Professeurs, enseignons la solidarité !

Professeurs, enseignons la solidarité !

« Travailler dans une association c'est être bénévole », « la solidarité c'est faire un don à une ONG », « l'entreprise ne sert qu'à enrichir ses actionnaires »... Et si nous offrions aux jeunes une vision moins réductrice de l'économie sociale et solidaire ?

Pour répondre à la multitude de défis sociaux, économiques et environnementaux auxquels nous sommes confrontés, les entrepreneurs sociaux apportent des solutions innovantes qui replacent l’Homme au cœur des préoccupations. Mais si nous voulons changer d’échelle et diffuser cet esprit entrepreneurial au plus grand nombre, n’est-il pas urgent de miser dès aujourd’hui sur les jeunes qui construiront le monde de demain ?

L’Éducation nationale semble déjà aller dans ce sens avec l’intégration de notions telles que le développement durable et l’économie sociale et solidaire dans les programmes scolaires. Les initiatives destinées à sensibiliser les jeunes à cette nouvelle vision de l’économie se multiplient.

C’est par exemple le cas du projet Ma classe solidaire, qui propose aux enseignants un kit pédagogique afin d’aborder avec leurs élèves les volets économiques et sociaux du développement durable : les Objectifs pour le développement, la solidarité internationale, l’économie sociale et solidaire, la microfinance… Le kit est structuré en trois grandes parties : « Connaître », « Expérimenter », « Agir ».

« Quels enfants allons-nous laisser à notre monde ? »


Il s’agit d’une véritable boîte à outils qui permet entre autres de passer à l’action en soutenant financièrement un entrepreneur sur Babyloan.org, une plateforme de crowdfunding spécialisée en microcrédit solidaire et destinée aux micro-entrepreneurs (de pays en développement ou de France). Les jeunes deviennent alors citoyens engagés : ils montent un projet de collecte, choisissent le micro-entrepreneur qu’ils souhaitent soutenir et deviennent ambassadeurs de la solidarité dans leur établissement.

Cette initiative permet de fédérer les élèves d’une classe autour d’une cause et de les responsabiliser sur un projet à forte utilité sociale. Il donne également aux jeunes la possibilité de s’approprier les nouvelles technologies en expérimentant le financement participatif, ainsi que de découvrir une forme solidarité innovante, le prêt philanthropique.

S’il faut se préoccuper de l’état du monde que nous souhaitons léguer à nos enfants, la question est aussi de savoir « quels enfants allons-nous laisser à notre monde ? », comme le souligne Philippe Meirieu, spécialiste des sciences de l'éducation. Ils sont les citoyens, travailleurs, décideurs, consommateurs et acteurs économiques du monde demain. Ils ont la créativité et l’envie de changer les choses. Donnons-leur les clés et les moyens pour construire un monde plus responsable.

 

Florence de Maupeou (@flodemaupeou) est directrice de Babyloan networks et membre de Financement Participatif France, ECN et Youth We Can.





 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Faut-il manipuler les gens pour « sauver la planète » ?

    Alors même qu’il est nécessaire et urgent, dans (...)
    >
  • Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Michel Lussault : « La géographie du virus suit celle de l'urbanisation planétaire »

    Depuis le début du confinement, vous publiez une chronique (...)
    >
  • Portraits d'« Invisibles » : le quotidien d'éboueurs pendant le confinement

    Portraits d'« Invisibles » : le quotidien d'éboueurs pendant le confinement

    [INVISIBLES #3] - Éboueur de Caroline (...)
    >
  • La crise sanitaire fragilise encore davantage la situation des personnes handicapées

    La crise sanitaire fragilise encore davantage la situation des personnes handicapées

    « Avant le confinement, j’avais minimum trois (...)
    >
  • La culture en miettes

    La culture en miettes

    Fermeture des salles de concert, cinémas, cafés, (...)
    >

TOP 5 contribution

  • Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation !

    Low-tech : avouons que le terme n’est pas, de prime abord, (...)
    >
  • Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Monnaies locales : 10 leviers pour les développer à grande échelle

    Le succès du film « Demain » a (...)
    >
  • Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Pour en finir avec l'impuissance, développons ensemble une fabrique des transitions territoriales

    Le Covid-19 sonne le glas du modèle actuel de globalisation (...)
    >
  • Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Zoonoses : que nous apprend le Covid-19 sur l'état de la biodiversité ?

    Un article à retrouver sur The Conversation Le monde est (...)
    >
  • Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Rien ne motive le confinement de la nature : pour une réouverture des espaces verts en ville

    Le confinement des parcs, squares, jardins, espaces verts et (...)
    >