Les salariés prêts à s'impliquer plus dans l'entreprise responsable, malgré une méconnaissance de la RSE

Les salariés prêts à s'impliquer plus dans l'entreprise responsable, malgré une méconnaissance de la RSE

La majorité des salariés connaissent peu la stratégie de RSE au sein de leurs entreprises, mais s'ils en étaient mieux informés, ils seraient prêts à s'engager plus, d'après une étude réalisée par Ekodev et Des Enjeux et des Hommes. En partenariat avec l'institut de sondage ViaVoice, ils ont interrogé plus de mille salariés sur leur perception de la RSE.

La responsabilité sociétale des entreprises ou RSE est l’idée selon laquelle les entreprises doivent “contribuer au développement durable” en intégrant les préoccupations sociales, environnementales et économiques dans leurs activités.

De plus en plus d’entreprises passent aujourd’hui d’une RSE “subie” ou “pour la com à une RSE active devenant stratégique pour leur business, l’innovation, l’attraction et la rétention des talents. Oui mais voilà, les contours de la RSE sont flous et cette notion est encore trop méconnue des salariés eux-mêmes et du grand public. D’où l’intérêt d’y voir plus clair avec des études comme celle-ci.

Parmi les personnes interrogées, 55% travaillent dans une entreprise dotée d’une stratégie de RSE, et cependant, les deux-tiers n’ont pas su en donner la définition, et seulement 3% étaient capable de la décrire dans sa globalité. 44% des salariés ignorent comment la stratégie de RSE est élaborée au sein de l’entreprise, et 57% ne savent pas si les parties prenantes extérieurs sont impliqués dans la démarche.

Les salariés sont encore peu convaincus de la capacité transformatrice de la RSE, qui est perçue avant tout comme un exercice de communication (pour 21% des répondants) ou de gestion de risques (55%), ou alors comme un moyen de s’assurer du respect des normes réglementaires (45%). Seulement 20% considèrent que cela permet d’améliorer la performance de l’entreprise, d’attirer des talents (12%) ou de stimuler l’innovation (20%).

Envie de savoir et de s’engager davantage

Aujourd’hui, 67% des salariés ne sont pas engagés dans une action de RSE – seulement 5% se sentent totalement impliqués. Le frein principal à l’engagement semble être le manque d’informations: 31% des salariés ressentent le besoin de formations sur les thèmes abordés, et 38% voudraient mieux connaître la stratégie de l’entreprise et le lien avec son métier.

Malgré le manque de clarté sur la RSE, 6 salariés sur 10 souhaiteraient s’impliquer davantage. Ils sont motivés avant tout pour des raisons d’accomplissement personnel et de sens au travail: 41% des personnes interrogées considèrent que la RSE est une occasion de donner du sens à son métier et de devenir acteur du changement. Pour 37%, cela serait aussi un moyen de prendre des responsabilités et d’être reconnu au sein de son entreprise.


 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Transiscope : la carte des alternatives près de chez vous

    Transiscope : la carte des alternatives près de chez vous

    Même avec la meilleure volonté du monde, il (...)
    >
  • David Graeber : le revenu universel, remède aux jobs à la con ?

    David Graeber : le revenu universel, remède aux jobs à la con ?

    David Graeber, la rock star de l’anarchisme. Une rock star (...)
    >
  • "Il existe deux Internets : celui des "précurseurs" et celui des classes populaires"

    Cet article a été publié initialement sur (...)
    >
  • Le n°31 en kiosque le 10 octobre ! Sommaire

    Le n°31 en kiosque le 10 octobre ! Sommaire

    DOSSIER   "Pas de quartier pour les prolos!". (...)
    >
  • [Entretien] Low-tech Lab :

    [Entretien] Low-tech Lab : "fédérer autour de l'innovation qui a du sens"

    Tu as suivi une formation d’ingénieur classique avant (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Episode 1/5. Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Au programme de l'école du XXIe siècle: cours de créativité, d'empathie et de connaissance de soi.

    Créativité, connaissance de soi, (...)
    >
  • Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    Crème de la Crème : quand les échanges entre générations relancent l'innovation

    [Contenu sponsorisé]La majorité des moments forts et (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >