Les travailleurs indépendants heureux sont ceux qui ont choisi de l'être

Les travailleurs indépendants heureux sont ceux qui ont choisi de l'être

Le travail en freelance n'est pas une fatalité pour les deux-tiers des travailleurs, c'est même une grande source d'épanouissement professionnel pour la plupart d'entre eux. C'est ce que révèle une étude réalisée par le McKinsey Global Institute.

Vendeur sur Etsy, chauffeur pour Uber, adepte du service à la personne ou encore startupper… Si le travail en freelance n’est pas un phénomène nouveau, il est certain que le numérique lui a donné un nouveau souffle en lui permettant de toucher plus d’individus, consommateurs ou travailleurs. Alors que le salariat est encore la forme de travail la plus répandue, le McKinsey Global Institute du célèbre cabinet de conseil en stratégie a réalisé une enquête sur les freelances pour mieux cerner les enjeux de cette forme de travail qui tend à se développer à vitesse grand V.

L’enquête réalisée dans six pays différents, entre l’Europe et les Etats-Unis, démontre que 20 à 30% des travailleurs de ces régions sont aujourd’hui indépendants, soit 162 millions d’individus en tout. Dans cette étude, la définition du freelance est assez large : elle inclut une grande autonomie, le paiement à la tâche, à la mission ou à la vente et une relation très brève avec le client. Cette définition englobe également les individus qui tirent un revenu de la vente ou la location d’un bien ou d’un service. En France, on compte donc 13 millions d’indépendants d’après cette définition.

Être ou ne pas être

Ces travailleurs indépendants se divisent en quatre catégories. D’abord, les “agents libres” (30% des freelances sur l’ensemble des pays) qui ont choisi leur situation et tirent leur première source de revenu de cette activité. Ensuite, les indépendants occasionnels (40%) qui choisissent de compléter leur revenu issu d’une autre activité par ce modèle. 14% des travailleurs indépendants entrent dans la troisième catégorie, celle des “réticents”. Ils tirent leur premier revenu d’un travail indépendant mais n’en ont pas fait le choix. S’ils en avaient la possibilité, ils préféreraient être salariés. Et enfin, environ 16% sont “piégés financièrement” : obligés de trouver une source de revenu supplémentaire par le travail indépendant, par besoin financier.



Naturellement, les personnes exerçant une activité professionnelle indépendante par choix (les agents libres et les indépendants occasionnels) sont les plus épanouies dans leur vie professionnelle. Ils apprécient particulièrement la liberté liée à cette condition : les horaires flexibles, l’indépendance, la créativité, les opportunités, l’ambiance… De manière générale, ils se sentent même plus satisfaits de leur vie professionnelle que les travailleurs salariés. D’ailleurs, selon l’étude, un salarié sur six aimerait devenir indépendant. A l’inverse, il ne faut pas oublier qu’un tiers des travailleurs indépendants subissent cette situation. Ils regrettent notamment l’insécurité liée à leur revenu et à son niveau.

De plus en plus de travailleurs indépendants

Le numérique a pris une part importante dans l’activité des travailleurs indépendants. Selon l’étude, 15% d’entre eux utiliseraient les plateformes en ligne. Mais cela pourrait augmenter encore grâce, notamment, aux nombreux avantages de ces dispositifs : la mise en relation très simple et à grande échelle entre les clients et les freelances, l’immédiateté de cette connexion et la possibilité d’établir une relation de confiance grâce aux informations disponibles sur la plateforme.



L’étude suggère également que le nombre de travailleurs indépendants pourrait augmenter dans les années à venir. En plus des mutations provoquées par le numérique, cette tendance s’explique par trois facteurs. D’abord, les aspirations des salariés à devenir indépendants. Ensuite, la part importante de chômeurs qui souhaiteraient devenir freelances pour avoir la possibilité de travailler. Et enfin, la demande croissante de services indépendants de la part des consommateurs ou des organisations.

Selon l’enquête du McKinsey Global Institute, le travail indépendant offre des avantages à l’économie en faisant baisser le chômage, en permettant la présence de chacun sur le marché du travail, en stimulant la demande et en augmentant la productivité. Mais cela implique de nombreuses évolutions pour rendre ces activités réellement accessibles à tous dans des conditions justes et décentes, notamment en ce qui concerne la régularité de ses revenus, l’accès au crédit, à la formation et à la protection sociale.


 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Isolez votre casserole pour fermer une centrale nucléaire

    Isolez votre casserole pour fermer une centrale nucléaire

    L’histoire commence par une froide matinée de (...)
    >
  • Loin d'être si

    Loin d'être si "écolo", les LED sont un fléau pour la biodiversité

    Une chaude nuit d’été. Vous profitez du ciel (...)
    >
  • Hélène Médigue :

    Hélène Médigue : "Ce ne doit pas être une ségrégation de manger sainement"

    Quel a été le point de départ de On a 20 ans (...)
    >
  • La vie est Belt : des pneus usagés en guise de ceinture

    La vie est Belt : des pneus usagés en guise de ceinture

    Transformer des pneus de vélos usagés en ceintures, (...)
    >
  • CleanCup, la machine qui éradique les gobelets jetables

    CleanCup, la machine qui éradique les gobelets jetables

    C’est au cours de ses études à l’EM Lyon (...)
    >

TOP 5 contribution

  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • [Tribune]

    [Tribune] "Refonder le pacte démocratique par l'économie sociale et solidaire avec Benoît Hamon"

    Cette élection présidentielle exprime et (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >