dirige une ferme agro-écologique et forme sa génération à l'entreprenariat.

    À 26 ans, il dirige une ferme agro-écologique et forme sa génération à l'entreprenariat.

    A 26 ans seulement, Mathieu Aly Faye est d’ores et (...)
    >
  • Pourquoi les entrepreneurs sociaux sont-ils si optimistes?

    Pourquoi les entrepreneurs sociaux sont-ils si optimistes?

    Pour en savoir plus sur le profil, le moral et les attentes des (...)
    >
  • La Fabrik à Déclik : un réservoir à projets citoyen basé sur l'entreprenariat collectif

    La Fabrik à Déclik : un réservoir à projets citoyen basé sur l'entreprenariat collectif

    Depuis 2 ans, l’association Osons Ici et Maintenant (...)
    >
  • Travailler ensemble pour échapper à la précarité, un modèle toujours en construction

    Travailler ensemble pour échapper à la précarité, un modèle toujours en construction

    C’est quoi une coop de travail? Partage, (...)
    >

TOP 5 contribution

  • L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    Être entrepreneur demande une curiosité permanente, un (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >