Quand l'arbre devient social

Quand l'arbre devient social

Contribuer à la reforestation tout ayant un impact social positif, voici le dessein de Reforest'Action. Le point sur cette initiative à forte valeur écologique ajoutée.

L’arbre comme outil social

Lancée en 2010 par Stéphane Hallaire, l’initiative Reforest’Action permet aux particuliers et aux entreprises de planter des arbres afin d’agir en faveur de la reforestation. « Le but est d’apporter aux particuliers et aux entreprises un moyen très concret d’agir pour l’environnement, explique Stéphane Hallaire. Les participants choisissent sur notre plate-forme en ligne l’essence d’arbre qu’ils souhaitent parrainer et financer. S’ils le désirent, ils peuvent aller sur le terrain afin de planter ces arbres eux-mêmes. Nous avons remarqué que cette expérience ne laisse jamais indifférent : planter un arbre est un acte fort et symbolique. » Pour les « parrains » qui ne peuvent pas se déplacer, les équipes de Reforest’Action se chargent de planter les arbres et les informent régulièrement de leur croissance et de leur devenir. « Ceci permet de préserver le lien invisible qui existe entre l’arbre et son parrain », précise Stéphane Hallaire.

 

Pour le fondateur de Reforest’Action, l’arbre est un outil social extrêmement important : « Pas loin d’un milliard de personnes dans le monde dépendent des arbres pour assurer leur quotidien. Pour ceux-là, le bois de coupe demeure la principale source d’énergie afin de faire cuire des aliments, de se chauffer, ou encore de s’éclairer la nuit. Planter des arbres a donc un impact social positif et palpable. »

Cela permet aussi de créer des emplois et de contribuer au développement de l’économie locale, comme cela a par exemple été le cas au Sénégal, au Pérou ou en Inde, premiers pays étrangers où l’initiative a été développée : une fois plantés, les arbres deviennent la propriété des habitants qui en retirent directement les bénéfices – vente de denrées fruitières ou légumières, protection des champs contre les animaux sauvages grâce à des plantes comme le jatropha, restauration de terres dégradées grâce à l’acacia seyal, utilisation de certains végétaux pour produire du biocarburant, etc.

Les équipes de Reforest’Action collaborent régulièrement avec des pépiniéristes, des ONG (Kinomé, Mass Education, AIDER, etc.) ou encore avec des entreprises rurales solidaires (comme la société de conseil SOPREEF), qui permettent aux populations locales d’acquérir un véritable savoir-faire en matière de gestion végétale et de devenir ainsi totalement autonomes.



Les motivations des « Reforest’Acteurs »

L’initiative Reforest’Action permet aux entreprises de donner une dimension socio-environnementale à leur activité. « Elles peuvent impliquer leurs collaborateurs ou leurs clients, explique Stéphane Hallaire. Ceci permet de renforcer les liens de confiance entre toutes ces partie prenantes. En communiquant sur cette implication environnementale, les entreprises peuvent également valoriser leur image, et ceci sans tomber dans le greenwashing : notre offre a des effets concrets, mesurables, et demande aux acteurs de l’entreprise de s’impliquer un minimum. »

Les particuliers ont quant à eux la possibilité de financer ou d’offrir un arbre à un proche à l’occasion d’anniversaires, de mariages, etc. Selon Stéphane Hallaire, c’est avant tout « la volonté de donner du sens » à son quotidien qui sous-tend ce type d’action.

Après quatre années d’existence, 250 000 arbres ont été plantés, 10 000 personnes ont pu bénéficier des effets positifs de ces actions, et 500 entreprises ainsi que 14 000 particuliers ont apporté leur contribution à la reforestation. Aujourd’hui, Reforest’Action – qui fait partie du programme Plantons pour la planète initié par les Nations Unies – poursuit sa démarche de sensibilisation du public en lançant deux nouvelles campagnes : « 1 000 entreprises pour 1 million d’arbres » et « un recrutement pour un arbre planté ».

« Je ne fais que planter des arbres [...], je ne vois pas de meilleur moyen de m’occuper de l’avenir », affirme le botaniste Francis Hallé (1), mondialement reconnu pour ses recherches et son engagement contre la déforestation. Des mots qui prennent tout leur sens avec l’initiative Reforest’Action.

(1) La vie des arbres, Francis Hallé, Bayard Jeunesse, 2011.


(Photos © Reforest'Action )
(Photo de une © Ryan )

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Un

    Un "camion poubelle de la mer" pour nettoyer les océans

    L’océan est infesté de plastique. En janvier (...)
    >
  • Pourquoi la grande distribution a intérêt à lutter contre le gaspi

    Pourquoi la grande distribution a intérêt à lutter contre le gaspi

    Dix millions de tonnes de nourriture sont perdues et (...)
    >
  • Edito #20 : Le crottin, la voiture et la mobilité connectée

    Edito #20 : Le crottin, la voiture et la mobilité connectée

    Un siècle plus tard, la voiture a envahi les villes et (...)
    >
  • Nouveau N°20 : La ville

    Nouveau N°20 : La ville "sans voitures"

    DOSSIER : LA VILLE SANS VOITURES ou comment l'économie du (...)
    >

TOP 5 contribution

  • L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    Être entrepreneur demande une curiosité permanente, un (...)
    >
  • Crise agricole : et si les éleveurs avaient déjà la solution ?

    Crise agricole : et si les éleveurs avaient déjà la solution ?

    Aujourd’hui, en France, les producteurs de lait ne peuvent (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >
  • Réinventez votre business model pour servir la base de la pyramide

    Réinventez votre business model pour servir la base de la pyramide

    En 2005, C. K. Prahalad alertait les entreprises de (...)
    >
  • Transformer son association en entreprise sociale : les 5 questions à se poser

    Transformer son association en entreprise sociale : les 5 questions à se poser

    Depuis 2011, Advise for Change met en relation des jeunes (...)
    >