Etiquettable: la nouvelle appli pour adopter une alimentation durable

Etiquettable: la nouvelle appli pour adopter une alimentation durable

Mesurer son impact sur l'environnement, proposer des conseils pour cuisiner de façon responsable ou mettre en avant des restaurants engagés dans le bio ou le local, la nouvelle application Etiquettable propose presque tout ce dont nous avons besoin pour adopter un mode d'alimentation plus durable.

Nous voulons une application simple, pédagogique, avec le moins de chiffres possible”. Après deux ans d’élaboration, Shafik Asal a réussi son pari avec Etiquettable, une application collaborative de cuisine durable. Celle-ci regroupe presque tout ce dont le consommateur a besoin. Le premier axe, limiter l’impact de l’alimentation sur l'environnement, sachant que 30% des émissions de gaz à effet de serre en France proviennent de l’alimentation.

À terme, les concepteurs souhaitent créer des plats avec un équivalent carbone de moins de 2 kg de CO2 par assiette. L’ADEME, qui a cofinancé l’application, a fourni des chiffres à propos de l’impact carbone des aliments. Des données “vulgarisées” afin que le consommateur ne se perde pas dans ces nombreux chiffres. En un clic, l’utilisateur connaîtra donc les informations principales à connaître sur un produit. Il ne perdra plus de temps pour savoir si le produit qu’il tient entre ses mains est bon ou pas pour la planète.



Une des clés pour limiter l’impact environnemental de l’alimentation, c’est de consommer local. L’application propose un module spécial consacré aux fruits et légumes de saison. Objectif: inciter le consommateur à s’approvisionner chez des producteurs locaux, et laisser de côté les produits venant de l’autre bout du monde. Etiquettable va peut-être l’orienter vers YesWeGreen, partenaire de l’application. Ce site propose en effet des centaines de commerces spécialisées afin de s’approvisionner près de chez soi et devenir un vrai “locavore”.

Dans la même veine, un autre module est consacré aux poissons. Fiches pratiques avec de nombreuses informations (provenance, qualités nutritives, etc.), espèces menacées et non menacées, tout est indiqué pour que le consommateur achète son poisson de manière durable. Etiquettable n’a pas oublié la lutte contre la gaspillage. Selon l’ADEME, 30% de la nourriture est gaspillée tout au long de la chaîne d’alimentation. L’équipe d’Etiquettable a donc noué un partenariat avec Too Good To Go, spécialiste de la lutte contre le gaspillage en proposant sur leur plateforme des plats à prix cassés avant qu’ils ne finissent en déchet.


Ludique et simple d'utilisation

Le consommateur est aussi acteur de cette appli gratuite. Il peut lui-même proposer des recettes, des produits ou des restaurants. Tout est vérifié et validé par l’équipe d’Etiquettable. “On veut que les gens apportent du contenu”, indique Shafik Asal. Après quelques jours d’exploitation, 60 recettes, 80 fruits et légumes et presque autant de poissons sont à découvrir dans cette application ludique et simple d’utilisation. Nul doute que les versions suivantes apporteront bien plus de conseils concrets pour varier les recettes.

Pour ceux qui préfèrent déjeuner ou dîner en restaurant, l’application peut aussi leur être utile. Actuellement, plus de 150 restaurants sont répertoriés. Cette liste est composée bien entendu de chefs qui privilégient les produits bio et locaux à faible impact environnemental. Pour les végétariens et les vegans, une catégorie spéciale est proposée. Les utilisateurs peuvent contribuer à cette liste, à forte tendance parisienne pour le moment, en proposant des restaurants qui rentrent dans la charte d’Etiquettable. À table !

Photos : Bigstock


 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Alors même qu’il est nécessaire et urgent, dans (...)
    >
  • Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Depuis le début du confinement, vous publiez une chronique (...)
    >
  • La culture en miettes

    La culture en miettes

    Fermeture des salles de concert, cinémas, cafés, (...)
    >
  • Dette des pays pauvres : pourquoi un moratoire ne suffira pas

    Dette des pays pauvres : pourquoi un moratoire ne suffira pas

    Le 25 mars dernier, des chefs d’État africains en (...)
    >
  • Portraits d'« Invisibles » : le quotidien du personnel de nettoyage

    Portraits d'« Invisibles » : le quotidien du personnel de nettoyage

    [INVISIBLES #4] - Personnel d'entretien de Caroline (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Le succès du film « Demain » a (...)
    >
  • Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Le Covid-19 sonne le glas du modèle actuel de globalisation (...)
    >
  • Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Un article à retrouver sur The Conversation Le monde est (...)
    >
  • Libérons l'entreprise du dogme de la

    Libérons l'entreprise du dogme de la "corporate gouvernance"

    Deux mouvements de fond sont à l’œuvre pour (...)
    >