Cette sonde connectée va booster votre compost

Cette sonde connectée va booster votre compost

Ne jetez plus vos coquilles d'oeuf à la poubelle, utilisez-les pour jardiner. Tributerre a développé un outil connecté qui vous informe des besoins nutritifs de votre compost en temps réel. Un projet au plus proche des citoyens, qui peuvent interpeller leurs collectivités locales pour y participer.

La loi sur la transition énergétique prévoit que 65% de nos déchets soient revalorisés d’ici 2025. Pour atteindre cet objectif, la capitale a récemment commencé à distribuer à ses habitants des kits de compostage. Mais difficile de savoir à quel moment le compost a besoin d’être enrichi, retourné, ou encore arrosé. “On apprend en pratiquant”, plaisante le fondateur de Tributerre, Ludovic Degand. Lui-même a longtemps été insatisfait de la qualité de son compost avant de se décider à suivre une formation. Cette pratique ancestrale peu à peu oubliée est en effet difficile à maîtriser, ce qui peut en décourager certains.

Grâce à une sonde plantée dans le compost, le Compostmètre collecte des informations sur la température de la matière et son degré d’acidité. Les données sont envoyées à un écran connecté qui les analyse. Il délivre ensuite des conseils adaptés sur les actions à entreprendre pour obtenir un compost de bonne qualité.

 

Choisir son modèle de société

Nos épluchures de fruits et légumes et nos restes de repas sont enfouis ou incinérés, alors qu’ils pourraient être utilisés pour nourrir les sols, qui sont justement appauvris. En cause, l’urbanisation à grands coups de béton et l’agriculture intensive à base de pesticides. Pourtant, la biodiversité est indispensable pour assurer leur fertilité, protéger les cultures des maladies, favoriser l’infiltration de l’eau et ainsi limiter l’érosion.

C’est ce paradoxe propre à la vie moderne qui a incité Tributerre à rechercher une solution à la fois écologique et collective. “On s’est demandés comment donner envie aux citoyens de rendre au sol cette matière organique, qui compose 30% de nos poubelles”, raconte Ludovic Degand.


Du lobbying pour le bien commun  

Pour démocratiser le compost et le rendre populaire, Tributerre place les collectivités locales au cœur de sa stratégie de commercialisation. “Ce sont des acteurs incontournables car elles connaissent les enjeux environnementaux locaux”, explique le fondateur. Mettre le Compostmètre à disposition des collectivités, c’est lui permettre d’être utilisé par le plus de citoyens possible.

Afin d'interpeller les élus, la start-up a lancé le site jeveuxcomposter.org, qui permet à chacun de renseigner le nom de la commune qu’il voudrait voir participer au projet. La start-up souhaite aussi que des composts participatifs soient mis en place dans les entreprises, entre voisins ou dans les immeubles, pour ceux qui n’ont pas de jardin.

Après une campagne de crowdfunding qui a permis à Tributerre de collecter plus de 11.000 euros, le Compostmètre devrait être commercialisé à la fin de l’année. D’ici là, vous pouvez déjà vous familiariser au recyclage et à l’upcycling en suivant le programme de la Maison Zéro Déchet, qui a récemment ouvert ses portes.

Crédits photos: Tributerre 

Si vous l'avez raté... 


Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    La Fresque du Climat : des cartes pour comprendre le dérèglement climatique

    Savez vous ce qu’est le permafrost ou le forçage (...)
    >
  • Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Fashion Green Days : la mode éthique et écolo s'est réunie à Roubaix

    Chaque année, le secteur du textile émet 1,2 (...)
    >
  • Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Le World Impact Summit, un festival pour trouver des solutions à la crise climatique

    Comment est né le World Impact Summit et quelle est sa vision (...)
    >
  • Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    Burn out, bore out, brown out : faut-il médicaliser les craquages professionnels ?

    La souffrance au travail, nouveau « mal du (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • Bastien et Hugues Sibille :

    Bastien et Hugues Sibille : "Vive l'entreprise ESS libérée !"

    Ne faisons pas que la remise du rapport « L’ (...)
    >