French Impact :

French Impact : "faisons tomber les barrières de l'Économie Sociale et Solidaire"

Le Ministère de la transition écologique et solidaire et le Haut-Commissaire à l'ESS ont annoncé le lancement jeudi 18 janvier "French Impact", l'Accélérateur national d'innovation sociale. C'est l'occasion d'ouvrir l'Économie Sociale et Solidaire à de nouveaux secteurs.

Un milliard d’euros mobilisé en faveur de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) en cinq ans, création d’un accélérateur d’innovation sociale, simplification administrative pour faciliter la R&D sociale et solidaire… En lançant French Impact, le Ministère de la transition écologique et solidaire et le Haut-Commissaire à l’ESS ont frappé fort et ont réinscrit l’innovation sociale à l’agenda gouvernemental, sujet qui avait disparu des radars ministériels depuis le vote de la Loi Hamon en 2014.

Saluons cette belle dynamique dont l’ESS avait besoin! Et en même temps… soulignons que le chemin qu’il reste à parcourir pour que l’innovation sociale change vraiment de dimension est encore long. Quelques points de vigilance sont en effet à intégrer pour que le programme gouvernemental ne soit pas un outil au seul service des premiers de cordée. Oui, il faut permettre aux licornes de l’ESS de se développer et de démultiplier leur impact social! En ce sens, le premier appel à projet de French Impact qui récompensera 10 à 15 entreprises sociales “qui ont démontré la robustesse de leur modèle et leur impact social” est plus que pertinent. Mais n’oublions pas que l’innovation sociale, c’est avant tout une innovation de territoire, qui répond aux besoins – souvent locaux - des habitants.

Se connecter aux collectivités territoriales


Dès lors, French Impact a l’impérieux devoir de se connecter aux collectivités territoriales et notamment aux Régions et aux EPCI (Établissement public de coopération intercommunale: communautés d'agglomération, métropoles, etc.), qui depuis la loi NOTRe* sont les collectivités en charge du développement économique. S’allier aux collectivités, c’est garantir un repérage efficace des innovations sociales – même micro – mais également capitaliser sur des communautés d’acteurs déjà existantes. En bref, ne pas réinventer la poudre mais amplifier les réussites locales. Ainsi, pourquoi ne pas imaginer que les dispositifs de soutien à l’innovation sociale portés par les collectivités puissent être co-financés ou au moins bonifiés par “French Impact” (via le fonds d’amorçage prévu par le gouvernement par exemple)? Pourquoi également ne pas associer les collectivités aux choix des structures qui seront labellisées "French Impact" pour accompagner et conseiller les innovateurs sociaux? Cette approche permettrait une sélection fine des experts, aurait l’avantage de ne pas venir déstabiliser les écosystèmes locaux de l’accompagnement et positionnerait French Impact comme un outil d’animation territoriale.


Aller là où l’innovation sociale est méconnue mais nécessaire!


L’autre enjeu est de favoriser l’émergence et le développement d’innovations sociales là où les habitants en ont le plus besoin, notamment dans les quartiers prioritaires (quartiers politique de la ville)  et les zones rurales. Pour ce faire, il serait intéressant de créer des communautés locales "French Impact" dans lesquelles intégrer des acteurs qui ne sont pas des habitués des réseaux de l’économie sociale et solidaire traditionnels : tiers-lieux ruraux, bailleurs sociaux, Missions locales, MJC, CitésLab, CCAS, lieux culturels, Clubs de prévention, etc. Tous ces acteurs sont au plus près du terrain, sentent le pouls de notre société et accompagnent des publics qui pourraient devenir les innovateurs sociaux de demain ! Là encore, les collectivités et les réseaux locaux pourraient être de précieux alliés pour repérer et intégrer ces acteurs dans les communautés locales de French Impact.

Pour une conception de l’innovation sociale renouvelée


Enfin, French Impact a un rôle déterminant à jouer pour favoriser le renouvellement et l’ouverture des processus d’innovation sociale. Les innovations sociales demeurent encore bien souvent le fait d’une personne ou d’un collectif spécialiste d’un secteur d’activité, de leur intuition, de leur bonne idée. Mais par là même, elles demeurent souvent cantonnées au petit cercle de l’ESS et se coupent d’autres talents. Le gouvernement aura réussi son pari si demain, les innovations sociales sont conçues localement grâce à des méthodes agiles et participatives (open innovation, design thinking) qui permettent à des entrepreneurs sociaux, des collectifs d’habitants, des étudiants, des chefs d’entreprise, des designers, des élus ou encore des artistes de concevoir ensemble des solutions aux défis sociaux et environnementaux. Bref, si toutes les parties prenantes d’un territoire savent additionner leurs compétences, expériences et connaissances au service de l’intérêt général.

Ne réservons plus l’innovation sociale à l’économie sociale et solidaire, faisons tomber les barrières, croisons les écosystèmes. French Impact nous ouvre une belle fenêtre de tir. Saisissons cette opportunité pour construire une innovation sociale à la Française : plurielle, imaginative et visionnaire!

*La loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République), promulguée en août 2015 prévoit une nouvelle organisation du territoire français, donnant de nouvelles compétences aux régions. Elles sont notamment responsables de la politique de soutien aux petites et moyennes entreprises et aux entreprises de taille intermédiaire. Elles sont également en charge de l’aménagement durable du territoire.



Les Beaux Jours accompagnent les organisations dans la conception et la mise en œuvre d’innovations sociales. En mobilisant l’intelligence collective, la créativité et l’optimisme des citoyens, Les Beaux Jours permettent la co-création de solutions innovantes aux défis de notre époque (inclusion, éducation, transition écologique, empowerment citoyen, etc.).



Julien BOTTRIAUX, consultant en innovations sociales et co-fondateur des Beaux Jours.



Rémi BOTTRIAUX, designer d’innovations sociales et co-fondateur des Beaux Jours.



Retrouvez notre article sur le lancement du French Impact sur notre site :



Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Transiscope : la carte des alternatives près de chez vous

    Transiscope : la carte des alternatives près de chez vous

    Même avec la meilleure volonté du monde, il (...)
    >
  • David Graeber : le revenu universel, remède aux jobs à la con ?

    David Graeber : le revenu universel, remède aux jobs à la con ?

    David Graeber, la rock star de l’anarchisme. Une rock star (...)
    >
  • "Il existe deux Internets : celui des "précurseurs" et celui des classes populaires"

    Cet article a été publié initialement sur (...)
    >
  • Le n°31 en kiosque le 10 octobre ! Sommaire

    Le n°31 en kiosque le 10 octobre ! Sommaire

    DOSSIER   "Pas de quartier pour les prolos!". (...)
    >
  • [Entretien] Low-tech Lab :

    [Entretien] Low-tech Lab : "fédérer autour de l'innovation qui a du sens"

    Tu as suivi une formation d’ingénieur classique avant (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >