[Édito] Écologie et justice sociale, l'impossible convergence des luttes ?

[Édito] Écologie et justice sociale, l'impossible convergence des luttes ?

Des marches, des slogans et des discours alarmistes... L'urgence de la situation pousse la population à se mobiliser. Mais, est-ce suffisant de lutter pour le climat dans une ambiance festive et ludique? Comment changer de structure économique et sociale sans oublier les plus pauvres ? Comment repolitiser autour du climat ? Socialter consacre un grand dossier sur les moyens d'allier écologie et justice sociale. Édito.

La Marche du siècle, qui a eu lieu partout en France le 16 mars dernier parallèlement aux rassemblements organisés par les gilets jaunes, est auréolée d’un succès tout relatif compte tenu des enjeux: entre 150 000 et 300 000 personnes ont défilé au niveau national, soit moins de 0,5% de la population. Un premier coup de ­semonce encourageant selon les organisateurs, qui ­espèrent réunir encore davantage de monde la prochaine fois. Le problème serait donc essentiellement quantitatif.

Pourtant, ce sont certainement les pancartes et banderoles qui devraient le plus nous alerter. Dramatique: «sauver le climat» (ou, au choix, la planète, l’humanité); absurde: «Macron t’es foutu, les pandas sont dans la rue»; prosaïque: «arrêtez de niquer nos mers»; volontaire: «stop aux bla-bla, place aux actes». Sélection subjective, certes, et on ne peut bouder la longue tradition jouissive et incantatoire du slogan de manif’. Mais ces quelques phrases révèlent aussi un spectre qui hante l’écologie de longue date: sa dépolitisation.

Pollution des mers, dégradation de l’air, extinction des ­espèces, émissions de gaz à effet de serre… Une interminable cohorte de maux défile sur les pancartes. Ces maux qui bouleversent les équilibres climatiques et menacent l’intégrité de la biosphère. Ces mots qui désignent les causes de nos maux. Mais est-ce bien le cas? Ou ­prenons-nous les effets pour des causes?

Si l’anathème est parfois jeté sur le «système», l’analyse s’arrête général­ement là. C’est pourtant un vieux débat qui est ici ­réactivé. L’essayiste et militant écologiste ­Murray ­Bookchin, dans Pouvoir de détruire, pouvoir de créer –un texte rédigé en 1969!–, nous mettait déjà en garde sur le mouvement écologiste qui, «s’il en reste à une lutte réformiste contre la pollution ou pour la conservation de la ­nature – l’“environnementalisme” – sans prendre en compte la nécessité d’une révolution au sens le plus large, servira ­seulement de soupape de sécurité au système actuel d’exploitation de la nature et des hommes». L’environnementalisme, c’est l’ombre instrumentale et technocratique d’une écologie finalement inoffensive.

Un projet positif et total


L’urgence de la situation, si elle doit nous enjoindre à ­l’action, ne doit pas nous épargner l’indispensable étape de l’identification. Pourquoi la plupart des individus sont contraints d’avoir recours à la ­voiture? Pourquoi développons-nous cette industrie qui mutile notre seul foyer? Pourquoi tous les luxes particuliers se transforment-ils en désirs partagés, et ces désirs en besoins? En résumé: il est grand temps que, collectivement, nous ­politisions l’écologie.

L’écologie n’est pas un projet ­négatif, qui pourrait se contenter d’ôter une liberté par ci, d’ajouter une taxe par là. ­L’écologie est un projet positif et total : tout doit être ­repensé, du rapport que nous entretenons à la «nature» à la structure socio-économique de nos ­sociétés, en passant par notre relation au temps, à ­l’espace, à la démocratie, aux sciences et techniques. Nous devons bâtir, dans la conflictualité et la diversité, une écotopie.

Une fois que nous aurons ­accepté cela, les traditions idéologiques pourront venir apporter leurs réponses, riches de leurs aspirations et de leurs échecs. Mais si nous ne formulons pas de projet qui approfondisse la démocratie et porte haut la justice sociale, aucune convergence des luttes, aucune ­réconciliation des verts, des jaunes, des rouges, n’est envisageable. L’écologie restera punitive, privative, injuste. Elle sera industrielle et technocratique. Elle n’accouchera que de nouvelles désillusions ou de nouvelles barbaries. 


Soutenez-nous en vous abonnant à Socialter ! 




 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    Savez vous ce qu’est le permafrost ou le forçage (...)
    >
  • Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Chaque année, le secteur du textile émet 1,2 (...)
    >
  • Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Comment est né le World Impact Summit et quelle est sa vision (...)
    >
  • Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    La souffrance au travail, nouveau « mal du (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • Bastien et Hugues Sibille :

    Bastien et Hugues Sibille : "Vive l'entreprise ESS libérée !"

    Ne faisons pas que la remise du rapport « L’ (...)
    >