Calculez l'empreinte écologique de vos écrans

Calculez l'empreinte écologique de vos écrans

Combien de tonnes de ressources ont été mobilisées, combien de kilos de CO2 ont été émis pour fabriquer votre téléviseur (et vos écrans) ? Une nouvelle étude vous permet d'estimer leur empreinte écologique en fonction de la taille. De quoi réfléchir à deux fois avant de craquer pour le dernier écran plasma 60 pouces ?

On aurait chez soi en moyenne l’équivalent d’un hippopotame d’équipements. Soit 2,5 tonnes de produits électroniques et électroménagers, de textiles, de mobilier, d’équipements de sport… autant d’objets qui cachent une empreinte écologique souvent sous-estimée. C’est ce que révèle un nouveau rapport de l’ADEME, qui a estimé le poids carbone et les ressources mobilisées pour la fabrication de 45 objets du quotidien.

Parmi eux, le téléviseur. S’il pèse 11 kg, cela signifie qu’il a émis la même quantité de gaz à effet de serre (GES) qu’un aller-retour en avion Paris-Nice, et qu’il a mobilisé 2,5 tonnes de matière (minerais, pétrole, charbon, bois, eau…) pour sa fabrication. La «matière mobilisée » comprend par exemple les tonnes de terres excavées pour quelques grammes de matériaux rares nécessaires à la confection de composants électroniques.

Quelques chiffres clés : une télévision de 40 à 49 pouces émet en moyenne 55 kg de CO2, de l’extraction des matières premières à sa phase d’utilisation. Un chiffre qui descend à 45 kg pour les ordinateurs portables, 25 kg pour les tablettes et 20 kg pour les smartphones. (Voir plus en détail à la fin de l’article).

Une question de taille


Plus votre téléviseur est grand, plus il nuit à la planète. Rien de surprenant, si ce n’est que l’empreinte écologique augmente de façon exponentielle en fonction de la taille de l’écran: « la différence d’impacts entre un écran de 20 pouces et un écran de 40 pouces est moindre que celle entre un écran de 40 pouces et un de 60 pouces », précise l’étude. Celle-ci encourage donc les consommateurs à « éviter de sur-dimensionner ses équipements », estimant que « cette tendance du marché aux grands écrans alourdira la contribution au changement climatique dans les années à venir. »

Consommation d’électricité, émission de GES, matières mobilisées, impact sur l’épuisement des ressources minérales et fossiles… Tous ces indicateurs montrent bien l’influence de la taille de l’écran sur l’impact écologique des écrans de télévision. Alors qu’un téléviseur de 20 pouces nécessite une puissance 20 watts pour fonctionner, un 60 pouces en requiert entre 110 et 150, soit 6 à 7 fois plus !

Et votre téléviseur à vous ?


Une série de graphiques permet d’estimer l’empreinte écologique de son téléviseur en fonction de sa taille, selon des chiffres qui excluent la variabilité liée à la marque ou au modèle. Nous en avons retenu trois : la puissance consommée par le téléviseur, son impact en termes d’émission de GES, et les matières mobilisées nécessaires à sa fabrication.




À noter que le téléviseur remporte la palme de l’appareil électronique le plus polluant (en termes de GES). Comme pour le smartphone, la tablette, l’ordinateur et l’imprimante, c’est la phase d’extraction des matières premières qui génère le plus d’impacts environnementaux : elle est responsable environ ¾ des émissions de GES, loin devant l’assemblage, la distribution, le transport et la fin de vie. L’achat neuf, éternel fléau de l’électronique...



Graphiques : ©ADEME (rapport "Modélisation et évaluation des impacts environnementaux de produits de consommation et biens d'équipement.")
Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Transition écolo : les étudiants des grandes écoles veulent secouer le CAC40

    Transition écolo : les étudiants des grandes écoles veulent secouer le CAC40

    Il y a un mois, lors de la remise des diplômes de la (...)
    >
  • Pinçon-Charlot : les gilets jaunes, ou la revanche des derniers de cordée

    Pinçon-Charlot : les gilets jaunes, ou la revanche des derniers de cordée

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    DOSSIER   Sevrons l'agriculture !   Sortir de (...)
    >
  • Au-delà du concept, le social business prend-il racine en France ?

    Au-delà du concept, le social business prend-il racine en France ?

    Un article en partenariat avec REC Innovation et le Club Social (...)
    >
  • Enzo Lesourt : face à l'anthropocène, le politique doit forger de nouveaux imaginaires

    Enzo Lesourt : face à l'anthropocène, le politique doit forger de nouveaux imaginaires

    Cet article a été initialement publié dans notre (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • "Visage du Maroc" : une plateforme pour mettre en avant les entrepreneuses marocaines

    Le thème des femmes entrepreneurs est un sujet de plus en plus (...)
    >