France Active au service des entrepreneurs engagés, et en pleine croissance

France Active au service des entrepreneurs engagés, et en pleine croissance

Socialter vous propose en accès libre cet article publié initialement dans notre hors-série n°1 consacré à la Finance responsable et innovante (paru en juillet-août 2016). Focus sur France Active, l'un des principaux financeurs de l'ESS en France, qui continue sa progression pour la cinquième année consécutive. En 2016, l'organisation a aidé plus de 7.300 entreprises (représentant plus 269 millions d'euros mobilisés), et permis la création ou la sauvegarde de plus de 35.600 emplois.

Depuis près de trente ans, France Active propose son expertise financière aux structures de l'économie sociale et solidaire. Prêt, garantie bancaire, cofinancement de salaires... Tous les moyens sont bons pour faire grandir les entrepreneurs engagés sur l'ensemble du territoire. Tour d'horizon d'une méthode globale.

La réunion débute à 9 heures précises au 20
e étage d’une tour de Montreuil. Autour de la table, une dizaine de membres : banquiers, experts-comptables, représentants de collectivités locales ou encore délégués syndicaux. Le comité d’engagement national de France Active se tient une à deux fois par mois et l’exercice se répète dans ses 42 antennes régionales. Au cours de ces séances, le premier financeur de l’économie sociale et solidaire (ESS) choisit d’accorder ou non son soutien aux entreprises qui le sollicitent. Les candidats ou les chargés de mission responsables des dossiers défilent pour exposer atouts et points faibles. Sous les yeux du jury, une note d’expertise financière concernant chaque projet. En 2015, plus de 7 000 entreprises se sont ainsi vues accorder un financement pouvant aller jusqu’à 1,5 millions d’euros.

Bientôt 30 ans
1988 — Fondation de France Active par Claude Alphandéry
1991 — Création de la Société d’investissement France Active
1995 — Lancement de la filiale France Active Garantie
2001 — Christian Sautter, ancien ministre de l’Économie, devient président
2015 — Le réseau a financé plus de 7 000 entreprises « engagées » en un an
2016 — 7362 entreprises financées par le réseau, soit 5% de plus que l'année précédente. 
(Source : France Active)

De rares refus

Pas de vote à bulletin secret pour trancher. Après quelques questions aux porteurs de projet, les délibérations sont souvent informelles. "Le travail d’analyse a été fait en amont, donc les refus sont rares", assure Patrice Garnier, président de la Société d’investissement de France Active (SIFA). Le feu vert du comité peut être décisif pour les entrepreneurs. France Active sert d’aide au tour de table. Son verdict – positif ou négatif, avec d’éventuelles réserves – est généralement suivi par les autres acteurs du secteur.

Avec 21 millions d’euros récoltés en 2015 (15 millions en 2016, portant le capital de la SIFA à 156,6 millions d’euros), la SIFA se revendique comme le premier collecteur de l’épargne solidaire en France. L’année précédente, la somme a servi à investir dans 333 entreprises de l’ESS (342 en 2016). France Active possède par ailleurs une société de garantie d’emprunt bancaire (France Active Garantie) et gère certaines aides à la création d’entreprises par des chômeurs (France Active Financement), qui contribuent aussi à l’économie sociale.

Inverser la courbe

L’association a vu le jour en 1988, époque des grandes politiques de lutte contre l’exclusion, dont le lancement des entreprises d’insertion et le RMI. Son objectif : combattre le chômage par l’entrepreneuriat, en aidant des indépendants qui sécurisent ainsi leur propre emploi ou des structures de l’économie sociale capables de servir de sas aux chômeurs en difficulté. France Active identifie rapidement un obstacle : l’accès de ses cibles aux banques. D’où l’idée du fondateur, Claude Alphandéry, ancien de la Caisse des dépôts, d’ouvrir son carnet d’adresses pour les embarquer avec lui. La plupart des grands réseaux sont désormais présents au capital de France Active.

Aujourd’hui, les dossiers remontent via les 42 Fonds territoriaux de l’association. Dans les locaux en brique rouge de la CCI d’Évry, Julien Daniel, chargé de mission ESS pour Essonne Active, reçoit les entrepreneurs envoyés par le conseil départemental, l’agglomération, les dispositifs locaux d’accompagnement, ou par le simple bouche-à-oreille. La première étape consiste à établir avec les postulants divers documents, dont les comptes prévisionnels et un plan de trésorerie. "C’est parfois un exercice difficile, mais on y travaille avec eux, explique-t-il. Cela nous permet d’établir des hypothèses de développement."

Une fois ces étapes bouclées, les chargés de mission rédigent la fameuse synthèse soumise au comité d’engagement soit au niveau local, soit lors des réunions mensuelles au siège de Montreuil pour les projets les plus ambitieux. Une note également appréciée des banques. "Les réseaux bancaires sont friands de notre expertise, car ils connaissent moins bien que nous le monde associatif", estime Anne-Maryse Van Der Slikke, chargée de mission à Essonne Active. France Active accorde généralement des prêts pour cinq ans, avec un différé possible. Les chargés de mission affirment avoir peu d’impayés, même si le risque existe face à des imprévus, comme la disparition de subventions.

France Active en 2016
35.698 Les emplois créés ou sauvés
15 millions d’euros L’épargne solidaire collectée par la Société d’investissement France Active
269 millions d’euros La somme mobilisée au service des entrepreneurs 
48% Pourcentage de femmes accompagnées par France Active

Financer tous les entrepreneurs engagés

En mai 2014, Pierre Garnier était encore le seul membre de la Fabrique à neuf, une ressourcerie de l’Essonne fondée pour offrir une seconde vie aux objets. Deux ans plus tard, cet ancien commercial dirige trois boutiques et emploie 16 contrats aidés. "J’aurais même de quoi faire travailler 50 personnes", lance-t-il depuis son bureau de Corbeil-Essonnes. Trente mille euros d’apport de France Active lui ont permis de se lancer. L’association a aussi garanti à hauteur de 65 % un prêt bancaire du même montant. Au fond de son entrepôt, une machine importée d’Italie broie des câbles électriques pour isoler le cuivre et le réduire en une poudre qui se monnaye autour de 4 000 euros la tonne. Une nouvelle activité lucrative lancée grâce au "Fonds de Confiance"(*) : cette fois, France Active a cofinancé une étude de faisabilité, par une subvention qui comprend également le salaire de l’employé chargé de développer la filière.

Les projets soutenus par l’association ne disposent pas tous d’un agrément Entreprise solidaire d’utilité sociale (ESUS), même si les comités d’engagement peuvent demander son obtention avant de valider les projets. L’association préfère inclure tous les "entrepreneurs engagés". Une notion vague, mais assumée par France Active. "On observe une porosité de plus en plus forte entre les entreprises classiques et sociales, défend Denis Dementhon, son directeur général. Les entrepreneurs sont nombreux à se dire que, en plus de dégager un revenu, ils veulent que leur activité ait du sens, en travaillant par exemple en circuit court ou en recrutant des personnes en difficulté. Il ne faut pas mettre de barrières à ces bonnes volontés." À l’avenir, France Active, qui a publié sa stratégie à l’horizon 2020, compte travailler sur la mesure de l’impact social et environnemental des projets et aller plus loin dans le soutien à leur changement d’échelle. Sans oublier de "mobiliser encore plus largement autour de l’épargne solidaire, conclut Denis Dementhon, car elle reste le nerf de la guerre".

 

(*) Le Fonds de confiance: 1.5 million d’euros pour favoriser l’émergence des pépites de l’ESS
"En 2016, 91 projets de nouvelles entreprises solidaires (+ 14% par rapport à 2015) ont bénéficié du programme Fonds de confiance pour un montant de 1 563 749 euros. Avec ce programme, France Active a choisi d’intervenir dans la phase critique d’émergence d’un projet d’entreprise de l’Économie sociale et solidaire avec un objectif : faire émerger les pépites de l’ESS. Grâce à ses mécènes et à la Caisse des dépôts, le Fonds de Confiance apporte une subvention prenant en charge le salaire du porteur de projet jusqu’à 20 000 euros par projet."
(source : France Active)


 

 

Article initialement publié dans le hors-série n°1 de Socialter consacré à la finance responsable et innovante . >> Retrouvez l'intégralité du numéro

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Énergie collaborative : Les réseaux de particuliers bousculent les réseaux électriques

    Énergie collaborative : Les réseaux de particuliers bousculent les réseaux électriques

    Achetez groupéOn connaissait les achats groupés pour (...)
    >
  • Nouveau N°21 : Comment les applis nous volent notre temps

    Nouveau N°21 : Comment les applis nous volent notre temps

    DOSSIER. COMMENT LES APPLIS NOUS VOLENT NOTRE TEMPS.  (...)
    >
  • Les applis au secours des sans-abri : l'action sociale ubérisée?

    Les applis au secours des sans-abri : l'action sociale ubérisée?

    Merci pour l’invit’ se veut une sorte d’Airbnb (...)
    >
  • Se battre pour une meilleure hygiène... de l'attention

    Se battre pour une meilleure hygiène... de l'attention

    Jamais nous n’avons été autant sollicités (...)
    >
  • A Istanbul, un espace de travail collaboratif pour une Turquie plus ouverte

    A Istanbul, un espace de travail collaboratif pour une Turquie plus ouverte

    À l’entrée de Bomonti, les sacs sont (...)
    >

TOP 5 contribution

  • L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    Être entrepreneur demande une curiosité permanente, un (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >
  • Crise agricole : et si les éleveurs avaient déjà la solution ?

    Crise agricole : et si les éleveurs avaient déjà la solution ?

    Aujourd’hui, en France, les producteurs de lait ne peuvent (...)
    >
  • Transformer son association en entreprise sociale : les 5 questions à se poser

    Transformer son association en entreprise sociale : les 5 questions à se poser

    Depuis 2011, Advise for Change met en relation des jeunes (...)
    >
  • Réconcilier l'économique et le social : la mission des intrapreneurs

    Réconcilier l'économique et le social : la mission des intrapreneurs

    En période de crise, la tentation de chercher un coupable (...)
    >