Le Projet Imagine : 33 films pour un monde plus juste

Le Projet Imagine : 33 films pour un monde plus juste

Journaliste, réalisatrice et productrice, Frédérique Bedos fonde en 2010 Le Projet Imagine, ONG d'information qui réalise et produit des films ayant pour but d'encourager chacun à agir en faveur d'un changement positif.

En mars 2013, Ban Ki-Moon, alors secrétaire général de l’Organisation des nations unies (ONU), déclarait que si les objectifs de développement du millénaire n’étaient pas atteints, c’est parce que les droits des femmes étaient en recul partout dans le monde. C’est ce constat qui a décidé la journaliste Frédérique Bedos à se lancer dans une véritable enquête de terrain autour du globe pour réaliser un an plus tard Des femmes et des hommes.

"J’ai voulu comprendre la réalité de cette situation, car s’il restait indéniablement du chemin à faire et des combats à mener, je pensais que nous étions sur la bonne voie", raconte la réalisatrice qui dresse dans ce film documentaire un état des lieux pour le moins édifiant des droits des femmes dans le monde et montre comment les inégalités des sexes ont un impact néfaste sur une multitude de sujets sociétaux.



Des femmes et des hommes fait partie des 33 films réalisés et produits par Le Projet Imagine, ONG d’information qu’a fondé Frédérique Bedos en 2010. Son ambition : réaliser des films inspirants et auxquels peut s’identifier le plus grand nombre en mettant en scène des héros anonymes, et impulser un mouvement collectif en faveur d’un monde plus juste et durable.

Journalisme d’espérance

 

Qu’il s’agisse de courts, moyens ou longs métrages, de portraits ou d’enquêtes documentaires, les films Imagine obéissent tous à la même ligne éditoriale : celle d’un journalisme d’espérance.

"Je trouvais anxiogène la façon dont les médias décryptent le monde, inspirant la peur, le repli sur soi et la haine de l’autre. J’avais envie de prendre la tangente, de me libérer de ces carcans pour explorer une nouvelle façon d’aborder des sujets qui nous concernent tous", explique Frédérique Bedos.

Un projet qui prend racine dans l’enfance de la jeune femme, élevée à Roubaix, dans le Nord, par des parents adoptifs qui ont recueilli et élevé une vingtaine d’enfants venus du monde entier, tous jugés "inadoptables" car trop âgés ou lourdement handicapés. "J’ai pris conscience que mes parents étaient les premiers héros de mon enfance. Ils n’ont pas la fortunes de Bill Gates ni le cerveau d’Einstein mais ce sont des héros humbles, auxquels tout le monde peut s’identifier", raconte la jeune femme. "Ce sont eux qui m’ont donné envie de raconter les histoires de celles et ceux qui, à leur échelle, agissent pour changer la donne".



Frédérique Bedos s’inspirera de cette enfance atypique, dont elle a conservé de fortes valeurs humanistes, de partage et d’intégration, pour imaginer et réaliser des films sur ces héros qui oeuvrent, souvent dans l’ombre, au service de toutes les causes : l’égalité femmes-hommes, le handicap, l’accès à la santé pour tous, l’insertion par l’agriculture biologique, la protection des enfants ou encore la préservation de la biodiversité.

Impliquer et donner envie d’agir

 

Le Projet Imagine prend également la forme d’un mouvement citoyen en agissant sur le terrain, à la rencontre des jeunes dans les établissements scolaires, des salariés dans les entreprises, des détenus dans les prisons et des citoyens dans leurs quartiers.

Des femmes et des hommes, auréolé de plusieurs distinctions et déjà visionné par 35 millions de téléspectateurs à travers le monde, était ainsi projeté au lendemain de la journée internationale des droits des femmes, ce vendredi 9 mars, au cinéma L’Ecran, à Saint-Denis, en présence de sa réalisatrice. "Il est essentiel de porter les messages forts véhiculés dans les films auprès du plus grand nombre, notamment toutes celles et ceux qui vivent dans les quartiers paupérisés, éloignés des centres culturels".

"Notre pari est de faire diffuser ces films auprès du plus grand nombre pour initier une véritable contagion. Ainsi, à grande échelle, face à ces images inspirantes, nous aurons à notre tour envie de nous engager au service d’un monde plus juste, plus durable", précise la fondatrice qui s’est vu remettre le 5 mars dernier le Prix inspiration lors des trophées "Pour les femmes dans les médias" (PFDM).

Une ambition utopique ? "Certainement, concède Frédérique Bedos. Mais honnêtement, quel intérêt avons-nous, collectivement et individuellement, à renoncer à l’utopie ?"

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le

    Le "zéro déchet" est-il un projet radical ?

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • "Mad Jacques" : la France de l'auto-stop a fait son festival dans la Creuse

    “Par contre je vous préviens : j’ai encore 500 (...)
    >
  • Crok'Papilles : quel modèle pour relever le défi du circuit court en zone rurale ?

    Crok'Papilles : quel modèle pour relever le défi du circuit court en zone rurale ?

    Christophe Mardi, un passionné de bonne bouffe vivant (...)
    >
  •  La finance solidaire bat un nouveau record en 2017

    La finance solidaire bat un nouveau record en 2017

    L’encours de l’épargne solidaire a atteint un (...)
    >
  • Un documentaire pour mettre des mots sur les maux des médias

    Un documentaire pour mettre des mots sur les maux des médias

    Il y a deux ans, Laurent Beccaria et Patrick de (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >