À Lille, un festival sur la transformation numérique et l'innovation positive

À Lille, un festival sur la transformation numérique et l'innovation positive

Le festival Cheers consacré à "l'innovation positive" se tiendra le 29 novembre à Euratechnologies, à deux pas de la Citadelle de Lille. Marc-Antoine Navrez, président de l'agence Tymate et cofondateur du festival, nous explique pourquoi selon lui les entreprises peuvent être les pionnières de l'innovation positive.

Quelle est votre définition de l’innovation positive?

L’innovation positive désigne la création de valeur sociale, éducative et écologique à partir de la révolution numérique. On est au cœur d’une transformation rapide et irréversible. Aujourd’hui, on voit cette transition comme une dictature de la donnée où l’Homme est remplacé par des robots. Malgré toute la vigilance que l’on se doit d’avoir, il y a aussi des opportunités à saisir.

 

Dans quelles domaines ces opportunités existent-elles?

Dans tous les projets de société: l’éducation, l’écologie, l’agriculture, les villes, la finance, les assurances ou même le droit. Par exemple, la blockchain interroge notre société : peut-on faire confiance à un algorithme davantage qu’à un humain? Après tout, l’algorithme n’a pas d’intérêt économique individuel, ce qui le rend insensible à la corruption.

 

Le festival se concentre sur l’innovation initiée par des entreprises. Pourquoi seraient-elles les porteuses de changement?

Parce qu’elles contrôlent l’économie et donc qu’elles en ont les moyens. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) mettent en place une espèce d’oligarchie technologique. Mais à tous les niveaux, une entreprise est un collectif d’individus qui s’unit pour développer des produits et des services. Ce sont des démarches qui sont d’abord individuelles, que l’on parle d’un porteur de projet entrepreneurial ou d’un fondateur d’association. Et l’on observe aujourd’hui à Euratechnologies et dans notre région des Hauts-de-France une profonde mutation sur comment ces individus veulent utiliser le numérique.

 

Qu’est-ce que cette transformation vers le numérique et l’impact social peut changer au fonctionnement  interne d’une entreprise?

Les problématiques technologiques des entreprises s’associent très vite à une transformation de gouvernance. Dans le pilotage de cette transformation, chaque acteur de l’entreprise a des responsabilités plus fortes. Par exemple, on a travaillé avec la société Midas sur une application qui informait les conducteurs de l’état de la voiture via leurs smartphones. Ce projet était porté en interne par la direction des systèmes informatiques, mais c’est finalement l’ensemble des équipes marketing, logistique et garagiste qui ont été mobilisés. Cela a permis pour chacun sortir la tête du guidon.

 

Retrouvez le programme du festival Cheers sur le site de l’événement.

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Marseille, la ville qui résiste encore et toujours aux « gentrifieurs »

    Marseille, la ville qui résiste encore et toujours aux « gentrifieurs »

    Cet article a été initialement publié sous le (...)
    >
  • La révolution du smartphone responsable aura-t-elle lieu ?

    La révolution du smartphone responsable aura-t-elle lieu ?

    S’il est bien un domaine qui résiste encore et (...)
    >
  • Les dons d'entreprises à des initiatives

    Les dons d'entreprises à des initiatives "positives" battent de nouveaux records en 2017

    Le mécénat d’entreprise a le vent en poupe. (...)
    >
  • Pourquoi rendre les voitures électriques plus autonomes est une mauvaise idée

    Pourquoi rendre les voitures électriques plus autonomes est une mauvaise idée

    Cet article est republié à partir de The (...)
    >
  • Comment les pays du Sud peuvent réinventer la transition (en 30 leçons)

    Comment les pays du Sud peuvent réinventer la transition (en 30 leçons)

    Cet article a été initialement pulié sur The (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >