[Édito] Les

[Édito] Les "bobos" sont-ils condamnés à chasser les "prolos" ?

La "brooklynisation" du monde est en marche : de Montréal à Londres, Paris ou New York, la gentrification est devenue le concept fourre-tout pour évoquer l'embourgeoisement spectaculaire des quartiers populaires. À force de caricaturer les "bobos", on en viendrait presque à oublier qu'ils ont eux aussi été chassés des centres-villes par la bulle foncière. Que faire face à ce phénomène qui semble inexorable ?

« Avant c’était populaire par ici, mais maintenant c’est plein de bobos. » Voilà bien un lieu commun auquel nul métropolitain ne sera bientôt plus étranger. C’est la fameuse « boboïsation » que tout le monde aime railler. En termes sociologiques, on préférera « gentrification », de l’anglais gentry : un phénomène d’appropriation de quartiers urbains par des classes aisées néo-arrivantes (généralement des classes dites culturelles, travaillant dans les médias, la communication, la culture, l’information...) au détriment de classes défavorisées « déjà-là ». Appropriation par le bâti, par le niveau de vie, le tissu commercial, les symboles et les codes. Un grand remplacement, si l’on veut. Naturellement, il est de bon ton de mépriser ces « bobos “gentrifieurs” ». Et il est vrai que le discours peut parfois excéder : prôner la mixité culturelle lorsqu’elle n’est qu’un décor pour la balade dominicale ; valoriser la mixité sociale quand, bien souvent, on met en place des stratégies d’évitement scolaire pour ses enfants. On peut hurler face aux échoppes bio et aux salons de yoga, à ces boutiques et cafés qui font du « populaire » et de « l’authentique » une marque, de l’artisanat et de la cagette une stratégie.

Gentrifieurs malgré eux


Mais ce serait fermer les yeux sur la grande masse des « “gentrifieurs” malgré eux ». Malgré eux... car s’ils sont là, ce n’est pas par choix. Le « gentrifieur » n’est pas un conquérant arrogant : c’est souvent un représentant de la classe moyenne qui évolue sur la ligne de crête séparant le décrochage de la réussite. Il a suivi le grand mouvement de métropolisation qui touche toutes les sociétés et s’est plié aux exigences d’une économie de plus en plus mondialisée, numérisée, tertiairisée. Le centre urbain étant verrouillé par les plus riches et « disneylandisé » par les locations Airbnb, la grande banlieue présentant un risque de déclassement, il va graviter dans les quartiers excentrés, à mi-chemin, historiquement populaires. La gentrification a un parfum de défaite. Elle doit apparaître telle qu’elle est : une lutte des classes pour décrocher les bonnes places créées par la nouvelle donne économique.

Une gentrification heureuse est-elle possible ?


Dès lors, comment réagir ? On peut commencer par tenter de freiner la gentrification des quartiers populaires – et donc le verrouillage des secteurs centraux par les plus riches et les touristes, qui en sont en grande partie la cause. Il faudrait pour cela une attitude volontariste et inventive des pouvoirs publics : (ré)encadrer les loyers, s’assurer que les programmes immobiliers de rénovation ou de construction soient pensés pour s’adresser en premier lieu aux « déjà-là », créer des fonciers solidaires, voire antispéculatifs, comme les initiatives de Community Land Trust en Belgique… Mais aussi penser plus largement le « droit à la ville » et sa relation au droit de propriété : peut-on accepter que tant de logements restent vacants (résidences secondaires ou bureaux) ou soient destinés à la location touristique sur Airbnb, une plateforme qui enfreint allégrement les règlements et s’arrange pour ne pas payer d’impôts ? Mais, plus essentiellement, la gentrification n’est-elle pas simplement une nouvelle manifestation de l’accroissement des inégalités, ici provoquées par la bulle foncière qui enrichit les plus riches et balaie les plus modestes ? Prises entre deux feux, les classes moyennes urbaines doivent faire un choix : arracher leur part du gâteau ou prendre leur part dans le combat pour la justice sociale.

Philippe Vion-Dury, rédacteur en chef de Socialter.

Cet article est l'édito du dernier numéro de Socialter. "Pas de quartier pour les prolos!", un dossier de 20 pages sur la gentrification des quartiers populaires, à retrouver dès aujourd'hui chez tous vos marchands de journaux !

Soutenez Socialter en vous abonnant !



 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Transition écolo : les étudiants des grandes écoles veulent secouer le CAC40

    Transition écolo : les étudiants des grandes écoles veulent secouer le CAC40

    Il y a un mois, lors de la remise des diplômes de la (...)
    >
  • Pinçon-Charlot : les gilets jaunes, ou la revanche des derniers de cordée

    Pinçon-Charlot : les gilets jaunes, ou la revanche des derniers de cordée

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    DOSSIER   Sevrons l'agriculture !   Sortir de (...)
    >
  • Au-delà du concept, le social business prend-il racine en France ?

    Au-delà du concept, le social business prend-il racine en France ?

    Un article en partenariat avec REC Innovation et le Club Social (...)
    >
  • Enzo Lesourt : face à l'anthropocène, le politique doit forger de nouveaux imaginaires

    Enzo Lesourt : face à l'anthropocène, le politique doit forger de nouveaux imaginaires

    Cet article a été initialement publié dans notre (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • "Visage du Maroc" : une plateforme pour mettre en avant les entrepreneuses marocaines

    Le thème des femmes entrepreneurs est un sujet de plus en plus (...)
    >