Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

Si vous pouviez faire enseigner quelque chose dans toutes les écoles du monde, que choisiriez-vous? C'est l'une des questions que Cyril Bruyelle, réalisateur de 20 Questions to the World, a posé partout dans le monde à plusieurs centaines de personnes aux profils très variés.


Créativité, connaissance de soi, empathie… A les entendre, les mathématiques et les langues seraient reléguées au rang d’options! A quoi ressemblerait une société qui forme les jeunes à mieux se connaître et à laisser libre cours à leur imagination?  

Difficile de répondre à cette question quand on a déjà du mal à se figurer le visage de la France dans 15 ans. Pour rappel, Facebook n’a été créé qu’il y a 13 ans... Comment l'école peut-elle préparer les jeunes à s'insérer dans l'économie du XXIe siècle alors même qu'on ne connait pas les ressorts de l'économie de demain?

L’école publique d’aujourd’hui est un catalyseur


Notre système éducatif actuel est empreint d'un double héritage, intellectuel et économique. Le modèle de réussite scolaire dominant est celui fondé sur le rationalisme des Lumières et sur la formation de profils dont la société industrielle avait besoin lors de son émergence.

Aujourd’hui, ce système est remis en question. Avoir un diplôme ne donne plus l’assurance d’obtenir un emploi. Selon les statistiques de l’OCDE, le taux de diplômés de l’enseignement supérieur pour les 25 - 35 ans est passé de 15 à 45% entre 1981 et 2014. En parallèle, le taux de chômage des jeunes a augmenté durant la même période. Près d'un jeune de moins de 25 ans sur quatre (23,7%) était sans emploi en mars 2017. Alors faut-il réformer ou bien tout changer ?

Un nouveau socle pédagogique


Community Manager, UX designer, Data Scientist… Ces nouvelles fonctions sont aujourd’hui présentes dans la majorité des entreprises. Pourtant, elles ont été créés il y a peu. C’est ce que démontre une
infographie réalisée par Linkedin en 2013, sur la base de leurs 260 millions de membres, qui répertorie 10 métiers qui n’existaient quasiment pas cinq ans plus tôt.

Les nouvelles générations d’écoliers devront être capables d’inventer une partie de leurs emplois. C’est d’ailleurs ce que confirme la révolution des freelance. Selon une étude réalisée par Intuit, le taux de croissance annuel moyen du nombre de freelances est de 29% entre 2005 et 2015. Cette même étude estime que 40% des travailleurs américains pourraient être freelancers d’ici 2020.

Dans ce contexte de changement permanent, il est donc primordial d’enseigner aux enfants à être adaptables et créatifs ou, du moins, à ne pas avoir peur de l’être.

Ken Robinson, expert anglais de l’éducation et auteur du TED le plus vu de l’histoire dit ceci: “If you’re not prepared to be wrong, you will never come up with something original” (Si vous n’êtes pas prêt à vous tromper, vous n'inventerez jamais rien d’original). Cette assertion n’est pas seulement vraie dans les milieux entrepreneuriaux ou artistiques, elle doit être un pilier de l’enseignement contemporain.

L’école de demain doit être un tremplin


Plutôt que d’essayer de former les jeunes à la société de demain, le mieux est sûrement de les laisser eux-même la former. Comment expliquer que les cas de troubles du déficit de l'attention et de l'hyperactivité (TDAH) ont fait
un bond de 43% chez les enfants et adolescents aux Etats-Unis entre 2003 et 2011, sinon par le fait que notre système éducatif n’est plus adapté aux jeunes d’aujourd’hui.

“Chaque enfant qui ne réussit pas à l’école est envoyé chez un pédiatre, et le pédiatre dit «C’est le TDAH, voici de la Ritaline»”, explique Jerome Kagan, psychologue émérite de Harvard, qui réfute l’existence même de la pathologie TDAH. Il est en effet compliqué de catalyser l’attention des jeunes sur les matières traditionnelles de l’école quand l’âge moyen de l’acquisition d’un smartphone se situerait aujourd’hui en France à 10,3 ans, selon
une étude de l’institut américain Influence Centrale

Nous vivons l’une des époques la plus exaltante de l’histoire de l’humanité: l’accès à la connaissance et l’information n’a jamais été aussi facile, une innovation en chasse une autre, et toute prédiction à plus de 10 ans relève presque de la sorcellerie. Dans ces conditions, ayons une école qui forme principalement à être ouvert d’esprit, adaptable et créatif, et espérons que cela jettera les bases d’une société plus saine et pacifiée.

Cyril Bruyelle a terminé l’ESCP en 2013. Après une première expérience entrepreneuriale de lutte contre le gaspillage alimentaire, il s'aventure dans le conseil puis dans l’industrie musicale, pour fonder en juillet 2016 le projet 20 Questions to the World

Si vous l'avez raté ...

 

 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Ecocircular, le tour du monde en 180 déchets de trois étudiants

    Ecocircular, le tour du monde en 180 déchets de trois étudiants

    Alors que l’économie dite linéaire (extraire, (...)
    >
  • "L'égalité des chances est minée à la base par les conditions de vie"

    « Qui ne fut heurté par le spectacle de ces nantis (...)
    >
  • Les planches de surf vont bientôt analyser les océans du monde

    Les planches de surf vont bientôt analyser les océans du monde

    Les surfeurs vont-ils se transformer en scientifiques en herbe? (...)
    >
  • Les Parisculteurs sont de retour pour verdir les toits de la capitale

    Les Parisculteurs sont de retour pour verdir les toits de la capitale

    Les Parisiens passionnés d’agriculture vont pouvoir (...)
    >
  • Etiquettable: la nouvelle appli pour adopter une alimentation durable

    Etiquettable: la nouvelle appli pour adopter une alimentation durable

    “Nous voulons une application simple, pédagogique, (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >