À Montréal : le Santropol Roulant, un tiers-lieu alimentaire solidaire et intergénérationnel

À Montréal : le Santropol Roulant, un tiers-lieu alimentaire solidaire et intergénérationnel

Le projet Wide Open a fait sa deuxième escale dans la ville-monde de Montréal. Cette étape canadienne a été l'occasion d'une visite au Santropol Roulant, un tiers-lieu alimentaire animé par une forte communauté de bénévoles et employés, bien décidée à faire grandir l'inclusion sociale le bien-vivre dans leur ville.

C’est en 1995 que débute l’aventure, lorsque deux jeunes Montréalais travaillant dans le café « Le Santropol » décident de livrer des repas au domicile d’une de leurs aînées qui avait perdu la mobilité. Plus de vingt ans plus tard, le Santropol Roulant est devenu un centre alimentaire communautaire fort d’une large communauté d’employés et bénévoles, livrant chaque jour à vélo ou à pied dans 8 quartiers de la ville une centaine de repas chauds directement au domicile d’aînés Montréalais en perte d’autonomie.

Le Santropol Roulant ne se contente pas uniquement de la livraison : soucieux d’offrir une nourriture respectueuse des besoins nutritionnels très spécifiques des aînés, il fait pousser ses propres légumes sur ses toits, à la ferme dans l’Ouest-De-L’Île, à Seneville et à l'université McGill, avant de les transformer, les cuisiner et enfin les livrer. Les aliments produits sont également distribués à travers différents programmes tels les marchés de proximité, les paniers familiaux ou directement dans leur magasin général.

Le centre névralgique du Santropol Roulant, au cœur du quartier du Plateau, est de surcroît un lieu de rencontre hybride où s’organisent de nombreuses activités communautaires, ateliers de formation et évènements intergénérationnels.

Une communauté intergénérationnelle, pour un Montréal en bonne santé


Le Santropol Roulant prend non seulement le relai de l’Etat sur la question de l’alimentation des personnes en perte de mobilité, évitant ainsi l’hospitalisation systématique, mais œuvre dans le même temps pour l’inclusion sociale. L’ensemble des bénévoles, employés et bénéficiaires du centre forment un tissu social très divers et surtout intergénérationnel : la plupart des bénévoles sont des jeunes de moins de 30 ans tandis que les aînés représentent 80% des bénéficiaires.

L’impact du tiers-lieu est doublement positif : il permet de briser l’isolement tout contribuant à créer une ville en meilleure santé. Si les distributions sont déjà l’occasion de rencontres informelles entre jeunes et aînés, les nombreuses activités intergénérationnelles donnent à tous, sur le temps long, l’occasion de trouver un vrai rôle dans cette communauté de citoyens engagés.

Certains viennent pour se former à la cuisine, d’autres pour transmettre leurs savoir-faire, d’autres encore pour structurer leurs journées et rencontrer du monde. Quelles que soient leurs motivations, les membres de la communauté sont tous reliés par leur farouche volonté de changement social et leur désir de s’engager dans une activité ayant du sens et les reliant à leurs concitoyens.

 

Réceptacle et catalyseur des volontés humaines


Impliqués à tous les niveaux, du travail administratif à celui de la ferme, en passant par ce qu’ils appellent les « collectifs»
l’apiculture, les fruits défendus, les champignons, le vermicompostage et l'atelier de vélo les bénévoles sont le moteur du Santropol Roulant. Ils sont 300 chaque semaine (entre 3 000 et 4 000 par an) à offrir un peu de leur temps, de leurs compétences ou même de leur argent, pour faire vivre le collectif solidaire.

S’ils sont si nombreux, c’est notamment parce que le centre fonctionne comme un réceptacle et catalyseur des volontés humaines. Pour ce hub inclusif, la première clé du ralliement consiste à ne poser aucune contrainte à l’engagement : ni en termes d’horaires, de fréquence ou de savoir-faire. Chacun est libre de s’engager dans la mesure de ses envies ou capacités et pourra trouver ici, s’il le souhaite, l’occasion de développer ses compétences.

Au sein du collectif, les jeunes membres pourront d’ailleurs développer leur leadership beaucoup plus vite qu’ils ne le feraient sur le marché du travail, en menant des projets à l’intérieur des champs d’action du tiers-lieu, et ce avec un important niveau d’autonomie dans la gestion et la prise de décisions. C’est un moyen à la fois de favoriser l’engagement des moins de 30 ans et de préparer les jeunes générations à leader demain d’autres initiatives durables.

Pollinisateur d’engagement citoyen


L’organisme ne se limite pas à ses propres activités, il rend possible également d’autres projets, en mettant à disposition des ressources physiques, financières et humaines à de nombreux « collectifs bénévoles » locaux : réparation de vélo, compostage, apiculture… le champ des possibles est large, tant qu’il s’agit d’inclusion sociale ou de sécurité alimentaire. Parce que le Santropol Roulant a bien compris qu’un changement durable et profond se doit d’être le plus collectif possible, il partage avec passion tous les secrets de sa pérennité et jusqu’à ses brevets technologiques, en vrai pollinisateur d’engagement citoyen.

Socialter s’est associé à Wide Open, une recherche internationale de 15 mois au cœur de 10 tiers-lieux positifs autour du monde. L’idée est simple : identifier sur le terrain, avec la complicité de porteurs de projets et penseurs locaux, les secrets de la création d’écosystèmes à impact positif. Toutes les infos pour les contacter, les suivre ou contribuer à leur projet sont à retrouver ici.

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Destination finale : après la Chine, où finiront nos déchets ?

    Destination finale : après la Chine, où finiront nos déchets ?

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • Alain Damasio :

    Alain Damasio : "Rendre désirable autre chose que le transhumanisme"

    Alain Damasio se pointe à l’Arche de (...)
    >
  • Brigitte Gothière, L214 :

    Brigitte Gothière, L214 : "Il faut refaire le lien entre la viande et les animaux"

    Comment est née l’association ?Comme tous les (...)
    >
  • Un temple de l'économie circulaire va ouvrir ses portes à Paris en 2019

    Un temple de l'économie circulaire va ouvrir ses portes à Paris en 2019

    « C’est un bâtiment-manifeste : on veut montrer (...)
    >
  • Les emballages écolo ou comestibles pourront-ils remplacer le plastique ?

    Les emballages écolo ou comestibles pourront-ils remplacer le plastique ?

    Régulièrement, une start-up annonce avoir mis au (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >