Avec Latitudes, des étudiants explorent la technologie pour le bien commun

Avec Latitudes, des étudiants explorent la technologie pour le bien commun

Depuis leur soirée de lancement, les Tech for Good Explorers se sont mis au travail. Ces étudiants ingénieurs ou informaticiens se consacrent une fois par semaine à la résolution d'un défi numérique pour une organisation d'intérêt général. Rencontre avec le co-fondateur de l'association, Phénix qui bénéficie du programme et des étudiants.

La définition du Tech for Good selon Augustin Courtier, fondateur de l’association Latitudes : “l’envie de mélanger les nouvelles technologies, et notamment les technologies de pointe, avec toute la thématique qui touche au bien commun”. L’association recueille donc les besoins technologiques de structures au service de l’intérêt général puis les propose à des étudiants ingénieurs ou informaticiens dans le cadre de leurs cursus.

Pour Nicolas Piffeteau, employé par l’entreprise Phénix, recevoir le travail d’étudiants sur du développement informatique est un précieux apport: “en terme d’analyse de données, on sait qu’on a de l’or entre les mains mais on a pas le temps de le valoriser”. Une opinion partagée par Paul Pacheco, chargé des aspects informatique de l'entreprise : aujourd’hui dans l’IT on a plus de projets que de temps. En interne, les fonctionnalités de base sont prioritaires, on laisse trainer des sujets très importants”.

Mickaïl Khadhar et Maxime Tournadre, étudiants en 4ème année en Système d'Information à l’ESIEA, font partie du groupe de 4 étudiants qui vont analyser cette mine de donnée pour Phénix. Ils ont pour mission d’optimiser le système de données de l’association afin en appliquant des techniques de big data afin d’obtenir une analyse en temps réel du gaspillage alimentaire au niveau d’un magasin précis, d’une région et du pays.

Les projets comme celui-ci sont sélectionnés par Latitudes pour leur dimension pédagogique et parce qu’ils "permettent aux étudiants de monter en compétence sur les sujets techniques pour pouvoir les faire valider par l’école”, selon Augustin Courtier. Le groupe d’étudiants qui va travailler avec Phénix au cours des six prochains espère apprendre par la pratique mais également la mise à disposition d’un réseau de mentors qui ont entre une et dix années d’expérience professionnelle. Une montée en compétence valorisée par la start-up qui ne cache pas l’embauche possible à la fin de tels projets.

 

 

Vers un impact social profondément intégré aux études d’ingénieur?


Latitudes
espère entamer une réflexion plus profonde chez les étudiants sur l’utilisation de leurs compétences. Pour Augustin Courtier, “c’est un travail de faire prendre conscience aux étudiants qu’un défi social se cache souvent derrière un défi technologique.”  Pour cela, l’association mobilise les structures d’accueil des élèves en leur demandant de prendre du temps pour expliquer la mission de l’association mais aussi l’impact espéré du projet lui-même. “Phénix produit chaque jour 80 000 équivalents repas de 500g. Ce qui nous met de bonne humeur c’est l’impact sociétal qu’on espère engendrer qui va être l’amélioration de la redistribution des invendus et donc limiter le gaspillage alimentaire.

À la demande des étudiants s’ajoute celle des structures comme Phénix qui apprécient le regard neuf des étudiants sur ce genre de projets. Au-delà de l’accumulation de projets dans différentes écoles, l’ambition de l’association Latitudes est de quitter les modules de projets pour devenir une partie intégrante des cursus d’ingénieurs au niveau national. “Il y a 200 écoles d’ingénieurs et d’informatique en France, on aimerait en toucher une vingtaine pour que même les étudiants qui ne sont pas dans les écoles qui participent au programme connaissent l’initiative et se posent la question de quoi faire dans leur école.” Cela s’inscrit dans un mouvement de fond des écoles qui réinventent leurs cursus et tentent d’intégrer l’impact social et environnemental recherché par les étudiants.   

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le Hors-série spécial Freelance 2019 sort le 25 octobre ! Sommaire

    Le Hors-série spécial Freelance 2019 sort le 25 octobre ! Sommaire

    Les freelances sont d'ores et déjà près d'un (...)
    >
  • Science-fiction, philosophie et sciences croisent leurs regards sur les futurs de la santé

    Science-fiction, philosophie et sciences croisent leurs regards sur les futurs de la santé

    “Toujours il y a eu des poètes et des bouffons pour se (...)
    >
  • [Édito] Lobbycratie : comment en est-on arrivé là ?

    [Édito] Lobbycratie : comment en est-on arrivé là ?

    En décembre 2018, le «principe (...)
    >
  • Félix Tréguer : « La défense du projet émancipateur lié à Internet a échoué »

    Félix Tréguer : « La défense du projet émancipateur lié à Internet a échoué »

    Cet entretien, initialement publié sur le site de notre (...)
    >
  • Un forum pour les plateformes coopératives

    Un forum pour les plateformes coopératives

    S’unir pour proposer une alternative   Uber dans le (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • Hugues Sibille : « L'opposition entre économie et écologie est stérile »

    Hugues Sibille : « L'opposition entre économie et écologie est stérile »

    Le départ de Nicolas Hulot fait couler beaucoup (...)
    >
  • Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Le succès du film « Demain » a (...)
    >
  • Comment nous pouvons court-circuiter Uber, Deliveroo et Blablacar

    Comment nous pouvons court-circuiter Uber, Deliveroo et Blablacar

    À l’heure où les enjeux de mobilités sont (...)
    >