Face aux plateformes : créons des services collaboratifs publics à périmètre européen !

Face aux plateformes : créons des services collaboratifs publics à périmètre européen !

Le jugement de la Cour de cassation défavorable à Uber et la Déclaration commune de 22 villes européennes sur les difficultés que leur pose AirBnb ouvrent une brèche dans l'ordre des plateformes. Le moment est propice pour que les acteurs publics, notamment territoriaux et européens, prennent une décision forte pour le XXIe siècle : créer des services collaboratifs publics à périmètre européen ! Tribune.

La justice a fait sa part du chemin : l'arrêt récent de la Cour de cassation française « ébranle le système Uber » et sans doute au-delà. A nous de faire notre part, car la question ne peut être traitée par les seules justices nationales. Elle est, au fond, politique. Nous ne pouvons plus laisser sans réagir les plateformes numériques extra-européennes fragiliser nos territoires et leurs habitants : Uber affaiblir notre droit du travail ; AirBnb décider du prix de l’habitat dans nos villes ; Amazon supprimer les commerces de proximité ; Google s’enrichir en échappant à notre fiscalité. 

C’est maintenant qu’il faut assembler des forces pour constituer des services collaboratifs publics de niveau territorial mais de périmètre européenEn effet, le bon niveau de mise en oeuvre de ces plateformes collaboratives publiques est à la fois continental pour la taille critique et local pour le lien démocratique avec les utilisateurs.

Les services collaboratifs vont jouer de plus en plus un rôle structurant dans les formes futures d'habitat, de mobilité, d’approvisionnement … A l’heure où les menaces écologiques conduisent à rationaliser l’accès aux ressources, les plateformes de partage prennent une dimension d’intérêt général qui doit être protégée. Les immenses volumes de données qu’elles produisent aujourd’hui pourraient permettre, demain, la définition et la mise en œuvre de politiques publiques plus précises et plus efficientes : nous ne devons pas laisser ces big data aux seules mains d’entités privées extra-européennes, mues par des stratégies financières.

Les populations européennes ont été acculturées à ces nouveaux services collaboratifs par l’action des grandes plateformes américaines et c’est une bonne chose. Mais elles en touchent maintenant les limites sociales et écologiques. AirBnb chasse les Vénitiens et fait mourir Venise, symbole européen s'il en est. Les citoyens européens sont prêts à un changement si leurs territoires et l’Union Européenne s’unissent pour leur offrir des plateformes collaboratives territoriales efficaces, de périmètre européen, garantissant leurs données. 

Ne pas saisir cette opportunité en 2020, c’est refuser de prendre la main sur ce que pourraient être les services publics du XXIe siècle. C'est abdiquer notre souveraineté au profit d’acteurs privés extra-européens. Ne subissons plus. Hier, nos prédécesseurs ont su créer des services publics de transports, d'énergie, de santé, de logement... Ils ont su créer des institutions européennes. Ils ont su créer des systèmes de protection sociale. Et nous ne serions pas capables de créer des plateformes publiques numériques territoriales de dimension européenne ? Allons ! C'est la volonté qui manque.

J’invite les acteurs et dirigeants des territoires d’Europe désireux de reprendre leur souveraineté numérique à me contacter. Ensemble, demandons aux maires des métropoles européennes (Paris, Berlin, Rome...) de s'allier pour créer des plateformes numériques de masse alternatives à Uber, AirBnb, Deliveroo, Blablacar. Ensemble, demandons à l’Union Européenne d'investir lourdement dans ces plateformes. Ensemble, appelons les territoires européens, leurs habitants, leurs associations... à rejoindre cette démarche.

Oui, les plateformes numériques vont jouer un rôle crucial pour l’Europe du XXIe siècle. Non, il n’est pas écrit que ces plateformes doivent être privées et extra-européennes ! En temps de crise « ne soyons ni pessimistes, ni optimistes : soyons déterminés » nous a laissé le défenseur de l’Europe unie, Jean Monnet. C'est le moment d’être déterminé !

 

Bastien Sibille, Président de Mobicoop - bastien.sibille@mobicoop.org 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le retour d'un Etat tout puissant est-il souhaitable pour les territoires ?

    Le retour d'un Etat tout puissant est-il souhaitable pour les territoires ?

    Si pendant quelques décennies, les politiques publiques se (...)
    >
  • Le numéro 40 de Socialter sort en kiosques le 16 juin ! Sommaire

    Le numéro 40 de Socialter sort en kiosques le 16 juin ! Sommaire

    Tourisme, année zéro DOSSIER   Le tourisme (...)
    >
  • Décroissance aéronautique : ne pas céder aux sirènes de l'éco-kérosène

    Décroissance aéronautique : ne pas céder aux sirènes de l'éco-kérosène

    Ces dernières semaines se déverse une pluie de  (...)
    >
  • Municipales : le grand verdissement

    Municipales : le grand verdissement

    Les étoiles de l’écologie se seraient-elles (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • Libérons l'entreprise du dogme de la

    Libérons l'entreprise du dogme de la "corporate gouvernance"

    Deux mouvements de fond sont à l’œuvre pour (...)
    >
  • Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Le Covid-19 sonne le glas du modèle actuel de globalisation (...)
    >
  • Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Le confinement des parcs, squares, jardins, espaces verts et (...)
    >
  • Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Un article à retrouver sur The Conversation Le monde est (...)
    >