Un temple de l'économie circulaire va ouvrir ses portes à Paris en 2019

Un temple de l'économie circulaire va ouvrir ses portes à Paris en 2019

Le réseau ENVIE vient d'officialiser son projet de bâtiment de l'économie circulaire à Paris. Vente d'appareils rénovés, ateliers de réparation, centre de formation à destination de salariés en insertion : le futur édifice repose sur des piliers social et environnemental solides.

« C’est un bâtiment-manifeste : on veut montrer que l’économie circulaire est une réalité et qu’elle fonctionne », explique Anémone Bérès, présidente du réseau ENVIE (Entreprise Nouvelle Vers l’Insertion par l’Économie), fondé en 1984. Ce futur temple de l’économie circulaire, sociale et solidaire, baptisé ENVIE Le Labo, devrait voir le jour au printemps 2019 près de Ménilmontant à Paris.

Initiation à l’économie circulaire


Les Parisiens pourront venir y déposer leurs produits électroniques et électroménagers abîmés pour les faire recycler ou réparer à bas coût. Un espace de vente leur permettra en retour d’acquérir des produits rénovés bon marché et mis sous garantie pendant au moins un an.

« On prend tout ce qui peut être réutilisé pour fabriquer de nouveaux produits », détaille la présidente, qui a fait de la lutte contre le gaspillage l’un des moteurs d’ENVIE. Le réseau, qui collecte un tiers des déchets électroniques et électroménagers (DEEE) en France, affirme avoir réparé 120 000 équipements en 2017, évitant 5 000 tonnes de déchets. Quant aux appareils irréparables, les techniciens en extraient les pièces détachées pour leur donner une seconde vie. En moyenne, trois machines sont nécessaires pour en fabriquer une nouvelle.

« L’économie circulaire repose sur un projet social fort », souligne ensuite la présidente d’ENVIE en évoquant le centre de formation qui sera mis en place dans le futur bâtiment. Celui-ci est destiné en priorité à des personnes en difficultés sociales et professionnelles, pour les aider à trouver un emploi stable grâce à des qualifications dans le domaine de la réparation. Sur les 3 000 salariés du réseau ENVIE, 2 200 sont en insertion et recrutés localement.

 

Encourager une consommation responsable


Pédagogique et ouvert à tous, le « labo » aura pour vocation de sensibiliser les Parisiens aux alternatives existantes à l’achat neuf. «
Il y a une prise de conscience grandissante sur ces sujets-là : de plus en plus de consommateurs se rendent compte qu’on ne peut pas continuer à gaspiller autant », se réjouit Anémone Bérès.

Des comportements qu’ENVIE entend encourager. L’année dernière, le réseau a lancé Green Friday dans ses 45 magasins en réaction à l’ultra-consumérisme porté par le Black Friday venu des États-Unis, afin de promouvoir une approche plus vertueuse de la consommation. Prenant le contrepied de l’achat compulsif, ses promotions baptisées « les jours ENVIE » proposent des bons d’achat valables pendant dix ans.

« Nous sommes très engagés dans la feuille de route lancée par le Ministère de l’Environnement sur l’économie circulaire », qui entend mettre en place un indice de réparabilité des produits électriques, électroniques et électroménagers dès 2020, précise Anémone Bérès. Elle suggère de son côté de réduire la TVA des produits réparés pour encourager ce type de démarche. Dans l’espoir de ternir peu à peu l’attrait des produits neufs.

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le retour d'un Etat tout puissant est-il souhaitable pour les territoires ?

    Le retour d'un Etat tout puissant est-il souhaitable pour les territoires ?

    Si pendant quelques décennies, les politiques publiques se (...)
    >
  • Le numéro 40 de Socialter sort en kiosques le 16 juin ! Sommaire

    Le numéro 40 de Socialter sort en kiosques le 16 juin ! Sommaire

    Tourisme, année zéro DOSSIER   Le tourisme (...)
    >
  • Décroissance aéronautique : ne pas céder aux sirènes de l'éco-kérosène

    Décroissance aéronautique : ne pas céder aux sirènes de l'éco-kérosène

    Ces dernières semaines se déverse une pluie de  (...)
    >
  • Municipales : le grand verdissement

    Municipales : le grand verdissement

    Les étoiles de l’écologie se seraient-elles (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • Libérons l'entreprise du dogme de la

    Libérons l'entreprise du dogme de la "corporate gouvernance"

    Deux mouvements de fond sont à l’œuvre pour (...)
    >
  • Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Le Covid-19 sonne le glas du modèle actuel de globalisation (...)
    >
  • Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Le confinement des parcs, squares, jardins, espaces verts et (...)
    >
  • Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Un article à retrouver sur The Conversation Le monde est (...)
    >