École Le Wagon :

École Le Wagon : "Le code est le meilleur moyen de s'émanciper"

Romain Paillard a co-fondé l'école Le Wagon. Situé initialement dans le onzième arrondissement de Paris, l'établissement fondé en 2014 a aujourd'hui des filiales dans 27 villes à travers le monde. Le Wagon* propose à ses élèves de devenir développeur web en neuf semaines de travail intensif. Douce illusion ou occasion rêvée pour se reconvertir ?

 

Quel est l’objectif du Wagon ?


C’est une école pour apprendre à coder. On offre la possibilité de devenir développeur en neuf semaines. L’idée c’est de pouvoir être en mesure de changer de métier, de devenir freelance ou entrepreneur en un temps très réduit.

 

Seulement neuf semaines ?


Oui, jamais plus. C’est une formule qu’on a rodée depuis le lancement du Wagon en 2014, et qu’on propose aujourd’hui dans 27 antennes partout dans le monde.

 

Peut-on réellement apprendre le code aussi vite ?


Ça dépend… Nous proposons presque 400 heures de cours, c’est hyper intense. C’est presque autant qu’une année d’école de commerce classique. Donc c’est très dur, mais le but est de progresser très vite. Bien sûr ça va dépendre du niveau d’implication des élèves, mais si on joue le jeu, c’est possible d’être totalement opérationnel et de développer les applis web que l’on souhaite à l’issue de ces neuf semaines.

 

Combien d’élèves formez-vous ?


Nos classes sont composées de 60 personnes max. Et sur les quatre dernières années on a formé 2200 élèves.

 

Quel est le profil de ceux que vous recrutez ?


Il n’y a pas de sélection au CV. Globalement si on est malin et motivé on peut y arriver. Après c’est assez varié, il y a des étudiants qui viennent de finir leurs études et qui veulent passer chez nous avant de rentrer dans la vie active. La moyenne d’âge de nos élèves est de 28 ans. Il y a aussi des gens qui ont bossé trois ou quatre ans et qui veulent changer de job.

 

Le désir de reconversion professionnelle est donc quelque chose que vous constatez ?


Absolument. Les gens ont besoin d’être stimulé intellectuellement dans leur job. C’est hyper agréable quand tu es développeur de sentir que tu construis des choses. En plus le code est le meilleur moyen de s’émanciper, il te suffit d’avoir accès à internet et tu peux lancer ton projet en quelques jours, en bossant depuis partout.

 

Vous faisiez quoi avant de lancer l’école ?


J’étais avocat, donc rien à voir avec le code. Mon frère, avec qui j’ai lancé la boîte, était trader. Et globalement, on s’ennuyait tous les deux dans nos métiers. Je n’avais pas forcément ressenti le besoin de suivre une formation en code, même si aujourd’hui avec les “legal techs” [les technologies destinées à offrir des services juridiques, ndlr] on a de plus en plus besoin d’experts. J’avais juste envie de faire autre chose.

 

N’avez-vous pas peur de former de futurs précaires plutôt que des développeurs libres et indépendants ?  


Bien sûr que c’est une problématique que l’on a en tête. L'entrepreneuriat présente toujours une part de risque. Mais pour tout dire, je pense qu’il est toujours mieux d’être freelance, quitte à galérer les deux premières années de sa vie, plutôt qu’être salarié avec un boulot dans lequel on ne s’épanouit pas. Et puis, l’école a maintenant un réseau mondial qui permet de trouver des offres d’emploi un peu partout.

 

Coût de la formation : environ 6000€

Plus d’infos sur : https://www.lewagon.com/fr
 

 

* Cet article a été réalisé en partenariat avec le Wagon

 

 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Marseille, la ville qui résiste encore et toujours aux « gentrifieurs »

    Marseille, la ville qui résiste encore et toujours aux « gentrifieurs »

    Cet article a été initialement publié sous le (...)
    >
  • Les dons d'entreprises à des initiatives

    Les dons d'entreprises à des initiatives "positives" battent de nouveaux records en 2017

    Le mécénat d’entreprise a le vent en poupe. (...)
    >
  • Pourquoi rendre les voitures électriques plus autonomes est une mauvaise idée

    Pourquoi rendre les voitures électriques plus autonomes est une mauvaise idée

    Cet article est republié à partir de The (...)
    >
  • Comment les pays du Sud peuvent réinventer la transition (en 30 leçons)

    Comment les pays du Sud peuvent réinventer la transition (en 30 leçons)

    Cet article a été initialement pulié sur The (...)
    >
  • Comment la Terre peut entrer en surchauffe

    Comment la Terre peut entrer en surchauffe

    Cet article a été initalement publié sur le site (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >