Le Zéro Déchet ouvre ses portes au grand public

Le Zéro Déchet ouvre ses portes au grand public

Dans le 18ème arrondissement de Paris, la première Maison Zéro Déchet du monde est enfin prête à recevoir ses visiteurs. Après une campagne de crowdfunding réussie, l'heure est venue de faire connaître au grand public une démarche écologique pratiquée, pour l'instant, par une frange de militants.

Il y a en France quelques personnalités à l'impact environemental quasi irréprochable. En partageant leurs trucs et astuces pour réduire drastiquement leurs déchets, elles sont peu à peu devenues des stars du web, à l'instar de la Famille Zéro Déchet

Samedi dernier, l'ouverture de la première maison consacrée à ce mode de vie marque une nouvelle étape dans sa démocratisation. Pour découvrir les clés d'un comportement zéro déchet, plus besoin d'être un citoyen convaincu qu'il faut réduire les 354 kilos d’ordures ménagères que nous produisons en moyenne par personne chaque année. 

L'espace niché au pied du Sacré-Cœur, tout de blanc vêtu et illuminé par de grandes baies vitrées, a tout pour attirer le regard des badauds. Quelques jours avant l'inauguration, des passants frappent déjà à la porte, intrigués par ce qui se cache derrière l'étonnant concept de "Zéro Déchet" peint sur la vitrine. Non, ce n'est pas une maison intelligente dotée de mécanismes futuristes pour traiter elle-même les ordures que ses habitants génèrent, mais bien un lieu pour apprendre à consommer différemment. 


Nouveaux produits pour nouvelle vie  

Construit pour être un espace de rencontre, sa fonction première est de favoriser l'échange entre acteurs convaincus et potentiels futurs adeptes.

Sur les étagères sont disposés des produits alternatifs du quotidien, prêts à trouver preneur. Parmi eux, des disques à démaquiller lavables pour remplacer les traditionnels cotons ou encore des coupes menstruelles pour s'affranchir des produits d'hygiène féminine si peu écologiques. Brosses à dents et blaireaux de rasage en bois sont également de la partie pour vous messieurs.

Côté cuisine, la boutique propose des plats préparés à emporter dans des bocaux en verre, ainsi que des boissons Club-Mate choisies parmi les seules marques à proposer des bouteilles consignées, que les clients peuvent rapporter à la Maison Zéro Déchet. Flore Berlingen, présidente de Zéro Waste France, nous confie même que dans quelques temps, la bière sera aussi inscrite sur la carte. 



Un modèle d’avenir

Il y a un an jour pour jour, 5.000 visiteurs avaient participé au festival Zéro Déchet dans le parc de la Villette. Devant le succès de l’évènement, l'association Zéro Waste France avait décidé de pérenniser le rendez-vous en créant un lieu ouvert toute l’année. 

Dans les salles du fond, des conférences et des débats seront organisés, mais aussi des ateliers pratiques pour apprendre à fabriquer, par exemple, ses produits d’entretien. En s’appuyant sur le do it yourself, la démarche de la Maison Zéro Déchet rejoint celle du mouvement des Makers. Tous les publics sont les bienvenus, y compris les plus jeunes, à travers l’organisation d’ateliers parents-enfants, tel que celui sur les éco-gestes numériques le 13 juillet prochain. 

Le zéro déchet est bien plus qu'un mode de vie: "c’est un projet collectif qui vise à influencer les politiques publiques et les initiatives entrepreneuriales”, explique Flore Berlingen. La démarche repose sur la recherche de comportements et de produits pour remplacer des habitudes liées à la surconsommation.

C’est un peu un processus de destruction créatrice”, précise Flore Berlingen. Car certaines activités, comme l’industrie de l'emballage, doivent prendre moins de place pour laisser place à d’autres. De plus en plus d’entreprises se lancent dans le secteur, à l’instar de l'application Optimiam qui lutte contre le gaspillage alimentaire dans la restauration, ou de Back Market, une plateforme qui revend des produits high-tech reconditionnés.

[Crédits photos: Stefano Borghi]


Si vous l'avez raté...


Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le bonheur en entreprise : progrès ou arnaque ?

    Le bonheur en entreprise : progrès ou arnaque ?

    « Bonheur en entreprise », « bien-être des (...)
    >
  • Elles se battent pour conjuguer le code au féminin :

    Elles se battent pour conjuguer le code au féminin : "Nous avons les mêmes capacités"

    Elle ne porte pas de tee-shirt aux références geeks, (...)
    >
  • Elle va faire le tour du monde pour faire connaître les semences paysannes

    Elle va faire le tour du monde pour faire connaître les semences paysannes

    Auriane Bertrand retourne son portable d’un geste vif pour (...)
    >
  • Entrepreneuriat :

    Entrepreneuriat : "parmi les freins principaux, le manque de temps et de confiance en soi"

    Alban de Crémiers en est sûr. (...)
    >
  • Quand le numérique booste les liens intergénérationnels : le collaboratif en plein papy-boom

    Quand le numérique booste les liens intergénérationnels : le collaboratif en plein papy-boom

    Apprenez la couture ou la photo « Faire sa B.A. (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >