"Start-Up de territoire": ils mobilisent 1000 citoyens dans chaque région pour créer des solutions

Comment révéler de nouvelles dynamiques entrepreneuriales et citoyennes? On connaissait la méthode des incubateurs qui s'adresse aux entreprises naissantes, "Start-up de Territoire" propose une nouvelle formule: mobiliser une après-midi des citoyens et des acteurs économiques pour faire émerger les défis d'un territoire puis, collectivement, inventer des solutions pour relever ces enjeux. Cette dynamique a déjà fait naître plus de 35 projets en France dans l'agriculture, la relocalisation, l'économie circulaire ou encore les services aux personnes.

Il existe un gisement de projets entrepreneuriaux au service des territoires à même de créer de façon ingénieuse plus de richesses économiques, sociales, environnementales. Beaucoup d’entre eux restent dormant, faute de mobilisation des énergies, des compétences, des savoir-faire nécessaires de la part de leurs porteurs. Le manque de rencontres et de confiance ne favorise pas l’émergence des idées audacieuses que chacun peut avoir sur son territoire. Chacun travaille trop souvent en silo dans son organisation ou ne trouve pas de lieu où proposer toutes ses bonnes idées!

L’ambition de Start-up de Territoire? Créer des entreprises à finalité sociale non plus en huis clos mais lors d’un rassemblement ouvert à tous et développer l’emploi au cœur de nos territoires. Insuffler un esprit nouveau pour oser, pour ré-ouvrir les perspectives et pour collectivement croire que tout est possible.

Ainsi, Start-Up de territoire contribue à ces rencontres improbables qui sont essentielles. Les chaussures à Romans n’auraient pu être relancées si il n’y avait pas eu des tanneurs et des coupeurs à la retraite qui s’étaient remis à l’œuvre, des collectivités et des PME qui s’étaient engagées pour mettre à disposition des locaux et des machines outils.

Face aux défis majeurs de nos territoires, le développement des solutions de demain passera par la mobilisation et la capacité des citoyens et des acteurs de tous « univers » à inventer ensemble des réponses nouvelles à nos enjeux locaux. Dans le cadre de la dynamique Start-Up de Territoire Alsace, plus de 10 réunions collectives impliquant plus de 500 citoyens plein d’énergie et des acteurs de notre territoire ont été réalisées depuis juillet 2016 à Strasbourg, Mulhouse, Saverne, favorisant des rencontres inédites et fécondes en termes d’idées et de projets porteurs pour notre territoire.

De la rencontre entre un viticulteur local propriétaire terrien et une entreprise adaptée est née le projet de créer une ferme en permaculture à Mittelbergheim pour des personnes handicapées ; un collectif de citoyens projette de développer le tout nouveau «Social Bar» parisien dans le cœur de Strasbourg;  un médecin gériatre à Obernai lance une ambitieuse maison de santé sur son territoire et veut en faire un projet exemplaire et innovant, en matière de circuits courts agricoles, de transports des personnes en milieu rural ou encore de télémédecine pour les personnes âgées.

Les personnes ont les solutions! Notre promesse? Offrir un espace pour raviver les rêves de chacun pour son territoire et susciter la confiance et l’envie d’agir. Ici dans cet élan collectif, rien n’est écrit, rien ne se décrète, tout est proposé par les citoyens et se crée ensemble. Onze thématiques d’engagement prioritaires ont ainsi émergé et cent dix «défis de créativité» établis.  


Réunir 1 000 citoyens pour créer des entreprises et des emplois en Alsace

De la conception à la réalisation, la dynamique de Start-up de Territoire est simple: en trois heures, à l’issu d'ateliers co-créatifs, les participants accouchent d’un projet entrepreneurial qui répond à une problématique propre à leur territoire (à l’échelle de leur ville ou de leur région). Dès le lendemain, ceux qui étaient présents au grand rendez-vous s’engagent à fonder réellement l’entreprise qu’ils ont imaginé la veille. Et l’aventure collective continue pendant 2 ans pour animer l’accompagnement des projets qui ont émergé!

Celle-ci a déjà fait ses preuves: Figeac (46), Romans (26) et Lons Le Saunier (39) se sont déjà lancés dans l’aventure. Et ça cartonne! Plus de 35 projets économiques d’avenir créés un an après la soirée de lancement. Des «Up cycle shoes», chaussures 100% recyclées à Romans, en passant par un atelier de transformation agricole avec des personnes handicapées à Figeac ou encore la relance de la consigne de verre à Lons le Saunier. Les idées ne manquent pas et l’énergie citoyenne de l’engagement ne faiblit pas!

Le prochain rassemblement se tiendra le 4 mai prochain à Strasbourg, dans le stade de basket de la ville. Sont attendus plus de 1 000 citoyens et acteurs de tous horizons à travers notre territoire. Sur place, ils nourriront une centaine d’ateliers de créativité. Le but de la soirée est de faire émerger 100 idées détonantes et de permettre aux participants, le soir-même, de s’investir et s’engager sur le projet de leur choix. Les 20 solutions préférées seront ainsi accompagnées pendant 24 mois par un groupe d’acteurs clés du territoire dans le cadre de la belle dynamique Start Up de territoire Alsace.

L’objectif final est de créer 200 emplois à 5 ans en Alsace dans 11 domaines d’activité: l’économie circulaire, la mobilité durable, les énergies renouvelables, l’agriculture d’avenir, le service et le soin aux personnes, l’économie créative et numérique, le tourisme innovant, la solidarité et le lien social, la relocalisation et la distribution de produits sur notre territoire, la silver economy et l’éducation et la petite enfance.



Sophie Keller et Cécile Dupré La Tour sont co-fondatrices de Start-up de Territoire Alsace, une initiative portée par Le Labo régional des partenariats et Alsace active. Le prochain rendez-vous se tiendra le 4 mai au Rhénus Sport à Strasbourg. 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Marseille, la ville qui résiste encore et toujours aux « gentrifieurs »

    Marseille, la ville qui résiste encore et toujours aux « gentrifieurs »

    Cet article a été initialement publié sous le (...)
    >
  • La révolution du smartphone responsable aura-t-elle lieu ?

    La révolution du smartphone responsable aura-t-elle lieu ?

    S’il est bien un domaine qui résiste encore et (...)
    >
  • Les dons d'entreprises à des initiatives

    Les dons d'entreprises à des initiatives "positives" battent de nouveaux records en 2017

    Le mécénat d’entreprise a le vent en poupe. (...)
    >
  • Pourquoi rendre les voitures électriques plus autonomes est une mauvaise idée

    Pourquoi rendre les voitures électriques plus autonomes est une mauvaise idée

    Cet article est republié à partir de The (...)
    >
  • Comment les pays du Sud peuvent réinventer la transition (en 30 leçons)

    Comment les pays du Sud peuvent réinventer la transition (en 30 leçons)

    Cet article a été initialement pulié sur The (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >