Linkee, la start-up qui veut vous transformer en soldat de l'anti-gaspi

Linkee, la start-up qui veut vous transformer en soldat de l'anti-gaspi

Deux entrepreneurs parisiens ont décidé de valoriser les invendus alimentaires. Les sacs bleus de Linkee fleurissent dans Paris avec à leur bord, des aliments donnés à des associations.

Restaurants, grande distribution, foyers ou artisans. Chaque année en France, plus de 10 millions de tonnes de nourriture partent à la poubelle selon l’Ademe. Cela représente plus de 16 milliards d’euros réduits en déchets. Pour tenter de s’attaquer à ces chiffres ahurissants, des start-up se lancent dans la récupération alimentaire. L’objectif : valoriser les invendus et alléger les poubelles.

Parmi elles, Linkee, fondée en mars 2016 par Julien Meimon et Mathieu Viala. Les deux entrepreneurs basés dans la capitale ont décidé de créer une plateforme mettant en relation des associations, des bénévoles et des commerçants. La start-up collabore avec des artisans, des boulangers mais aussi avec des enseignes de grande distribution. En un peu plus d’un an d'existence, une quinzaine d’associations se sont inscrites. Elles récupèrent chaque mois deux tonnes de nourriture.

Le fonctionnement est assez simple. D’un côté, les commerçants indiquent sur la plateforme les produits disponibles. Des bénévoles, appelés “linkers”, reçoivent ensuite sur leur smartphone une notification et partent avec leur sac bleu chercher les aliments. Ils les déposent ensuite dans les centres d’associations inscrites sur Linkee. Pour éviter les surplus, elles ont au préalable indiqué leurs besoins. Un rodage qui permet en 30 minutes de passer d’un statut de potentiel déchet à aliment valorisé.

 

Un don, un crédit d’impôt


Pour rentabiliser leur start-up, les prestations sont facturées selon un pourcentage de la valeur des produits collectés. Mais les entreprises ne sont pas perdantes car en donnant de la nourriture, elles bénéficient d’un crédit d’impôt sur le don alimentaire. Aujourd’hui, ce sont 35 clients qui se sont impliqués dans cette démarche anti-gaspi. Parmi eux, les célèbres restaurateurs et pâtissiers Thierry Marx et Christophe Michalak.

Il existe déjà un certain nombre de start-up spécialisées dans la récupération d’invendus. A noter par exemple Phenix et Comerso qui travaillent avec de nombreuses grandes surfaces et associations. Zéro-Gâchis permet à des magasins de mettre en avant dans leurs rayons les invendus avec des rabais pour les écouler. Enfin, Optimiam et Too Good To Go proposent à ses utilisateurs d’acheter des invendus à prix réduits à des commerçants de proximité via leur appli.

Il reste encore beaucoup de chemin à faire pour limiter le gaspillage. Mais il est aujourd’hui possible avec de nouvelles solutions de valoriser nos produits non consommés ou non vendus. Surtout qu’en France, plus de 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté et ont des difficultés pour se nourrir.


Si vous l'avez manqué...

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    Savez vous ce qu’est le permafrost ou le forçage (...)
    >
  • Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Chaque année, le secteur du textile émet 1,2 (...)
    >
  • Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Comment est né le World Impact Summit et quelle est sa vision (...)
    >
  • Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    La souffrance au travail, nouveau « mal du (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • Bastien et Hugues Sibille :

    Bastien et Hugues Sibille : "Vive l'entreprise ESS libérée !"

    Ne faisons pas que la remise du rapport « L’ (...)
    >