Isolez votre casserole pour fermer une centrale nucléaire

Isolez votre casserole pour fermer une centrale nucléaire

Le Cocon est un système d'isolation de casserole qui vise à cuisiner en réduisant considérablement sa consommation d'énergie. Multiplié par 60 millions de Français, on pourrait même se passer de Fessenheim.

L’histoire commence par une froide matinée de novembre. Emmitouflé dans sa couette, au sortir du lit, Ambroise attend à côté de la casserole que son lait chauffe quand soudain, il est traversé par une idée lumineuse : pourquoi ne pas mettre une couette autour des casseroles afin de conserver leur chaleur ? La cuisine est en effet le pôle le plus énergivore du foyer, après le chauffage. Nous isolons nos maisons mais pas nos casseroles... Pourquoi ne pas essayer ?

Ainsi est né l’idée de créer le Cocon, premier produit conçu par Panda Fuji, la société créée par Ambroise Toutain fin novembre 2017. Le Cocon est une ceinture venant entourer la casserole afin de l’isoler thermiquement et permet de conserver une température d’ébullition tout en gardant la puissance du feu au minimum, de façon à utiliser le moins d’énergie possible.

"De cette façon, plutôt que de cuire vos pâtes ou légumes à 10 de la puissance du feu, vous pouvez rester à 1 et garder le même temps de cuisson et la même ébullition", précise le jeune inventeur, fraîchement diplômé des Arts et Métiers à Paris (Ensam).

Des produits biosourcés, 100% made in France

 

Le choix des matériaux de fabrication a également été pensé dans un soucis d’écologie et de respect de l’environnement, "pour avoir un impact moindre et une empreinte carbone proche de 0".

Le Cocon est composé d’un feutre de laine ignifugé et d’un contour en bois. Le tissu 100% laine, qui joue le rôle d’isolant thermique est certifié label "Oeko Tex", garantissant une origine et une récolte sans violence animale et l’absence des principales substances indésirables pour la santé et pour la peau. Le bois, qui sert de rigidifiant, provient de forêts ayant le label PEFC, garantissant une gestion durable.

"On a vraiment à coeur d’utiliser des produits propres, biosourcés et biodégradables de façon à fournir un produit dont on est conscient de l’empreinte écologique", assure Ambroise.

Une démarche éco-citoyenne

 

Permettre à chacun d’agir au quotidien pour préserver l’environnement, c’est la volonté de Panda Fuji. "Si tous les foyers français utilisaient un cocon pour cuisiner, il serait possible de fermer une centrale nucléaire de 900 MW comme Fessenheim !", souligne le jeune entrepreneur qui détaille ses calculs sur son blog.

Vendu au prix de 29,90 euros sur la boutique en ligne de Panda Fuji, le Cocon est entièrement fabriqué en France dans l’atelier qu’elle occupe à Saint-Mandé, en Ile-de-France.

La jeune société intègre à sa préoccupation environnementale une démarche sociale et solidaire en travaillant main dans la main avec des établissements médico-sociaux, qui ont pour objectif l’insertion sociale et professionnelle de travailleurs handicapés (Esat).

Pour l’heure, Panda Fuji commercialise le Cocon uniquement via sa boutique en ligne mais ambitionne par la suite de se développer en B2B [business to business, ndlr], dans les domaines de la restauration, des cuisines municipales ou dans les cours de cuisine.



La proposition fait en tout cas déjà mouche dans les cuisines des premiers utilisateurs : "Les 150 Cocons mis en prévente pour valider et peaufiner le prototype se sont écoulés en moins de 10 minutes !", se réjouit Ambroise.

A six mois du début de son aventure, l’équipe de Panda Fuji ne compte aujourd’hui que 3 membres mais ne manque pas d’ambition. Pour se permettre de développer de nouveaux produits visant à réduire la consommation d’énergie au quotidien, comme par exemple des composteurs urbains ou des barbecues solaires urbains, Panda Fuji s’apprête dans un premier temps à proposer d’autres objets et accessoires "simples et pratiques".

Ambroise parle d’isol mug (pour conserver au chaud café ou thé) et de sets de table qui seraient fabriqués à partir de chutes, pour optimiser l’utilisation des matériaux. Une façon de plus de se rapprocher à la fois du zéro déchet et du zéro gaspillage énergétique, et de sensibiliser les consommateurs aux enjeux environnementaux.

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Destination finale : après la Chine, où finiront nos déchets ?

    Destination finale : après la Chine, où finiront nos déchets ?

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • Alain Damasio :

    Alain Damasio : "Rendre désirable autre chose que le transhumanisme"

    Alain Damasio se pointe à l’Arche de (...)
    >
  • Brigitte Gothière, L214 :

    Brigitte Gothière, L214 : "Il faut refaire le lien entre la viande et les animaux"

    Comment est née l’association ?Comme tous les (...)
    >
  • Un temple de l'économie circulaire va ouvrir ses portes à Paris en 2019

    Un temple de l'économie circulaire va ouvrir ses portes à Paris en 2019

    « C’est un bâtiment-manifeste : on veut montrer (...)
    >
  • Les emballages écolo ou comestibles pourront-ils remplacer le plastique ?

    Les emballages écolo ou comestibles pourront-ils remplacer le plastique ?

    Régulièrement, une start-up annonce avoir mis au (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >