Les Parisculteurs sont de retour pour verdir les toits de la capitale

Les Parisculteurs sont de retour pour verdir les toits de la capitale

La Mairie de Paris va lancer jeudi 28 septembre sa deuxième édition des "Parisculteurs". Les Parisiens passionnés d'agriculture pourront proposer leur projet pour végétaliser les toits de la capitale. En 2016, 33 d'entre eux avaient été retenus.

Les Parisiens passionnés d’agriculture vont pouvoir ressortir leurs outils de jardinage. La mairie de la capitale va lancer le deuxième édition des Parisculteurs. L’objectif : végétaliser et cultiver le haut des bâtiments de la capitale. Rendre Paris plus vert, une des ambitions d’Anne Hidalgo. Elle fait donc appel à des agriculteurs ou des amateurs de permaculture afin de proposer leurs idées. Les Parisiens passionnés d’agriculture pourront proposer leurs idées à partir du jeudi 28 septembre sur le site dédié au projet.

En janvier 2016, une charte a été signée par 71 acteurs majeurs de la capitale afin de végétaliser 100 hectares d’ici 2020. La première édition des Parisculteurs fut ensuite lancée par Pénélope Komitès, l’adjointe à la maire de Paris en charge des espaces verts. Plus de 140 projets ont été soumis à la ville qui en a retenu 33. Au total, les 32 sites permettront la production de 500 tonnes de produits dont 425 tonnes de fruits et légumes, 24 tonnes de champignon, 95 kilos de miel, 30.000 fleurs ou encore 8.000 litres de bière. Un succès qui a donc poussé Paris à renouveler l’appel à projets.

Parmi les initiatives retenues l’an dernier, le jardin né sur les toits de La Poste de La Chapelle dans le 18e arrondissement. L’association “Communauté facteurs graines” fondé par Sophie Jankowski, une directrice de bureau de poste passionnée par la permaculture. Elle a pris connaissance du projet des Parisculteurs et propose son idée. Aujourd’hui, les facteurs du quartier entretiennent le toit pour y cultiver notamment des salades et des légumes. Entre courrier et légumes, il n’y a qu’un pas.


 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Luc Semal :

    Luc Semal : "L'effondrement ne devrait pas être l'alpha et l'oméga de l'écologie politique"

    Maître de conférences en science politique au (...)
    >
  • Le numéro 36 de Socialter sort en kiosque le 7 août ! Sommaire

    Le numéro 36 de Socialter sort en kiosque le 7 août ! Sommaire

    DOSSIER Et si tout devenait gratuit ?  Éloge (...)
    >
  • [Édito] La gratuité peut-elle engendrer une société plus égalitaire ?

    [Édito] La gratuité peut-elle engendrer une société plus égalitaire ?

    "Je portai donc la main à la poche de mon gilet (...)
    >
  • [Tribune] Alain Caillé : Éloge raisonné de la gratuité

    [Tribune] Alain Caillé : Éloge raisonné de la gratuité

    * Alain Caillé est un sociologue français qui a (...)
    >
  • L'écologie profonde : le courant qui retrouve un second souffle

    L'écologie profonde : le courant qui retrouve un second souffle

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Hugues Sibille : « L'opposition entre économie et écologie est stérile »

    Hugues Sibille : « L'opposition entre économie et écologie est stérile »

    Le départ de Nicolas Hulot fait couler beaucoup (...)
    >
  • [À TABLE AVEC] Michael Dandrieux :

    [À TABLE AVEC] Michael Dandrieux : "la quête de sens n'est pas un phénomène de mode"

    Le premier rendez-vous se déroule avec Michaël (...)
    >