Les Parisculteurs sont de retour pour verdir les toits de la capitale

Les Parisculteurs sont de retour pour verdir les toits de la capitale

La Mairie de Paris va lancer jeudi 28 septembre sa deuxième édition des "Parisculteurs". Les Parisiens passionnés d'agriculture pourront proposer leur projet pour végétaliser les toits de la capitale. En 2016, 33 d'entre eux avaient été retenus.

Les Parisiens passionnés d’agriculture vont pouvoir ressortir leurs outils de jardinage. La mairie de la capitale va lancer le deuxième édition des Parisculteurs. L’objectif : végétaliser et cultiver le haut des bâtiments de la capitale. Rendre Paris plus vert, une des ambitions d’Anne Hidalgo. Elle fait donc appel à des agriculteurs ou des amateurs de permaculture afin de proposer leurs idées. Les Parisiens passionnés d’agriculture pourront proposer leurs idées à partir du jeudi 28 septembre sur le site dédié au projet.

En janvier 2016, une charte a été signée par 71 acteurs majeurs de la capitale afin de végétaliser 100 hectares d’ici 2020. La première édition des Parisculteurs fut ensuite lancée par Pénélope Komitès, l’adjointe à la maire de Paris en charge des espaces verts. Plus de 140 projets ont été soumis à la ville qui en a retenu 33. Au total, les 32 sites permettront la production de 500 tonnes de produits dont 425 tonnes de fruits et légumes, 24 tonnes de champignon, 95 kilos de miel, 30.000 fleurs ou encore 8.000 litres de bière. Un succès qui a donc poussé Paris à renouveler l’appel à projets.

Parmi les initiatives retenues l’an dernier, le jardin né sur les toits de La Poste de La Chapelle dans le 18e arrondissement. L’association “Communauté facteurs graines” fondé par Sophie Jankowski, une directrice de bureau de poste passionnée par la permaculture. Elle a pris connaissance du projet des Parisculteurs et propose son idée. Aujourd’hui, les facteurs du quartier entretiennent le toit pour y cultiver notamment des salades et des légumes. Entre courrier et légumes, il n’y a qu’un pas.


 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    Savez vous ce qu’est le permafrost ou le forçage (...)
    >
  • Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Chaque année, le secteur du textile émet 1,2 (...)
    >
  • Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Comment est né le World Impact Summit et quelle est sa vision (...)
    >
  • Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    La souffrance au travail, nouveau « mal du (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • Bastien et Hugues Sibille :

    Bastien et Hugues Sibille : "Vive l'entreprise ESS libérée !"

    Ne faisons pas que la remise du rapport « L’ (...)
    >