L'entrepreneuriat social encore (trop) méconnu des Français

L'entrepreneuriat social encore (trop) méconnu des Français

Selon le dernier Baromètre de l'Entrepreneuriat Social publié par Convergences, ce secteur reste bien moins connu que celui de l'Économie Sociale et Solidaire.

Convergences a publié mardi 19 décembre le Baromètre de l’Entrepreneuriat Social 2018 réalisé par OpinionWay en partenariat avec KPMG, Ashoka, BNP Paribas, Fondation Chanel, le Mouves et Veolia. Un secteur qui mérite encore de se faire connaître du grand public. Seulement 37% des personnes interrogées ont déjà entendu parler “d’entrepreneuriat social”, contre 63% “d’économie sociale et solidaire” (ESS). Ces résultats restent meilleurs que ceux de l’année précédente et  “témoignent d’un défi fort du secteur et de l’importance de davantage communiquer sur l’impact de l’entrepreneuriat social”, comme le souligne le rapport.

Le manque de reconnaissance n’est pas le seul frein au développement de l’entrepreneuriat social. Les moyens financiers continuent d’être un souci pour 43% des entrepreneurs sociaux. Les rapporteurs ajoutent que “toutefois, le manque de partenariats avec des entreprises classiques descend dans le classement des freins (-8 pts), résultat en accord avec l’approche plus partenariale du secteur”.

A contrario, le levier principal de développement des entrepreneurs sociaux est le partenariat. En effet, 84% des entrepreneurs sociaux ont établi des partenariats avec des “entreprises classiques” et 81% avec les pouvoirs publics. Ceux-ci sont d’ailleurs perçus positivement par 94% des entrepreneurs sondés, chiffre en hausse de 11 points par rapport à l’année dernière.
 

Décalage de perception des problèmes sociétaux


Les attentes des entrepreneurs sociaux vis à vis des partenariats sont très précises. 48% d’entre eux en espèrent des soutiens financiers, 59% de l’aide à la conception de nouveaux produits et services en commun, 69% comptent en tirer des débouchés pour leurs produits et services.

Autre conclusion de ce rapport: le décalage de perception des problèmes sociétaux à résoudre entre le grand public et les entrepreneurs sociaux. Ces derniers estiment que le changement climatique (49%) et la cohésion sociale (41%) sont les sujets de société auxquels une réponse est nécessaire. Selon le grand public, ce sont le chômage (41%) et la pauvreté (34%).

Deux problématiques sont en forte croissance aux yeux du public: l'égalité femmes-hommes (+ 7 points) et le changement climatique (+ 6 points). Selon le rapport, ces résultats révèlent “d’une part, l’appropriation du sujet de l’égalité entre les sexes par l’ensemble de la société, et d’autre part, la sensibilisation croissante autour des agendas climat et de développement”.

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Un nouveau bastion de la culture et du développement durable au Fort d'Aubervilliers

    Un nouveau bastion de la culture et du développement durable au Fort d'Aubervilliers

    On ne tombe pas sur Fort Recup par hasard. Pour y parvenir, il (...)
    >
  • La Cité Fertile à Pantin, une nouvelle friche écolo et culturelle aux portes de Paris

    La Cité Fertile à Pantin, une nouvelle friche écolo et culturelle aux portes de Paris

    Terrain de pétanque, cabane à méditer, (...)
    >
  • Rana Plaza, Dieselgate : les scandales sont-ils vraiment nuisibles aux multinationales ?

    Rana Plaza, Dieselgate : les scandales sont-ils vraiment nuisibles aux multinationales ?

    Cet article a été initialement publié (...)
    >
  • La plus grande ferme aquaponique urbaine de France a ouvert à Aubervilliers

    La plus grande ferme aquaponique urbaine de France a ouvert à Aubervilliers

    Des fruits, des légumes, des fleurs et des aromates (...)
    >
  • Qu'aurait pensé Platon de Kylian Mbappé ?

    Qu'aurait pensé Platon de Kylian Mbappé ?

    Nul ne l’ignore, l’Équipe de France a (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • Créons les Apple équitables, Uber coopératifs et autres Amazon solidaires de demain !

    Créons les Apple équitables, Uber coopératifs et autres Amazon solidaires de demain !

    Ces réponses nouvelles sont souvent le fruit d’une (...)
    >