Un documentaire pour mettre des mots sur les maux des médias

Un documentaire pour mettre des mots sur les maux des médias

Il y a deux ans, la journaliste Anne Sophie Novel s'engageait avec enthousiasme dans le lancement d'un nouveau média. L'échec d'Ebdo fût rapide et douloureux. Cette expérience servira néanmoins de fil rouge à son documentaire "Les médias, le monde et moi" qui interroge le rapport que nous entretenons aujourd'hui aux médias.

Il y a deux ans, Laurent Beccaria et Patrick de Saint-Exupéry, les fondateurs des revues 6 mois et XXI, proposaient à Anne-Sophie Novel de faire partie d’un groupe de réflexion pour créer un nouveau média. Dès le printemps 2016, ils se regroupèrent tous les vendredis matins. De ces réunions naîtra Ebdo. La journaliste freelance, spécialisée dans l’écologie et les alternatives, décide de filmer les prémices d’une histoire qu’elle espère fructueuse et qui deviendra le fil rouge de son documentaire : Les médias, le monde et moi.

Des mots sur les maux


Comme d’autres, elle a cru au succès de ce nouveau format qui n’a finalement su ni fonctionner ni convaincre. “Il y a eu des erreurs dans la mise en place du projet au niveau entrepreneurial, managérial et éditorial”, déplore Anne-Sophie Novel, amère et déçue. Ebdo n’est malheureusement qu’un épisode d’une série noire. D’autres rédactions comme Vraiment, l’Imprévu ou récemment Buzzfeed ont mis la clé sous la porte, conduisant au licenciement de nombreux journalistes. “Nous sommes arrivés à un point de saturation”, argue Anne-Sophie Novel, “soit on est sollicité par l’infobésité, soit les gens se détournent de l’information.”

Elle a voulu comprendre l’origine de cette défiance à l’égard des médias. Son documentaire, dont le tournage n’est pas achevé, met en lumière “les journalistes qui s’interrogent et se battent pour la qualité de leur travail”. Loin de cette “connivence avec les politiques” souvent décriée, elle entend questionner notre rapport à la vérité, à l’objectivité, montrer que la profession n’est pas uniforme.

Elle a rencontré des journalistes mais aussi des chercheurs et des sociologues, en France mais aussi à l’étranger : “les anglo-saxons considèrent que les médias dépeignent un monde plus négatif qu’il n’est réellement”. À travers ce documentaire, elle compte “redonner de l’espoir” sans pour autant prôner un “journalisme de bonnes nouvelles”. “Faire du journalisme positif, ça ne veut rien dire : l'héroïsation du monde ne fonctionne pas. Il faut se questionner : que reflétons-nous en tant que média ?”  

Dépoussiérer le journalisme


Anne Sophie Novel atteste que le “métier est en plein renouveau” – et si certains ont essuyé des échecs, d’autres connaissent un “énorme succès”. Elle cite le 1, Society ou encore Brut, qui “segmentent bien leur format et se préoccupent de l’attention que l’audience peut accorder”. Elle évoque aussi le traitement des fake news et le travail d’investigation qui mettent en lumière des faits de société et “redorent le blason des médias”.

Les médias, le monde et moi a pour ambition de développer une réflexion profonde sur le métier de journaliste. Pour Anne-Sophie Novel, le journalisme de demain “doit être médiateur et tisser du lien” afin de révéler toute la complexité du monde et se libérer des présupposés dans lesquels nous nous sommes cloisonnés de part et d’autre. À l’heure où l’ombre de la crise plâne sur des modèles économiques dont l’équilibre est parfois tâtonnant, la tâche s’annonce ardue.


Une campagne de crowdfunding est active jusqu'au 9 juillet pour financer ce documentaire.

 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Transiscope : la carte des alternatives près de chez vous

    Transiscope : la carte des alternatives près de chez vous

    Même avec la meilleure volonté du monde, il (...)
    >
  • David Graeber : le revenu universel, remède aux jobs à la con ?

    David Graeber : le revenu universel, remède aux jobs à la con ?

    David Graeber, la rock star de l’anarchisme. Une rock star (...)
    >
  • "Il existe deux Internets : celui des "précurseurs" et celui des classes populaires"

    Cet article a été publié initialement sur (...)
    >
  • Le n°31 en kiosque le 10 octobre ! Sommaire

    Le n°31 en kiosque le 10 octobre ! Sommaire

    DOSSIER   "Pas de quartier pour les prolos!". (...)
    >
  • [Entretien] Low-tech Lab :

    [Entretien] Low-tech Lab : "fédérer autour de l'innovation qui a du sens"

    Tu as suivi une formation d’ingénieur classique avant (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >