Les scénographies écolos de Triple-D transforment le monde de la fête

Les scénographies écolos de Triple-D transforment le monde de la fête

Rendre nos festivals et soirées plus écolos, tel est l'objectif de Triple-D, un collectif spécialisé dans la conception de scénographies réalisées exclusivement à partir de matériaux de récupération.

En soirée ou en festival, la créativité ne se déploie pas seulement sur scène. Dédié à l’art de la scénographie, le collectif Triple-D apporte une touche personnelle et éthique au monde de la fête. Ses aménagements et installations sur mesure et « faits main » sont réalisés à partir de palettes en bois, qui ont habituellement leur place en logistique et dans les entrepôts.

« J’organisais des soirées dans des lieux complètement vides. Il fallait donc les remplir, et j’ai eu l’idée d’utiliser des palettes », raconte Sylvain Denis, qui a co-fondé Triple-D avec Quentin Denys et Arthur Deslandes. Tous trois avaient en commun un métier touchant de près ou de loin à l’événementiel et un patronyme commençant par un « D » justifiant le nom du collectif. En 2015, le Weather Festival, un festival de musique électro à Paris, leur passe une commande, marquant l’envol de Triple-D. Depuis, le collectif événementiel s'est dissous, mais Sylvain Denis a lancé la société en gardant le même nom.


© Triple-D

Éco-conception créative


« J’observais que les scénos étaient souvent mises dans un coin après les festivals, et jamais réutilisées », explique-t-il. L’idée était donc de créer des scénographies et des aménagements respectant les principes de l’éco-conception et ne générant (quasiment) aucun déchet. Les palettes sont achetées d’occasion et assemblées pour former des compositions originales, adaptées à chaque concert, soirée ou festival.

Scènes, bars, totems, arches, stands, espaces VIP ou chill, vestiaires, signalétique, mais aussi babyfoot et tables de ping-pong… les palettes ne posent aucune limite à la créativité. Leur modularité facilite leur réemploi et évite une surconsommation de bois. L’utilisation de vis – jamais de colle ni de clous ! – permet de les monter et les démonter facilement. Mais si les créations de Triple-D se limitent pour l’heure aux palettes et au bois, le collectif envisage d’enrichir ses créations futures avec d’autres matériaux comme le métal, toujours dans une démarche d’éco-conception.


© Triple-D

Transformer le monde de la fête


Les créations de Triple-D ont déjà écumé plusieurs grands festivals français, comme les Solidays, Mainsquare, Hellfest, Lollapalooza ou encore We Love Green pour ne citer qu’eux. Elles ont aussi été aperçues dans des clubs parisiens comme le Glazart, le Yoyo, le Trabendo, le Wanderlust et la Concrète, et sur de nombreuses petites scènes locales et underground. 

« Ça permet de se faire repérer, et souvent, la démarche plaît aux organisateurs, détaille Sylvain Denis. Quand on leur dit qu’on veut les choses d’une façon et pas d’une autre pour éviter de créer des déchets par exemple, ils acceptent toujours. » L’éco-conception a de belles soirées devant elle.

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Alors même qu’il est nécessaire et urgent, dans (...)
    >
  • Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Depuis le début du confinement, vous publiez une chronique (...)
    >
  • La culture en miettes

    La culture en miettes

    Fermeture des salles de concert, cinémas, cafés, (...)
    >
  • Dette des pays pauvres : pourquoi un moratoire ne suffira pas

    Dette des pays pauvres : pourquoi un moratoire ne suffira pas

    Le 25 mars dernier, des chefs d’État africains en (...)
    >
  • Portraits d'« Invisibles » : le quotidien du personnel de nettoyage

    Portraits d'« Invisibles » : le quotidien du personnel de nettoyage

    [INVISIBLES #4] - Personnel d'entretien de Caroline (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Le succès du film « Demain » a (...)
    >
  • Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Le Covid-19 sonne le glas du modèle actuel de globalisation (...)
    >
  • Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Un article à retrouver sur The Conversation Le monde est (...)
    >
  • Libérons l'entreprise du dogme de la

    Libérons l'entreprise du dogme de la "corporate gouvernance"

    Deux mouvements de fond sont à l’œuvre pour (...)
    >