EHPAD : comment en est-on arrivé là... et comment en sortir

EHPAD : comment en est-on arrivé là... et comment en sortir

Les personnels des EHPAD de France se sont mis en grève mardi 30 janvier afin de réclamer plus de moyens. En moyenne, seulement 6 agents sont disponibles pour s'occuper de 10 aînés. Guillaume Desnoës, co-fondateur d'Alenvi, revient sur le processus historique qui nous a conduit à cette situation, et plaide pour une assistance aux personnes âgées plus humaniste.

La grève générale des personnels des EHPAD et des services d’aide à domicile a permis de braquer les projecteurs sur les problèmes rencontrés par le secteur de l’accompagnement des personnes âgées. La crise est profonde: manque de moyens, précarisation des emplois, accidents du travail, absentéisme, mal-être des professionnels… comment en est-on arrivé là? D’où vient ce cercle vicieux qui génère de la casse sociale et confronte des millions de personnes à la maltraitance institutionnelle?

Les revers de l’État-providence


La dépendance des personnes âgées était auparavant un problème de famille qui s’est, au fil des décennies, mué en problème de société du fait de l’allongement de la durée de vie et des modifications des structures familiales. Des millions de français ont confié leurs aînés à des professionnels, soit en maison de retraite, soit à leur domicile. En 1980, la chanson de Jean Ferrat, “Tu verras, tu seras bien” mettait déjà le doigt sur cette nouvelle réalité, révélant l’angoisse des familles qui acceptaient de gré ou de force que la collectivité se substitue à elles.

Pour répondre à cet enjeu, la société industrielle a appliqué à peu près les mêmes méthodes qui avaient permis quelques décennies auparavant d’équiper chaque Français d’une automobile. Il fallait  d’abord que le facteur de production principal, en l’occurrence l’humain, ne soit pas trop cher et variabilisé, d’où des salaires faibles et du temps partiel subi (70% dans l’aide à domicile aux personnes âgées). Pour standardiser le service, il fallait des procédures, d’où des formations “mécanistes”, qui ne donnent que très peu de place au savoir-être et à la connaissance de soi. Enfin, pour contrôler la qualité, il fallait évidemment des managers munis d’un fort pouvoir hiérarchique.
 

Les Temps Modernes


Alors que le travail des employés des maisons de retraite et des aides à domicile auprès des personnes âgées vulnérables implique une immense responsabilité au quotidien, celle-ci est quasiment niée dans les organisations qui les emploient. Autonomie, collaboration, initiative sont trop souvent absents du bréviaire du manager médico-social. Ce qui désespérait Billancourt il y a 50 ans, accable aujourd’hui le million de personnes travaillant à domicile ou en EHPAD.

En plus des difficultés sociales, les personnels doivent vivre avec le sentiment de n’être guère plus que des machines, comme le Charlot des Temps Modernes, de faire partie d’un système déshumanisant qui ne leur permet plus d’exprimer l’empathie qui les a pourtant conduits à faire ce métier. La réussite d’un tel accompagnement dépend pourtant justement de la motivation et l’envie du professionnel. En bout de chaîne, ce sont bien sûr les personnes âgées qui pâtissent d’un tel système.

 

Sortir de l’économisme


Cette vision purement économiste de l’accompagnement des personnes âgées est dangereuse. Elle change insidieusement notre rapport à nos parents, et donc à nous-mêmes. Dans la sphère économique, comme dans l’administration, les personnes âgées sont trop souvent vues comme un fardeau. On parle assez crûment du secteur du “maintien à domicile”, indiquant qu’on attend finalement plus grand chose de ces gens.

Mais c’est encore pire quand on les considère comme un Eldorado! Une filière d’avenir impulsée par l’État est consacrée aux pourcents de PIB que l’on peut générer grâce aux personnes à cheveux gris! En utilisant le terme anglais silver economy, on réussit à la fois à évacuer le caractère potentiellement discriminatoire de l’expression et à la rendre encore plus prometteuse pour les acteurs économiques…
 

Faire primer l’homme sur l‘individu


Et si nous repensions l’accompagnement des personnes âgées à partir d’une vision humaniste, d’une “doctrine qui prend pour fin la personne humaine”, comme l’écrivait Proudhon? On peut pour cela partir de quatre idées simples.

  • L’accompagnement d’une personne âgée dépendante par un professionnel est avant tout une relation humaine qui nécessite une empathie forte.

  • Les professionnels qui font ce métier sont des professionnels de l’empathie avant d’être des professionnels de la toilette, de l’habillage ou de la préparation du repas.

  • Pour s’épanouir en tant que professionnel de l’empathie, il faut de la stabilité (temps plein, rémunération correcte),  une capacité d’initiative, l’opportunité de collaborer et des formations qui aident à entretenir son empathie, y compris quand on est confronté aux difficultés du métier.

  • Les structures qui organisent l’accompagnement des personnes âgées ne sont pas là pour gérer un fardeau ni pour chercher un eldorado. Elles sont là pour entretenir un système vertueux qui crée des résultats positifs pour l’ensemble de leurs parties prenantes : professionnels, bénéficiaires, et pouvoirs publics.

Évaluons les structures existantes à l’aune de ces idées et créons-en de nouvelles qui ne transigent pas avec l’ambition, exprimée par Saint-Exupéry de “faire primer l’homme sur l’individu”.




Alenvi humanise l'accompagnement à domicile des personnes âgées. Des communautés autonomes d'auxiliaires d'envie travaillent dans un cadre stable (CDI 35h garanti, salaire 12% supérieur à la convention collective), gèrent en autonomie le recrutement, la prospection, les plannings, et bénéficient de formations continues centrées sur le savoir-être et la connaissance de soi. Cette organisation du travail innovante permet de proposer l'accompagnement humain et stimulant dont les personnes âgées ont besoin.


Guillaume Desnoës, co-fondateur d'Alenvi.

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    Savez vous ce qu’est le permafrost ou le forçage (...)
    >
  • Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Chaque année, le secteur du textile émet 1,2 (...)
    >
  • Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Comment est né le World Impact Summit et quelle est sa vision (...)
    >
  • Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    La souffrance au travail, nouveau « mal du (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • Bastien et Hugues Sibille :

    Bastien et Hugues Sibille : "Vive l'entreprise ESS libérée !"

    Ne faisons pas que la remise du rapport « L’ (...)
    >