Ils organisent le tour de France ... de l'agriculture de demain !

Ils organisent le tour de France ... de l'agriculture de demain !

Pendant trois mois, l'association Fermes d'avenir part à la rencontre des acteurs de l'agriculture de demain, pour promouvoir des pratiques durables et locales.

Un tour de France en 30 étapes et 90 jours, c’est le défi que va relever le FAT Tour organisé par l’association Fermes d’avenir. Le festival sillonnera les routes françaises jusqu’au 14 septembre en passant par Besançon, Marseille ou Nantes pour aller à la rencontre des acteurs d’une agriculture respectueuse de l’environnement. Au programme: visites de fermes, découverte d’initiatives locales, conférences, concerts, restauration biologique et locale… C’est tout un petit village qui s’arrêtera dans chaque ville du parcours pendant trois jours. Il sera même accompagné d’un boulanger et d’un bar itinérants.

Célébrer l’agriculture alternative

Derrière une ambiance conviviale et bon enfant, de grands défis de l’agriculture de demain sont en jeu. «Plus on fera vivre une expérience intéressante aux visiteurs, plus le consommateur deviendra consommacteur», explique Chloé Bonichon, qui coordonne le FAT. L’équipe veut former le grand public aux enjeux agro-écologiques et «montrer que tout le monde peut s’intégrer à cette démarche, pour bien manger et offrir une meilleure alimentation aux futures générations».

Faire découvrir des pratiques comme la permaculture est une priorité pour enrayer la dynamique actuelle. La pratique intensive d’une agriculture chimique est en partie responsable de l’érosion des sols et de l’affaiblissement de la biodiversité. En allant plus loin, une telle prise de conscience permettrait de changer notre rapport à l’agriculture mais aussi à la restauration, collective ou non, pour privilégier l’utilisation de produits bio. Fermes d'avenir souhaite aussi sensibiliser le public au gaspillage. Le projet «Confiture rebelle» propose par exemple des confitures réalisées à l’aide de fruits écartés de la grande distribution car non conformes aux critères esthétiques classiques. Pas de la bonne couleur, trop allongés, pas assez ronds, trop pâles, … 45% des fruits et légumes sont ainsi jetés chaque année dans le monde. 

Autre défi: changer l’image pessimiste trop souvent attribuée aux agriculteurs, en découvrant de nouvelles façons d’exercer la profession. «On veut montrer le visage positif de l’agriculture d’aujourd’hui», explique Chloé. «C’est un métier difficile, mais ce sont des gens passionnés et passionnants». Aujourd’hui, deux tiers des départs à la retraite d’agriculteurs ne sont pas remplacés. Le FAT espère sensibiliser les futures générations à cette profession et peut-être susciter des vocations en montrant que la précarité des agriculteurs n’est pas une fatalité.

«Venez comme vous êtes»

Environ 300 visiteurs sont attendus à chaque étape, et pas que des passionnés d’agriculture. «Tout le monde est bienvenu», nous fait comprendre Chloé. Touristes, locaux, curieux, connaisseurs, familles, étudiants, «chacun a sa place dans cette démarche». C’est également le cas parmi les organisateurs, qui viennent tous d’horizons différents. Au total, le festival compte une quarantaine de bénévoles nationaux, auxquels s’ajoutent une vingtaine de bénévoles locaux sur les étapes. Pour certains d’entre eux, «l’organisation du FAT a été l’occasion de découvrir leur propre région», confie Chloé.

Pour fédérer ces visiteurs venus de partout et créer une véritable communauté, Fermes d’Avenir propose d’utiliser une monnaie spécifique: le «Fat Coin». Il est possible de convertir ses euros en Fat Coin à l’accueil du village ou sur Internet, et les transactions se font à l’aide d’un QR Code. C’est aussi l’occasion d’expérimenter le principe des monnaies locales et de dématérialiser les transactions pour les rendre plus humaines.


Un festival à faible empreinte écologique

«On aurait aimé aller partout, mais 30 étapes c’est déjà très chouette. On espère qu’il y aura une deuxième édition pour aller sur les territoires où nous ne pourrons pas passer cette année», ajoute Chloé. Se déplacer et aller à la rencontre des acteurs locaux est important: «d’un territoire à l’autre, les besoins ne sont pas les mêmes». Comme les produits, les innovations varient selon les régions. «On a un territoire tellement riche! Il se passe plein de belles choses pas très loin de chez nous sans qu’on le sache», souligne Chloé.

Avis aux plus motivés: l’itinéraire a été pensé pour pouvoir être réalisé en vélo, chaque étape allant de 30 à 150 km. D’où la présence d’un repair café sur le village. En encourageant ses visiteurs à privilégier le vélo ou le train, le FAT leur propose de réduire leur empreinte carbone. En selle ! 



Photo ©Clément Osé / Fermes d'Avenir.

 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Ecocircular, le tour du monde en 180 déchets de trois étudiants

    Ecocircular, le tour du monde en 180 déchets de trois étudiants

    Alors que l’économie dite linéaire (extraire, (...)
    >
  • "L'égalité des chances est minée à la base par les conditions de vie"

    « Qui ne fut heurté par le spectacle de ces nantis (...)
    >
  • Les planches de surf vont bientôt analyser les océans du monde

    Les planches de surf vont bientôt analyser les océans du monde

    Les surfeurs vont-ils se transformer en scientifiques en herbe? (...)
    >
  • Les Parisculteurs sont de retour pour verdir les toits de la capitale

    Les Parisculteurs sont de retour pour verdir les toits de la capitale

    Les Parisiens passionnés d’agriculture vont pouvoir (...)
    >
  • Etiquettable: la nouvelle appli pour adopter une alimentation durable

    Etiquettable: la nouvelle appli pour adopter une alimentation durable

    “Nous voulons une application simple, pédagogique, (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >