Changer de métier le temps d'une journée: immersion dans l'atelier d'un artisan.

Changer de métier le temps d'une journée: immersion dans l'atelier d'un artisan.

Générateur d'emplois, vecteur d'une économie locale, dynamisation des quartiers et passion du travail bien fait: les métiers d'artisans connaissent peu la crise. Les fondateurs de la plateforme WeCanDoo veulent vous le prouver.

Si on demande quelques mots pour définir WeCanDoo à Edouard, l’un des initiateurs du projet, l’hésitation n’a pas sa place: “convivialité, partage et authenticité… en soutenant l’artisanat bien sûr”! Tel est le crédo de la jeune start up We Can Doo, qui accompagne les amateurs (ou les experts) à réaliser leur propre objet dans une démarche participative. Menuiserie, joaillerie de la céramique, pâtisseries artisanales ou art floral, l'Artisanat français a beaucoup de spécialités à offrir. De quelques heures à plusieurs jours, les programmes de découverte s’adaptent à votre profil. Aucune expérience ou formation n’est nécessaire grâce à l’accompagnement des artisans et l’utilisation de leurs outils. Là où le fait-main et la patience priment sur la vitesse et le profit, ces rencontres valorisent la qualité et le sentiment d'avoir réalisé sa propre création. Optimistes, Grégoire, Edouard et Arnaud pensent que la crise économique n’est pas une fatalité pour les métiers d’artisans, tant que les citoyens continuent d’y être sensibilisé. Ancien développeur, directeur financier ou ancien responsable commercial… en quête de sens, les trois amis se sont inscrits dans le courant du néo-artisanat en se détournant de la voie qu’ils menaient jusqu’à lors.

 

Susciter de nouvelles vocations, faire perdurer des métiers en voie de disparitions, valoriser des métiers peu mis en valeur, on avait plein d’envies avant de lancer le projet nous explique Edouard, enjoué.

 

Le pédagogie comme matière première 

Soutenir une branche de métiers et faire (re)découvrir le savoir-faire et la passion qui anime les hommes et femmes artisans d’aujourd’hui: voilà ce qui motive le trio de jeunes entrepreneurs. Au travers ces rencontres, la start-up cherche à développer “une pédagogie de l’Artisanat”, perdue au profit de l’automatisation et de la consommation de masse. Souvent délaissé des programmes de développement et du système juridique, l’Artisanat est pourtant un secteur économique porteur et représentatif de la richesse culturelle d’un pays. Grâce à la mise en relation entre artisans et consommateurs, WeCanDoo s’efforce de faire reconnaître la valeur ajoutée que représente le métier d’artisan dans l’économie locale et nationale. Ces ateliers engagent un véritable échange entre professionnels et populations locales et permettent de revenir à une consommation directe, locale et sans intermédiaires.

 

Un tissu d'activités au service de la ville 

Véritable plateforme de relais entre artisans et passionnés, WeCanDoo permet d’apporter un complément de revenus aux artisans partenaires et de leur offrir une nouvelle clientèle. Au travers d’ateliers cuisine, menuiserie, décoration, joaillerie et même de loisirs, la start-up permet de toucher à des domaines variés. Tout en cherchant à démocratiser la création manuelle, la jeune start-up sensibilise également aux métiers d’artisan, ses plaisirs et ses contraintes. L’artisanat et le fait-main, distribué à l’échelle d’une ville, permet un regain économique locale et ciblé, réel facteur de développement dans une métropole. Un véritable rayonnement s’offre alors aux artisans et permet un retour à une consommation plus durable et plus pérenne. De plus, l’utilisation d’un circuit court contourne le problème de logistique et de transports, tout en réduisant les coûts financiers et notre impact environnemental. Le tout, en participant à l’économie de votre ville. Une façon éco-friendly de découvrir le métier de passionnés, parfois oublié ou amené à disparaître.

 

WeCanDoo n’en est encore qu’à ses débuts, mais la réussite de ces ateliers en font une start-up très prometteuse. Des projets, les jeunes entrepreneurs en pleine reconversion en ont encore plein la tête: après Paris et Lyon, les jeunes chefs d’entreprise souhaitent investir le Sud en s’associant avec les offices de tourisme de la région PACA, notamment celui d’Aix-en-Provence. Grâce aux rapports privilégiés qu’ils entretiennent avec des artisans de toutes sortes, un autre constat leur est apparu: les artisans, nombreux en France, n’ont pas les moyens et les outils nécessaires pour échanger et se rencontrer. C’est de cette façon que l’idée de créer une communauté associative d’artisans est née. La finalité de l’association? Permettre de se rencontrer, d’échanger, de mutualiser leurs outils ou leurs ateliers… Bref, de pouvoir avancer, se reconstruire ensemble, mais toujours dans une volonté de soutenir l’Artisanat français.

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Le Baba : deux Françaises, sept chefs immigrés et un resto de rue

    Le Baba : deux Françaises, sept chefs immigrés et un resto de rue

    “Les food market sont les seuls endroits où les gens (...)
    >
  • TEDx se met au participatif pour débattre de l'égalité entre hommes et femmes

    TEDx se met au participatif pour débattre de l'égalité entre hommes et femmes

    Comment faire évoluer le célèbre format (...)
    >
  • Avec Latitudes, des étudiants explorent la technologie pour le bien commun

    Avec Latitudes, des étudiants explorent la technologie pour le bien commun

    La définition du Tech for Good selon Augustin Courtier, (...)
    >
  • À Lille, un festival sur la transformation numérique et l'innovation positive

    À Lille, un festival sur la transformation numérique et l'innovation positive

    Quelle est votre définition de l’innovation positive? (...)
    >
  • Oasis Citadine : le Facebook des jardiniers urbains

    Oasis Citadine : le Facebook des jardiniers urbains

    De la Banque Publique d’Investissement (BPI) à (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >