Pack Your Skills veut rendre vos voyages utiles en aidant des entreprises à impact positif

Pack Your Skills veut rendre vos voyages utiles en aidant des entreprises à impact positif

Socialter, en partenariat avec MakeSense, vous propose d'aider une initiative sociale à relever le défi qu'elle s'est lancé. Ce mois-ci, découvrez Pack Your Skills, une start-up qui veut rendre le voyage utile. Comment ? En permettant à chacun de mettre ses compétences au service des autres et ainsi avoir un impact positif... tout en s'ouvrant à de nouveaux horizons et de nouvelles cultures.

Des projets solidaires, beaucoup de « woofing », des voyages au Mali ou en Nouvelle-Zélande… Oui, mais pour quel impact ? C’est cette question qui a taraudé Maxime de Beauchesne, 28 ans, et l’a amené à développer le concept de Pack Your Skills. À l’époque, le jeune homme – formé dans une école d’ingénieurs généralistes – travaille dans un cabinet de conseil en développement durable, mais ne s’y épanouit pas vraiment. Il a lu l’ouvrage de Sylvain Darnil et Mathieu Le Roux, 80 Hommes pour changer de monde (1), qui l’a marqué. La notion d’impact positif s’impose à lui.





Son idée ? « Proposer à des voyageurs du monde entier – plutôt des jeunes actifs de 25-30 ans – de mettre leurs compétences au service de start-up ou d’entreprises en développement à impact positif. » Maxime a présenté son projet en avril 2016 à la SenseFiction de MakeSense. Celui qui gravite depuis « quatre ou cinq ans » autour de MakeSense et a lui-même été gangster a ensuite participé à un hold-up « où le nom de Pack Your Skills est sorti ». Deux mois plus tard, en juin, il rencontrait sa future associée – Isis Latorre, 26 ans – lors du Startup Weekend Paris VivaTech. « On ne se connaissait pas, mais on a bien accroché. Elle a fait une école de commerce et travaillait dans le webmarketing. On est complémentaires : je suis créatif, spontané, alors qu’Isis est plus rationnelle, plus méthodique. »


Immersion et échange de bons procédés

La plateforme a été créée dès juin 2016 et l’activité a vraiment démarré en décembre. « Nos premiers voyageurs sont arrivés en mars dernier. » Maxime et Isis ont accueilli à Paris trois jeunes femmes venues de Serbie, de République tchèque et d’Hawaï. Une photographe et deux graphistes dont l’une, Anna, a refait toute la maquette du Drenche car « le concept unique de ce journal [lui] a beaucoup plu ». L’autre graphiste, Milica, a travaillé pour Pack Your Skills et la photographe, Kay, a réalisé un reportage sur elles deux.

Pour Anna, ce fut une expérience incroyable : « J’ai adoré chaque minute passée à Paris, le fait de travailler sur un projet vraiment intéressant et de pouvoir découvrir la ville, en immersion, avec des Français. J’ai même mangé des escargots ! » Pour le moment, les premières missions de Pack Your Skills durent quinze jours mais, à terme, elles devraient « dépasser un mois, un mois et demi ».

Concrètement, c’est à l’entrepreneur de loger le voyageur en échange de ses compétences et ce sont les porteurs de projet qui paient pour poster leurs missions sur la plateforme. « À ce jour, les dons sont libres. Dans les faits, ils varient entre 75 et 150 euros. On finira sans doute par fixer un tarif », précise Maxime de Beauchesne, qui imagine déjà une future collaboration avec les cabinets de conseil afin qu’ils puissent envoyer leurs salariés à l’étranger, sur le modèle du mécénat de compétences ou du congé solidaire.

Aujourd’hui, les deux associés se donnent un an pour s’assurer de la viabilité de leur start-up. Leur défi ? « Faire connaître le concept, le valider pour l’ouvrir à d’autres villes européennes, de manière à ce qu’à terme les entreprises postent elles-mêmes leurs offres de missions sur la plateforme. » Maxime et Isis sont donc à la recherche de missions à proposer à leurs voyageurs, recrutés par internet. Avec son slogan « Your skills can change the world » (2), Pack Your Skills invite donc à voyager différemment, en étant plus proche des locaux, en mettant ses compétences au service de petites structures pour un impact direct. « On veut planter les graines du changement, faire réfléchir les voyageurs sur leur vie. » Vous faites quoi cet été ?


Notes de texte :
(1) 80 Hommes pour changer de monde. Entreprendre pour la planète, Sylvain Darnil et Mathieu Le Roux, Paris, JC Lattès, 2005
(2) « Vos compétences peuvent changer le monde ».

Cet article a initialement été publié dans le numéro 23 de Socialter (juin/juillet). Images : ©Kay Morisada Salera



Retrouvez ce défi sur Makesense

Si vous avez manqué le précédent défi...




Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le bonheur en entreprise : progrès ou arnaque ?

    Le bonheur en entreprise : progrès ou arnaque ?

    « Bonheur en entreprise », « bien-être des (...)
    >
  • Elles se battent pour conjuguer le code au féminin :

    Elles se battent pour conjuguer le code au féminin : "Nous avons les mêmes capacités"

    Elle ne porte pas de tee-shirt aux références geeks, (...)
    >
  • Elle va faire le tour du monde pour faire connaître les semences paysannes

    Elle va faire le tour du monde pour faire connaître les semences paysannes

    Auriane Bertrand retourne son portable d’un geste vif pour (...)
    >
  • Entrepreneuriat :

    Entrepreneuriat : "parmi les freins principaux, le manque de temps et de confiance en soi"

    Alban de Crémiers en est sûr. (...)
    >
  • Quand le numérique booste les liens intergénérationnels : le collaboratif en plein papy-boom

    Quand le numérique booste les liens intergénérationnels : le collaboratif en plein papy-boom

    Apprenez la couture ou la photo « Faire sa B.A. (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >