Ponyride : un tiers lieu pour un Détroit plus inclusif et durable

Ponyride : un tiers lieu pour un Détroit plus inclusif et durable

En guise de première destination, les exploratrices du collectif Wide Open sont allées à la rencontre de Ponyride, un tiers-lieu à impact positif, dans la ville de Détroit dans le Michigan.

Violemment frappée par la crise des subprimes, cette ancienne capitale de l'industrie automobile est la première ville des États-Unis déclarée officiellement en faillite en juillet 2013. Après une longue période de chaos, la "Motor City" renaît de ses cendres : les ruines de Downtown attirent investisseurs, promoteurs et créatifs, la population cesse de diminuer, le chômage baisse et l’économie repart. Malheureusement ce développement éclair se fait parfois aussi au détriment des communautés les plus fragiles et creuse les inégalités.

Un tiers-lieux hybride et inclusif



Certains acteurs prouvent pourtant qu’un développement économique inclusif et durable est possible à Détroit. C’est le pari de Ponyride, une ONG fondée en 2011 dans un bâtiment de 3 000m² à l’ouest de la ville. Ce tiers-lieu hybride, construit à partir de matériaux recyclés, accueille à la fois un espace de coworking, un studio de danse, un espace événementiel, une menuiserie et un incubateur facilitant le développement d’initiatives durables dans la ville.  

De nombreux entrepreneurs, makers, artistes et associations, soigneusement choisis pour leur passion et leur engagement, y louent à un prix dérisoire un espace qu’ils ne pourraient se permettre autrement. Chaque résident doit en retour contribuer à construire un Détroit plus inclusif, plus durable. Mettant en pratique une philosophie du donner et du recevoir, certains offrent des emplois aux populations fragiles, d’autres forment gratuitement des jeunes ou des moins jeunes.


 

Un laboratoire pour tous



Makers, artistes, indépendants, petite ou moyenne entreprise ont libre champ pour expérimenter, inventer, créer. Ici, tout le monde a le droit d’essayer, d’échouer, de recommencer et c’est cette grande liberté qui mène finalement la plupart de ces projets à la création d’une valeur à la fois économique et durable. Tout le monde est unis par un esprit de "makers", débrouillards et inventifs, on s’y active, on transforme, et surtout on collabore. Si les projets incubés touchent à des domaines d’une grande diversité (bois, bijoux, vêtements, imprimerie, design, cosmétiques), ils ont tous en commun leur engagement fort envers les communautés les plus fragiles. En voici trois exemples : 

Rebel Nell fabrique par exemple des bijoux à partir de matériaux locaux, notamment en récupérant des morceaux de murs dans les ruines qui parsèment encore la ville. La marque change également la vie de nombreuses femmes en difficulté, qu’elle emploie et forme à la confection de bijoux.   

Alternatives For Girls est une association venant en aide à des jeunes femmes sans-abris ou en détresse, les tenant à l’écart de la violence, des grossesses précoces et de l’exploitation sexuelle - situations tristement fréquentes dans les banlieues de Detroit - par la sensibilisation, la formation et l’accompagnement personnalisé.

York Project est une marque de vêtements StreetWear qui entretient sa fibre locale. Garantissant des produits d’une grande qualité et bientôt fabriqués directement à Détroit, la marque engagée auprès des sans-abris depuis sa création, a déjà fait don de plus de 100 000 dollars et s’est fixée pour mission de sensibiliser à travers sa marque à la condition des sans-abris.

 

Investir un espace plus grand



Bien-sûr, Rome ne s’est pas construite en un jour et la route n’a pas été sans embûche pour Philipp Cooley et Kate Bordine, fondateurs de Ponyride. Le projet, déficitaire pendant ses 4 premières années, n’aurait d’ailleurs pas survécu si Philipp n’avait pas pris le risque d’y investir ses propres économies, et celles de ses proches. C’est seulement dans la cinquième année d’activité que Ponyride atteint l’équilibre, grâce à l’engagement et la persévérance de son équipe gestionnaire, parvenant à diversifier les revenus de l’écosystème et renforcer la crédibilité de la marque "Ponyride".  

Après 8 ans d’existence, le tiers-lieu, qui est à présent stable et autosuffisant économiquement, se prépare à investir un espace plus grand. C’est un nouveau challenge pour Ponyride, qui compte bien préserver la capacité d’innovation de sa communauté, malgré les défis que présente ce changement d’échelle.

Ponyride est la preuve qu’une communauté innovante et créative a le pouvoir de concilier performance économique, réduction des inégalités et innovation durable. Vous êtes intéressés pas ces nouveaux modèles de développement inclusif, suivez le projet Wide Open !  

Le conseil de Philipp Cooley, fondateur de Ponyride :

"Pour ceux qui souhaiteraient dupliquer ce modèle, voici mon conseil : gardez en tête que chaque communauté est unique, écoutez-la et laissez-la créer elle-même son écosystème."

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Marseille, la ville qui résiste encore et toujours aux « gentrifieurs »

    Marseille, la ville qui résiste encore et toujours aux « gentrifieurs »

    Cet article a été initialement publié sous le (...)
    >
  • La révolution du smartphone responsable aura-t-elle lieu ?

    La révolution du smartphone responsable aura-t-elle lieu ?

    S’il est bien un domaine qui résiste encore et (...)
    >
  • Les dons d'entreprises à des initiatives

    Les dons d'entreprises à des initiatives "positives" battent de nouveaux records en 2017

    Le mécénat d’entreprise a le vent en poupe. (...)
    >
  • Pourquoi rendre les voitures électriques plus autonomes est une mauvaise idée

    Pourquoi rendre les voitures électriques plus autonomes est une mauvaise idée

    Cet article est republié à partir de The (...)
    >
  • Comment les pays du Sud peuvent réinventer la transition (en 30 leçons)

    Comment les pays du Sud peuvent réinventer la transition (en 30 leçons)

    Cet article a été initialement pulié sur The (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >