Les Allemandes peuvent désormais connaître le salaire de leurs collègues masculins

Les Allemandes peuvent désormais connaître le salaire de leurs collègues masculins

Une loi allemande va permettre aux salariées de connaître le salaire de leurs homologues masculins afin de favoriser l'égalité salariale entre hommes et femmes. Mais elle ne sera applicable qu'aux entreprises de plus de 200 personnes.

L’Allemagne avance dans la transparence concernant les inégalités salariales entre femmes et hommes. À partir du 6 janvier, une loi autorisera les salariées outre-Rhin à savoir ce que gagnent leurs homologues masculins. Le pays est l’un des plus mauvais élèves européens dans ce domaine. Les femmes gagnent en moyenne 16,26 euros de l’heure contre 20,71 euros pour les hommes, soit un écart de 21,5%. En Europe, la moyenne s’établit à 16%.

Cependant, cette loi ne s’appliquera qu’aux entreprises de plus de 200 salariés. De plus, elle ne permettra pas de connaître exactement ce que gagne un collègue. Les chiffres donnés aux salariés seront en réalité une moyenne des salaires de six salariés du sexe opposé travaillant au même poste. En d’autres termes, cette loi sera inapplicable si une femme n’a que cinq collègues masculins pour la même mission. Même conséquence si les intitulés ou descriptifs des postes sont très précis et qu’une différence est constatée entre plusieurs salariés. Ce texte fonctionne dans les deux sens car les hommes pourront aussi vérifier ce que gagnent leurs collègues féminins.
 

Égalité obligatoire en Islande


L’idée mettre sur la place publiques les salaires n’est pas neuve. En Norvège, quelques clics permettent de savoir ce qu’à gagné un ami, un voisin ou un membre de sa famille. Le pays a adopté un modèle de transparence total : le fisc norvégien publie chaque année sur son site les salaires, les montants d’imposition de tous les contribuables. Afin d’éviter les abus, chaque Norvégien est averti quand un de ses compatriotes regarde ses informations.

L’Islande est allé encore plus loin que les Allemands dans la démarche d’égalité sans s’en remettre aux citoyens pour faire la police. Depuis le 1er janvier 2025, les entreprises privées de plus de 25 salariés et les services publics sont dans l’obligation de rémunérer de manière égale les femmes et les hommes. Ils doivent d’ailleurs disposer d’un document certifiant l’application de cet équilibre salarial. En cas de non respect de cette loi, les entreprises islandaises recevront une amende. Il s’agit du premier pays au monde à se doter d’une telle loi.

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le

    Le "zéro déchet" est-il un projet radical ?

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • "Mad Jacques" : la France de l'auto-stop a fait son festival dans la Creuse

    “Par contre je vous préviens : j’ai encore 500 (...)
    >
  • Crok'Papilles : quel modèle pour relever le défi du circuit court en zone rurale ?

    Crok'Papilles : quel modèle pour relever le défi du circuit court en zone rurale ?

    Christophe Mardi, un passionné de bonne bouffe vivant (...)
    >
  •  La finance solidaire bat un nouveau record en 2017

    La finance solidaire bat un nouveau record en 2017

    L’encours de l’épargne solidaire a atteint un (...)
    >
  • Un documentaire pour mettre des mots sur les maux des médias

    Un documentaire pour mettre des mots sur les maux des médias

    Il y a deux ans, Laurent Beccaria et Patrick de (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >