AssoConnect, la plateforme qui facilite la gestion des associations

AssoConnect, la plateforme qui facilite la gestion des associations

Créée en 2014, la plateforme AssoConnect propose à ses 2 000 structures clientes un outil de gestion simple et accessible. Objectif : moderniser les associations.

Des factures faites à la main, des chèques empilés dans des classeurs en attente d’être déposés à la banque, des comptes tenus sur des tableurs Excel peu rigoureux et mal organisés : les associations - en comparaison des entreprises - ne sont pas les plus en pointe en terme d’utilisation d’outils numériques.

Un retard qui n’a pas échappé à Arnaud de la Taille, jeune entrepreneur diplômé de l’École des Ponts, qui décide de lancer en 2014 avec deux amis, Sylvain Fabre et Pierre Grateau, la plateforme AssoConnect. "Simple d'utilisation et abordable", cette plateforme numérique permet de gérer intégralement une association, de la comptabilité aux adhésions en passant par la création de site web ou la collecte de fonds, sans qu’aucune compétence technique ou comptable ne soit requise.

L’idée étant de "permettre aux associations de passer moins de temps sur l’administratif pour se consacrer pleinement à leur projet", précise Arnaud de la Taille.

De la débrouille à la digitalisation

 

Fortement impliqués dans le milieu associatif depuis leurs années étudiantes - scoutisme, protection civile ou encore association sportive - et conscients des difficultés auxquelles se heurtent les associations, les trois co-fondateurs d’AssoConnect souhaitent apporter une réponse en quatre dimensions aux besoins inhérents à toute organisation : communiquer et se faire connaître (avec notamment la création d’un site vitrine, d’outil de mailing, sms, sondage) ; gérer ses membres (bénévoles, adhérents, administrateurs, donateurs) ; collecter les paiements, dons, adhésions ; et enfin gérer sa comptabilité.

"Faute de budget, les associations ont toujours évolué dans un état d’esprit débrouille, mais elles tendent à se numériser", remarque Arnaud. Selon lui, le secteur de plus en plus concurrentiel - 35 000 nouvelles structures voient le jour chaque année en France - oblige les associations à se structurer pour être plus efficaces.

A cela s’ajoutent les baisses récurrentes des subventions publiques qui leur laissent peu de marge de manoeuvre pour investir dans des outils onéreux qu'utilisent les entreprises, et les oblige à trouver de nouvelles sources de financement. Les associations ont de plus en plus recours au financement participatif et aux outils de collecte de fonds en ligne, ce qui leur imposent de développer leur visibilité. Enfin, les parties prenantes exigent plus de transparence, obligeant les associations à communiquer davantage et de façon plus fluide, notamment sur l’allocation des fonds.

Un impact économique colossal

 

L’associatif deviendrait-il un secteur porteur ? Arnaud de la Taille note en tout cas que le secteur social attire plus qu’avant. "Il y a un changement d’image, les gens ont besoin de s’impliquer dans ce qui fait sens pour eux. Aujourd’hui une personne sur deux adhère à une association. L’associatif fait partie intégrante de notre quotidien, c’est une aventure humaine à impact positif".

Pour autant, "business et impact ne sont pas incompatibles", souligne le jeune homme aux manettes d’AssoConnect. "On a tendance à assimiler l’association au social et l’entreprise à l’argent, mais mêmes si elles n’ont pas une finalité lucrative, les associations ont un impact économique colossal."

Et pour cause ; avec quelque 1 300 000 associations qui comptent plus d’1,8 million de salariés et 13 millions de bénévoles, le monde associatif représente 3,5% du PIB en France - soit un volume supérieur à celui de l’agriculture et l’agroalimentaire réunis, ou à celui de l'hôtellerie et la restauration.

Surfant sur la vague du numérique et profitant de l’hybridation des modèles avec l’émergence des entreprises sociales et le regain d’intérêt pour l’associatif, AssoConnect a su saisir un créneau qui était alors inoccupé. "Question timing, on a eu un peu de chance", reconnaît Arnaud de la Taille dans un sourire.

2000 associations adhérentes

 

Les tarifs d’adhésion à la plateforme se veulent "abordables" et varient selon la taille et de l’association (mesurée en nombre de contacts, c’est à dire les composants de son écosystème), avec un prix d’ouverture à 19 euros par mois pour les assos qui comptent moins de 50 contacts.

"Il est extrêmement difficile de développer un logiciel sur les tarifs qu’on pratique", précise le co-fondateur. À logiciel équivalent vendu en entreprise, les tarifs pratiqués sont 10 fois plus élevés.



Du petit club d’échec de quartier à l’importante association médico-sociale qui dénombre 100 000 membres, AssoConnect compte aujourd’hui dans ses clients un peu plus 2 000 associations et des dizaines de fédérations partout en France et dans quelques pays francophones.

La startup, qui vient de fêter son 4e anniversaire et compte aujourd'hui 22 salariés, ambitionne de poursuivre son développement à l’international pour devenir, peut-être demain, leader mondial de la gestion dans le secteur associatif.

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le hors-série Effondrement en kiosque le 30 novembre ! Sommaire

    Le hors-série Effondrement en kiosque le 30 novembre ! Sommaire

    "Et si tout s'effondrait ?" - HORS-SÉRIE (...)
    >
  • "C'est qui le patron ?!", "Juste & Vendéen"... Le consommateur engagé sauvera-t-il les paysans ?

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • « Oldyssey » : et si la France avait beaucoup à apprendre de ses

    « Oldyssey » : et si la France avait beaucoup à apprendre de ses "vieux" ?

    Du fait de l’allongement de la durée de vie et du (...)
    >
  • Braderie de l'Art : 150 artistes réunis pour un week-end de création éco-responsable

    Braderie de l'Art : 150 artistes réunis pour un week-end de création éco-responsable

    En 1991 l’artiste Fanny Bouyagui crée Art Point M, un (...)
    >
  • [Édito] Face à l'effondrement écosystémique, réduire le décalage prométhéen

    [Édito] Face à l'effondrement écosystémique, réduire le décalage prométhéen

    « Et sur le piédestal il y a ces mots :/ “Mon nom (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >