Plan climat: 4 start-up en action pour réduire le nombre de voitures en circulation

Plan climat: 4 start-up en action pour réduire le nombre de voitures en circulation

Le ministre de la Transition écologique a dévoilé jeudi 6 juillet son plan climat qui prévoit, entre autres, la fin de la vente des voitures diesel et essence dès 2040. Objectif: accélérer la mise en oeuvre de l'Accord de Paris. Pour respecter ce programme: 4 start-up misent sur le partage.

Drivy et Koolicar: la voiture des autres

 Et si vous abandonniez votre véhicule pour utiliser celui d’un autre? Leader de la location de voitures entre particuliers, Drivy compte plus d’1,5 million d’utilisateurs dans 15 villes européennes. Un de leurs objectifs est d’ailleurs de poursuivre leur développement à l’international. Moins importante, Koolicar prétend aussi se faire une place sur ce marché. Pour l’instant, elle a déjà convaincu PSA Peugeot Citroën. Devenu leur principal actionnaire, le constructeur immobilier voit dans la jeune pousse un laboratoire pour imaginer la mobilité du futur. Les deux concurrentes proposent une technologie de boîtier (mais à un prix différent) embarqué dans le véhicule pour l’ouvrir avec un badge ou un smartphone. L’incontournable rendez-vous pour la remise des clefs n’est désormais plus nécessaire.

Afin de faciliter encore plus la démarche, il est possible de réserver jusqu’à la dernière minute avec Koolicar et même instantanément avec Drivy. Dans ce cas-ci, le locateur n’a pas besoin d’attendre la validation du propriétaire. De taille différente, Drivy et Koolicar ont les mêmes défis à relever: se faire connaître, convaincre toujours plus de propriétaires pour mailler le territoire et être réactives afin de répondre à une demande croissante.


Cityscoot: les scooters en libre-service 100% électriques 




Padam Daily: le bus à la demande

 Une application qui propose du transport collectif à la demande et en temps réel: telle est l’idée de Padam Daily. Le minibus a roulé pendant six mois pour rallier travail et domicile dans les quartiers ouest de la capitale. Aujourd’hui, la petite entreprise a changé de stratégie. «On a arrêté la phase B to C en novembre 2016 car la concurrence est importante et demande un fort investissement en marketing, pour se tourner vers le B to B et démarcher les grandes entreprises et les villes», explique le cofondateur de Padam Grégoire Bonnat. Leur objectif est d’aider les villes et les sociétés de transport à optimiser leur offre de transport collectif.

Comment? En pariant sur le déplacement à la demande et non plus sur les lignes fixes. “Nous parvenons à rationaliser les coûts en proposant des bus plus petits et bien remplis avec une meilleure qualité de service" explique le directeur général de la société Ziad Khoury avant d’ajouter que ce service est plus particulièrement adapté aux villes moyennes en province ou en banlieue. En attendant, grâce à un partenariat noué avec une filiale du groupe RATP, leur application est exploitée avec succès par Slide Bristol, un service de minibus à la demande dans la ville britannique. A l’avenir, la société souhaite poursuivre son développement à l’international et trouver d’autres partenaires.  

 

OuiHop’, l’auto-stop en ville devient réalité

 Lever le pouce avec son téléphone pour faire du stop en ville, c’est possible avec OuiHop’. Le conducteur partage son trajet en ligne, reçoit une notification signalant un piéton «en rade» sur son chemin. Il ne lui reste qu’à s’arrêter. Sans réservation et utilisant le GPS, OuiHop’ optimise l’usage de la voiture tout en rendant service. Leur modèle économique repose surtout sur les entreprises des zones industrielles décentralisées où la problématique du dernier kilomètre oblige les personnes qui y travaillent à préférer la voiture.

Déjà 40.000 utilisateurs ont été séduits par ce service collaboratif en Ile-de-France, à Lyon, à Nantes et à Montréal. Il faut dire que la start-up s’efforce de plaire à la fois aux conducteurs et aux piétons. Les premiers obtiennent des points qui leur rapportent des récompenses chez des partenaires. Quant aux seconds, la plateforme renforce leur sécurité en vérifiant les coordonnées des automobilistes et leur offre les trois premiers trajets. Ils peuvent ensuite souscrire un abonnement pour un nombre illimité de trajets à 2 euros les 30 jours. À l'avenir, OuiHop’ mise toutefois plus particulièrement sur les automobilistes. “Nous souhaitons que la publication d’un trajet devienne un acte citoyen quotidien” souligne Franck Rougeau, le cofondateur de la compagnie.


Crédits photo: Cityscoot, DR

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • L'entrepreneur, idole des temps modernes

    L'entrepreneur, idole des temps modernes

    Article initialement paru dans le n°15 de Socialter (...)
    >
  • Des étudiants sénégalais recyclent les milliers de pneus abandonnés dans les rues.

    Des étudiants sénégalais recyclent les milliers de pneus abandonnés dans les rues.

    On dit souvent que la jeunesse a le pouvoir de construire le monde de (...)
    >
  • Végétaliser le bitume: une solution plus psychologique qu'écologique?

    Végétaliser le bitume: une solution plus psychologique qu'écologique?

    8°, c’est la hausse de température attendue pour (...)
    >
  • Les Civic Tech: feu de paille ou révolution démocratique?

    Les Civic Tech: feu de paille ou révolution démocratique?

    “Je vais vous demander de faire des réponses assez (...)
    >
  • Bio ou pas bio? Ce scanner vous permettra d'en avoir le coeur net

    Bio ou pas bio? Ce scanner vous permettra d'en avoir le coeur net

    On décèle en moyenne vingt-neuf différents (...)
    >

TOP 5 contribution

  • L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    Être entrepreneur demande une curiosité permanente, un (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >