Pour lutter contre le chômage des jeunes, il faut

Pour lutter contre le chômage des jeunes, il faut "fermer le robinet à décrocheur"

Le chômage des jeunes en France ne recule pas, particulièrement pour les individus les moins qualifiés. Pour lutter contre ce fléau touchant près de 17% des 15-29 ans, la solution, pour l'OCDE, passer par une lutte renforcée contre le décrochage scolaire.

Le chômage des jeunes est toujours une problématique majeure au sein des pays de l’OCDE (organisation de coopération et de développement économiques), et particulièrement dans l’Hexagone. Contrairement à la plupart des pays membres, le chômage des 15-29 ans en France n’a pas baissé et s’élève actuellement à 16,6%, soit 1,8 million de jeunes sans emploi en 2015. C’est ce que révèle l’édition 2016 du Panorama de la société, réalisé par l’OCDE. Un chômage qui touche particulièrement les individus peu qualifiés.

Actuellement, parmi les jeunes chômeurs, 39% n’ont pas le bac et 45% n’ont pas terminé le lycée. Un chiffre près de “trois fois plus élevé que pour les jeunes diplômés” (16%), explique Stéphane Carcillo, économiste à l’OCDE. Et dans cette situation, le chômage est durable. Pour près des trois quarts des jeunes gens sans emploi et hors du système scolaire, cette période d’inactivité dure sept mois a minima.

Une fois le diagnostic posé, l’OCDE propose un remède : pour lutter contre le chômage des jeunes, “il faut fermer le robinet à décrocheur”, recommande Stéphane Carcillo. En France, le taux de décrochage scolaire (c’est-à-dire le pourcentage de jeunes qui ne parviennent pas à terminer le deuxième cycle de l’enseignement secondaire) s’élève à 14,5%. Un chiffre inférieur à la moyenne de l’OCDE mais bien plus élevé que dans les pays les plus performants, comme les États-Unis, la Suisse ou l’Autriche, dont on peut tirer des exemples.

“Fermer le robinet à décrocheur”
L’OCDE est favorable à l’idée de rendre la scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans, puisque cela permettrait notamment de ne pas perdre les jeunes de vue. Un contrôle systématique de la fréquentation scolaire permettrait de mieux identifier les plus vulnérables. En Suède, les établissements de cycle secondaire doivent déclarer les élèves de moins de 20 ans sortis prématurément du système éducatif. La Norvège est également citée en exemple avec ses Follow Up Services. Depuis 1994, grâce à ce dispositif, les services sociaux sont envoyés à la rencontre des jeunes qui commencent à ne plus aller en cours.

L’OCDE encourage également les pays à motiver les potentiels décrocheurs à s’accrocher à un projet professionnel. Au Danemark, on a sorti les conseillers d’orientation des écoles pour les placer dans des Municipal Youth Guidance Centres. Là-bas, les jeunes peuvent recevoir des conseils pour réussir à reprendre une formation ou à s’insérer sur le marché du travail. Aux États-Unis, avec les Career Academies, les jeunes sont mis en relation avec des professionnels dans le but de les motiver à suivre une voie et finir le lycée. Au Japon, les jeunes non scolarisés sont directement placés en entreprise, en emploi ou en apprentissage avant la sortie du lycée.

La motivation est un élément clé pour permettre aux jeunes décrocheurs de suivre une nouvelle formation pour s’insérer. Mais encore faut-il être en mesure de leur offrir cette formation qualifiante. Aux Etats-Unis, le National Guard Youth Challenge est un long programme qui offre une remise à niveau aux jeunes et consacre une bonne partie du temps à construire leur motivation. Le programme Job Corps donne l’opportunité aux décrocheurs d’apprendre un métier pour ensuite s’insérer sur le marché du travail. En Europe, on peut citer les Folk Schools en Suède ou en Norvège. “Ces établissements sont assez semblables et montrent qu’on peut le faire en Europe. Cela ressemble aux Écoles de la 2ème chance, mais il y a beaucoup plus de places dans ces programmes.”

De manière générale, accentuer le suivi des jeunes les plus vulnérables et les connecter au marché du travail permettrait de réduire le décrochage scolaire. Au sein de l’OCDE, les pays les plus performants dans la lutte contre les sorties prématurées du système scolaire sont ceux dans lesquels les jeunes cumulent travail (job d’étudiant ou apprentissage) et études. Dans les pays à forte tradition de formation en apprentissage, comme l’Autriche, l’Allemagne ou la Suisse, ce modèle d’enseignement a su faire ses preuves. “La raison est simple : l’apprentissage permet de créer un lien privilégié entre un jeune en particulier et une entreprise. Elles les prennent en apprentissage pour les former et les garder ensuite”, explique l’économiste.

“L’important est d’accompagner les plus défavorisés”, conclut Stéphane Carcillo. En les motivant, en leur offrant une formation et une voie alternative à l’école pour qu’ils s’insèrent sur le marché du travail. Car ce sont les plus susceptibles de subir une longue période d’inactivité. “Au vu des statistiques, les jeunes diplômés vont finir par arriver à bon port, cela va juste leur prendre plus de temps.”


 

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Une application pour démocratiser la permaculture.

    Une application pour démocratiser la permaculture.

    Depuis les années 70, de plus en plus d'agriculteurs et de (...)
    >
  • Étincelle veut rendre l'innovation accessible aux 15-25 ans de tous milieux sociaux.

    Étincelle veut rendre l'innovation accessible aux 15-25 ans de tous milieux sociaux.

    Auto-censure, manque d’information ou méconnaissance des (...)
    >
  • Il parcourt le monde pour enquêter sur la nature humaine

    Il parcourt le monde pour enquêter sur la nature humaine

    Attablé en terrasse devant une citronnade, le teint (...)
    >
  • Cette moquette qui absorbe l'urine pourrait changer la vie dans les camps de réfugiés.

    Cette moquette qui absorbe l'urine pourrait changer la vie dans les camps de réfugiés.

    Au sol, elle ressemble à une vulgaire dalle en plastique (...)
    >
  • L'entreprise qui veut démocratiser l'agriculture biologique au Burkina Faso

    L'entreprise qui veut démocratiser l'agriculture biologique au Burkina Faso

    En Afrique de l’Ouest, l’utilisation de pesticides et (...)
    >

TOP 5 contribution

  • L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    L'entrepreneur positif : le nouvel animal du XXIe siècle

    Être entrepreneur demande une curiosité permanente, un (...)
    >
  • "Faire du profit pour faire du profit ne nous séduit plus!" Le cri de 500 étudiants.

    Parmi notre génération d’étudiants, (...)
    >
  • "Pourquoi j'ai choisi de vivre zéro déchet." Aline, 22 ans, adepte de micro-écologie.

    Dans nos sociétés hygiénistes, les (...)
    >
  • Autisme: une école pour tous, vite !

    Autisme: une école pour tous, vite !

    "Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." En (...)
    >
  • Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Les intrapreneurs, ces gangsters de l'entreprise

    Des héros ? Oui, car les intrapreneurs mènent des (...)
    >