Strasbourg innove en collectant les biodéchets des habitants à vélo

Strasbourg innove en collectant les biodéchets des habitants à vélo

Strasbourg expérimentera dès la fin de la semaine un mode de collecte de biodéchets à destination d'une centaine de ménages : le « bioclou ». Un vélo équipé d'une remorque sillonnera le centre historique de cette ville déjà labellisée « Territoire Zéro Déchet, Zéro Gaspi » par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Quand le biclou (le vélo) se met au service du bio, ça donne le « bioclou ». Ce mode de collecte de biodéchets mis en avant par l’Eurométropole de Strasbourg entend encourager le compostage auprès de ses habitants. Tout au long de l’année que durera l’expérimentation, une centaine de foyers strasbourgeois localisés dans le centre historique pourront venir déposer leurs déchets alimentaires dans des bacs transportés par un vélo à remorque.
 

Un projet écolo et social


« Nous souhaitons favoriser les mobilités avec des systèmes non polluants », détaille Françoise Bey, adjointe au Maire de Strasbourg, en charge notamment de la collecte, la gestion et la valorisation des déchets. Les ordures ménagères sont ensuite récupérées, rassemblées et transportées (en camion cette fois-ci, distance oblige) dans des sites de traitement de la région Alsace. Le projet est d’autant plus nécessaire que Strasbourg est relativement éloignée des plateformes de compostage.

À cette démarche environnementale s’ajoute un volet social, puisque le projet amène deux sociétés locales à collaborer : la Régie des écrivains, une entreprise d’insertion et d’économie sociale et solidaire, et Recybio (filiale du groupe alsacien de recyclage et de gestion durable des déchets Schroll), chargé du transport des déchets du point de regroupement vers le site de traitement. « On allie des partenaires du territoire qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble », souligne Françoise Bey. La collecte sera ainsi réalisée par des salariés en insertion.

Une première en France


L’initiative a suscité l’enthousiasme de nombreux Strasbourgeois venus poser des questions aux points de rencontre en amont de la phase de test lancée à la fin de cette semaine. « Beaucoup d’habitants sont déjà habitués et sensibilisés à ces pratiques », précise l’adjointe au Maire en évoquant le Festival Zero Waste qui s’est tenu dans la métropole alsacienne les 26 et 27 mai. Un intérêt d’autant plus opportun que cette expérimentation se base sur le volontariat des citoyens situés proche de la place Saint-Étienne, dans le centre historique. Ces derniers ont reçu un courrier les invitant à participer à l’expérience, avant d’être équipés de bio-seaux (des contenants à poser dans sa cuisine) et de sacs en papier kraft. Ils pourront venir déposer leurs biodéchets au bioclou le mercredi entre 17h30 et 19h30 et le vendredi entre 7h30 et 9h30.

Le projet étant assez coûteux, il ne concerne pour l’heure qu’une petite partie du centre-ville, « mais l’idée est de reproduire l’expérience dans d’autres zones » si elle s’avère réussie, précise Françoise Bey. Se limiter à une centaine de foyers permettra de réaliser un suivi précis de la quantité de biodéchets ainsi collectés. Selon les estimations, six tonnes d’ordures ménagères devraient être recyclées en un an.

« Il existe déjà des collectes de biodéchets dans d’autres villes en France, principalement dans le domaine de la restauration », rappelle-t-elle. Parmi les initiatives pionnières, on trouve notamment la Tricyclerie à Nantes, Cocycler à Angers, ou encore les Alchimistes à Paris, qui récupèrent et traitent les déchets organiques pour approvisionner les agriculteurs urbains au sein de circuits très courts. Avec le bioclou, il est impossible de traiter les ordures dans la ville même, mais il reste « une première en France pour les déchets des ménages ! »

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Alors même qu’il est nécessaire et urgent, dans (...)
    >
  • Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Depuis le début du confinement, vous publiez une chronique (...)
    >
  • La culture en miettes

    La culture en miettes

    Fermeture des salles de concert, cinémas, cafés, (...)
    >
  • Dette des pays pauvres : pourquoi un moratoire ne suffira pas

    Dette des pays pauvres : pourquoi un moratoire ne suffira pas

    Le 25 mars dernier, des chefs d’État africains en (...)
    >
  • Portraits d'« Invisibles » : le quotidien du personnel de nettoyage

    Portraits d'« Invisibles » : le quotidien du personnel de nettoyage

    [INVISIBLES #4] - Personnel d'entretien de Caroline (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Le succès du film « Demain » a (...)
    >
  • Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Le Covid-19 sonne le glas du modèle actuel de globalisation (...)
    >
  • Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Un article à retrouver sur The Conversation Le monde est (...)
    >
  • Libérons l'entreprise du dogme de la

    Libérons l'entreprise du dogme de la "corporate gouvernance"

    Deux mouvements de fond sont à l’œuvre pour (...)
    >