Payer les pays en développement pour qu'ils gardent leurs forêts : une solution contre le réchauffement climatique ?

Payer les pays en développement pour qu'ils gardent leurs forêts : une solution contre le réchauffement climatique ?

Payer les habitants de pays en développement pour qu'ils ne coupent pas les arbres de leurs forêts, plus "rentable" que réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les pays riches? C'est en tout cas la conclusion polémique d'une étude publiée dans la revue Science.

129 millions d’hectares de forêts –soit presque la superficie de l’Afrique du Sud– ont été détruits depuis vingt-cinq ans, selon un rapport de la FAO (l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) publié en 2015. Une déforestation massive qui n’est pas sans conséquences : risques de coulées de boue, par exemple, mais surtout augmentation de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Parmi les nombreuses initiatives visant à réduire le phénomène : celle d’un groupe de chercheurs dont l’étude a été publiée dans la revue Science fin juillet. En Ouganda, ils ont sélectionné 120 villages. Les propriétaires forestiers de la moitié d’entre eux recevaient une petite somme d’argent pour ne pas couper d’arbres sur leurs terres. Résultat : durant la période de l’étude, la superficie couverte par la forêt n’a baissé que de 4,2% dans ces villages, contre 9,1% dans les villages qui ne bénéficiaient pas de l'incitation économique. Et selon eux, les personnes ayant bénéficiées de cette aide financière ne sont pas allés couper d'arbres ailleurs pendant la période étudiée.

Pour l’auteure principale de l’étude, l'économiste de l’université Northwestern Seema Jayachandran, citée dans le média espagnol eldiario.es, “le bénéfice pour chaque individu qui maintient intacte sa parcelle de forêt est d’approximativement 410 euros, alors que les coûts du programmes sont d’un peu plus de 170 euros”. Pour arriver à ce résultat, son équipe a pris en compte “le coût social du carbone”, qui représente une estimation du dommage économique causé par les émissions de CO2.


Une approche efficace mais polémique



Selon les chercheurs
, réduire la déforestation dans des pays en développement grâce à des programmes de ce type serait l’une des formes les plus rentables de limiter les émissions globales de CO2. Moins coûteuse, par exemple, que des mesures de restriction des émissions de CO2 mises en place dans les pays développés pour obtenir les mêmes résultats. Elle permet aussi d'aider des populations pauvres et de protéger un milieu menacé. 

Une certain nombre d'observateurs ont souligné la rigueur de cette étude, basée une expérimentation aléatoire. Mais pour autant, difficile d'en généraliser les conclusions : ce type d'étude qui vise à évaluer scientifiquement des programmes de politiques publiques est en effet valable pour un contexte local précis, comme le pointe le chercheur Arthur Jatteau

L'idée de payer les habitants de pays en développement pour qu'ils ne coupent pas les arbres de leurs forêts suscite aussi des questions éthiques. C'est ce que souligne Sergio de Miguel, chercheur de l’université de Lleida et membre du comité directeur de la Global Forest Biodiversity Initiative. Il évoque une proposition "un peu injuste", dans eldiario.es. Les pays développés sont en effet les plus gros producteurs de gaz à effet de serre, et ceux qui se sont le plus servis de ressources naturelles telles que le bois pour se développer et s’enrichir.

De plus, la transition écologique est un enjeu global, bien qu'une multiplicité de solutions puissent exister à l'échelle locale : malgré la rentabilité supposée de programmes comme celui testé ici par l'économiste Seema Jayachandran, il serait inefficace de se limiter à eux et enfermerait la question environnementale dans une vision économiciste, alors qu'elle doit être holistique. Sergio de Miguel insiste ainsi sur le fait que les résultats de cette étude ne doivent pas  “servir d’excuse pour que d’autres politiques ambitieuses de réduction des émissions [des gazs à effet de serre] ne se développent pas dans les pays plus développés”. 


Photo : forêt, de Rog1 - Flickr (CC)

 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • "La qualité de vie au travail et l'engagement des salariés comme des leviers de compétitivité." Entretien avec François Badenès, Artisan du Changement.

    Nantes, Bordeaux, Grenoble, Toulouse... en cinq ans, La Fabrique (...)
    >
  • Handiplanet, la plateforme qui va faciliter les voyages des personnes en situation de handicap

    Handiplanet, la plateforme qui va faciliter les voyages des personnes en situation de handicap

    Tout commence en 2016. Emmanuel Kouratoras et sa sœur (...)
    >
  • TonBookToo, la plateforme qui va vous permettre d'échanger vos livres avec vos proches

    TonBookToo, la plateforme qui va vous permettre d'échanger vos livres avec vos proches

    Échanger ses livres avec ses voisins, ses amis ou ses (...)
    >
  • 5 objets du quotidien que vous pouvez désormais fabriquer vous même

    5 objets du quotidien que vous pouvez désormais fabriquer vous même

    Les technologies numériques, dont les outils (...)
    >
  • Coup d'envoi de la Social Cup pour les espoirs de l'entrepreneuriat social !

    Coup d'envoi de la Social Cup pour les espoirs de l'entrepreneuriat social !

    “Je ne connaissais pas du tout le milieu de (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >