"Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

Face aux échecs d'un monde affecté par une crise à la fois économique, politique, sociale et écologique, nous, étudiants membres de l'association le Noise (Nouvel Observatoire de l'Innovation Sociale et Environnementale), sommes persuadés que nous pouvons, tous ensemble, faire advenir le monde dont nous rêvons pour le futur.

Parmi notre génération d’étudiants, nous sommes nombreux à avoir de nouvelles aspirations. Et si on pouvait changer le monde à notre échelle? Et si on pouvait inventer, grâce à de nouvelles idées, l’économie et les enjeux de demain? Parce que nous refusions de baisser les bras, nous nous sommes réunis au sein d’une association étudiante, le Noise, pour constituer une communauté active. L’objectif n’est pas de rêver à une vague utopie idéaliste ou de rester dans une critique stérile de la situation actuelle, mais de promouvoir des innovations existantes et performantes qui ont un impact positif sur nos sociétés. Nous voulons agir à notre échelle pour construire activement un monde meilleur, plus juste, plus solidaire et plus durable.

L’aventure, même si elle ne fait que commencer, est déjà une belle réussite. Nous sommes maintenant plus de 500 étudiants «Noisers» au sein de 7 écoles (AgroParisTech, Dauphine, ESSEC, ESCP, EM Lyon, Sorbonne, Sciences Po). Concrètement, nous accompagnons par exemple pendant 6 mois des innovateurs pour donner plus d’écho à leurs projets et permettre à leurs nouvelles idées de se développer. Nous tentons aussi de faire de nos campus des références en matière de développement durable —des éco-campus— grâce à la mise en place d’espaces recyclage, de potagers, la réduction des impressions papier, etc. Chaque année, nous organisons également un atelier «Change it Yourself» qui encourage chacun de nous à être acteur du changement et à inventer des solutions concrètes pour penser l’éducation du futur.

Au-delà de nos engagements actuels d’étudiants, nous mettons tout en œuvre pour que nos initiatives aient demain un impact à plus grande échelle. Nous voulons que nos futurs métiers reflètent nos valeurs et aient un sens pour la société, pour l’humain ou pour la planète. Cette tendance n’est pas un phénomène minoritaire puisqu’un sondage Ipsos-BCG, publié en janvier 2016, montrait que la rémunération était un critère de choix d’emploi de moins en moins sollicité par les étudiants. L’idée de faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus. Nous avons un autre idéal d’économie et de carrière professionnelle: un idéal davantage tourné vers l’intérêt général, la construction d’un monde durable et l’utilité sociale. Cela ne suppose pas de négliger l’objectif économique, mais de l’allier avec une notion d’impact, notamment social et environnemental.

Construire ce monde positif dont nous rêvons passe nécessairement par le soutien et l’existence d’entreprises partageant les mêmes convictions que les nôtres. Une étude du cabinet Accenture publiée en 2016 explique que 92% des diplômés de l’année 2016 pensent qu’il est important de travailler dans une entreprise socio-responsable. Le secteur de l’ESS, l’économie sociale et solidaire, qui représente aujourd’hui 13% des emplois et qui répond à ce désir, est ainsi en plein essor. Cette recherche d’entreprises responsables nous a ainsi conduit à organiser le Forum des métiers de l’Innovation Sociale et Environnementale, le Forum Génération Changement. L’événement a pour but de rassembler dans un même lieu, pour la première fois en France, les organismes qui apportent des réponses innovantes aux problématiques sociales et environnementales et les étudiants en quête de changement, afin de mettre en application les valeurs que nous défendons au Noise.

Ainsi, l’avènement de nouvelles valeurs proches de celles du développement durable et de l’intérêt général parmi notre nouvelle génération étudiante laisse perdurer l’espoir d’un monde meilleur pour demain. Le futur de notre société dépend des engagements de sa jeunesse actuelle; notre capacité à faire advenir le changement dont nous rêvons ne dépend que de nous.


 

Présente dans 7 établissements (ESCP Europe, Paris Dauphine University, ESSEC Business School, Sciences Po, Agro ParisTech, EM Lyon, La Sorbonne), le NOISE est une association qui inscrit l’innovation sociétale dans l’enseignement supérieur.
Elle permet à ses membres d’acquérir les connaissances, de rencontrer les personnes inspirantes et de développer les capacités qui leur permettront de devenir eux-mêmes acteurs du changement à leur échelle.

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Décroissance aéronautique : ne pas céder aux sirènes de l'éco-kérosène

    Décroissance aéronautique : ne pas céder aux sirènes de l'éco-kérosène

    Ces dernières semaines se déverse une pluie de  (...)
    >
  • « Clowns », « Khmers verts »... Manuel de décryptage du discours anti-écolo

    « Clowns », « Khmers verts »... Manuel de décryptage du discours anti-écolo

    1/ L’ARGUMENT « POINT GODWIN » : (...)
    >
  • Municipales : le grand verdissement

    Municipales : le grand verdissement

    Les étoiles de l’écologie se seraient-elles (...)
    >
  • Convention citoyenne pour le climat : la démocratie participative vue de l'intérieur

    Convention citoyenne pour le climat : la démocratie participative vue de l'intérieur

    Un article à retrouver sur The Conversation.Les travaux de (...)
    >
  • « Le recyclage n'est pas seulement insuffisant, il peut être contre-productif »

    « Le recyclage n'est pas seulement insuffisant, il peut être contre-productif »

    Comment en êtes-vous venue à écrire ce livre (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Libérons l'entreprise du dogme de la

    Libérons l'entreprise du dogme de la "corporate gouvernance"

    Deux mouvements de fond sont à l’œuvre pour (...)
    >
  • Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Le Covid-19 sonne le glas du modèle actuel de globalisation (...)
    >
  • Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Le confinement des parcs, squares, jardins, espaces verts et (...)
    >
  • Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Un article à retrouver sur The Conversation Le monde est (...)
    >