Le Fairphone est durable, si l'utilisateur l'est

Le Fairphone est durable, si l'utilisateur l'est

Le Fairphone, ce smartphone durable et facilement réparable, peut réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30% sur la totalité de sa durée de vie... Une condition : que l'utilisateur adopte lui-même un comportement durable.

Consommer moins d’huile de palme pour freiner la déforestation, manger bio pour limiter l’usage des pesticides, prendre les transports en commun pour faire baisser la pollution… Chacun rêve d’améliorer le monde et cherche à agir à son échelle. Pourtant, la plupart d’entre nous avons, dans notre poche, un des objets les moins éthiques et durables : le smartphone. Mais, en tant que consommateur ayant des responsabilités, seriez-vous prêt à dépenser la modique somme de 500 euros pour un téléphone plus en accord avec vos valeurs?

En tant que lecteur assidu de Socialter, vous avez sans doute dévoré l’article sur le Fairphone, paru dans le numéro 19 du magazine. Ce téléphone au design modulaire se revendique durable. Mais comment savoir s’il est réellement plus éthique et durable que les autres modèles en vente? L’entreprise Fairphone elle-même s’est posée la question. Et c’est l’institut d’experts indépendants Fraunhofer IZM qui a cherché la réponse. Le bilan : le Fairphone est durable à condition de pouvoir compter sur un consommateur impliqué dans une démarche elle aussi durable.



Réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre pour ce smartphone…

Pour déterminer la durabilité du FairPhone, l’institut a mené une étude pendant six mois pour déterminer l’impact environnemental du téléphone. Les résultats, obtenus à l’aide de données disponibles, d’hypothèses et des scénarios probables, prennent en compte la totalité de son cycle de vie, de sa conception à sa fin de vie (extraction des matières premières, fabrication, utilisation, transport). Ils se sont également concentrés sur quatre critères différents : son impact sur le changement climatique, l’épuisement des ressources naturelles et son caractère toxique pour l’Homme.

Finalement, le Fairphone peut réduire de 30% ses émissions de gaz à effet de serre, grâce notamment à son design modulaire. Mais tout dépend de l‘usage qu’on en a : il ne suffit pas d’acheter un téléphone dit “éthique et durable” pour que son bilan écologique soit moins mauvais. La fabrication du Fairphone est responsable de 82% des émissions. Comme pour la plupart des smartphones, cette phase du cycle de vie est la plus lourde pour l'environnement. La différence se fait donc dans la durée d’utilisation.

… A condition de l’entretenir jusqu’au bout

En entretenant bien son téléphone, le Fairphone peut durer minimum cinq ans. Comparé à un smartphone remplacé tous les 18 mois en moyenne, cela réduit beaucoup son impact pour la planète. Et l’entretien n’est pas difficile : les pièces de rechange et la manipulation facile de ses composants sont censés rendre sa réparation accessible à tous. Dans 95% des cas selon l’étude, elle s’effectue d’ailleurs sans problème.



La durabilité du FairPhone dépend donc beaucoup du comportement du consommateur : rien ne sert d’avoir un Fairphone si ce n’est pas pour le faire durer. L’entreprise rappelle donc les grands principes à respecter pour limiter l’impact de son téléphone : le garder le plus longtemps possible, le réparer ou encore retarder les mises à jour, sans chercher à toujours avoir le dernier gadget à la mode.

Dernier conseil de l'entreprise pour les plus convaincus : en parler autour de soi et convaincre de nouveaux utilisateurs de se convertir au Fairphone. Naturellement, par ce type d’études, l’entreprise a bien conscience que le Fairphone n’est pas parfait, même s’il est déjà moins polluant que les autres smartphones. Elle a donc tout intérêt à compter sur le soutien des consommateurs.  Plus l’entreprise en vendra, plus elle pourra continuer ses recherches pour le rendre encore plus performant d’un point de vue écologique…

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Transition écolo : les étudiants des grandes écoles veulent secouer le CAC40

    Transition écolo : les étudiants des grandes écoles veulent secouer le CAC40

    Il y a un mois, lors de la remise des diplômes de la (...)
    >
  • Pinçon-Charlot : les gilets jaunes, ou la revanche des derniers de cordée

    Pinçon-Charlot : les gilets jaunes, ou la revanche des derniers de cordée

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >
  • Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    DOSSIER   Sevrons l'agriculture !   Sortir de (...)
    >
  • Au-delà du concept, le social business prend-il racine en France ?

    Au-delà du concept, le social business prend-il racine en France ?

    Un article en partenariat avec REC Innovation et le Club Social (...)
    >
  • Enzo Lesourt : face à l'anthropocène, le politique doit forger de nouveaux imaginaires

    Enzo Lesourt : face à l'anthropocène, le politique doit forger de nouveaux imaginaires

    Cet article a été initialement publié dans notre (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • "Visage du Maroc" : une plateforme pour mettre en avant les entrepreneuses marocaines

    Le thème des femmes entrepreneurs est un sujet de plus en plus (...)
    >