Yuka : l'appli collaborative qui passe votre alimentation au scanner

Yuka : l'appli collaborative qui passe votre alimentation au scanner

Pour faciliter le consommateur à faire des choix alimentaires plus sains, l'application Yuka analyse les étiquettes alimentaires et évalue chaque produit en prenant en compte l'impact de ses différents composants sur la santé.

Lancée en janvier 2017 par trois amis, Julie, Benoît et François, l’application Yuka est née d’une envie très simple : celle de consommer mieux en adoptant des habitudes alimentaires plus saines. Une volontée partagée par plusieurs millions de français, mais rendue difficile par la complexité des étiquettes sur les produits, pas toujours évidents à déchiffrer.

L’idée de Yuka prend racine dans un livre déniché par Benoît, qui explore les produits alimentaires les plus sains dans les rayons de supermarchés. Séduit par ce petit guide, le jeune père de famille réfléchit alors à une façon de proposer un outil accessible et facile d’utilisation pour éclairer le consommateur sur le choix des produits qui remplissent son caddie.

“L’idée était super, mais pas franchement pratique : déambuler dans les rayons de supermarché un livre à la main, qu’il faut ouvrir à chaque produit sélectionné pour en étudier les qualités, ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique ! Et puis difficile de condenser dans un livre toutes les références qu’on peut trouver en magasin”.

Une évaluation basée sur 3 critères


L’équipe creuse l’idée d’un objet connecté, une petite carotte -- qui deviendra le logo de la marque -- à aimanter sur le frigo et permet de passer au scan les produits de son panier au retour des courses, avant de finalement abandonner l’idée pour développer l’application Yuka.

Le fonctionnement est très simple : il suffit de scanner le code-barres du produit pour voir s’afficher son impact sur la santé via un code couleur. Excellent, bon, médiocre, mauvais... l’appréciation des produits découle d’une évaluation selon 3 critères : leur qualité nutritionnelle, la présence d’additifs et leur dimension biologique. L’utilisateur peut ensuite accéder à une fiche produit détaillant l’évaluation, avec les qualités et les défauts en terme d’impact sur la santé.

Dès que l’impact d’un produit est négatif, Yuka propose des produits similaires meilleurs pour la santé. L’appli propose également un classement des meilleurs produits par catégorie.

Application collaborative


Développée sur la base d’une plateforme collaborative, à l’image de Wikipédia, l’application a déjà séduit plus de 2,5 millions d’utilisateurs. Ces derniers peuvent ajouter des fiches produits, corriger ou signaler des erreurs sur ceux déjà référencés.
1 000 à 1 500 contributions sont apportées chaque jour pour enrichir la base de données sur laquelle sont déjà référencés et notés quelque 200 000 produits. “Au total, ce sont plus d’un million de produits qui sont scannés chaque jour”, s’enthousiasme Julie.

Aucune dépense de communication n’a été effectuée en acquisition d’utilisateurs : c’est principalement le bouche à oreille et le relai dans les médias qui a fait la notoriété de l’application, qui figure en tête de classement sur les stores de téléchargement.

À peine plus d’un an après le lancement de l’application, ses trois cofondateurs projettent de s’attaquer à un nouveau marché de consommation en développant un volet sur l’analyse de produits de beauté et d’hygiène.

 


 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Destination finale : après la Chine, où finiront nos déchets ?

    Destination finale : après la Chine, où finiront nos déchets ?

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • Alain Damasio :

    Alain Damasio : "Rendre désirable autre chose que le transhumanisme"

    Alain Damasio se pointe à l’Arche de (...)
    >
  • Brigitte Gothière, L214 :

    Brigitte Gothière, L214 : "Il faut refaire le lien entre la viande et les animaux"

    Comment est née l’association ?Comme tous les (...)
    >
  • Un temple de l'économie circulaire va ouvrir ses portes à Paris en 2019

    Un temple de l'économie circulaire va ouvrir ses portes à Paris en 2019

    « C’est un bâtiment-manifeste : on veut montrer (...)
    >
  • Les emballages écolo ou comestibles pourront-ils remplacer le plastique ?

    Les emballages écolo ou comestibles pourront-ils remplacer le plastique ?

    Régulièrement, une start-up annonce avoir mis au (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >