Bridge for Billions : l'incubateur en ligne pour entreprendre aux quatre coins du monde

Bridge for Billions : l'incubateur en ligne pour entreprendre aux quatre coins du monde

La très grande majorité des incubateurs aujourd'hui proposent aux entrepreneurs de rejoindre leur centre pour pouvoir booster leur projet. Mais comment ça se passe quand on est loin de ces centres et qu'on n'a pas forcément le temps ou les moyens de se déplacer ? On se fait incuber en ligne, tout simplement !

Au premier abord, on peut penser qu'il s'agit d'un incubateur comme les autres. Mais Bridge for Billions a la particularité de fonctionner uniquement en ligne. Sur le site, disponible en anglais, en espagnol et bientôt en français, des outils de formation interactifs sont mis à disposition des créateurs d’entreprise : comment développer son business model, établir ses projections financières, dresser une carte des concurrents, améliorer son pitch...

À 26 ans, c’est le jeune entrepreneur Pablo Santaeufemia qui gère la plateforme. Après avoir fait ses études aux États-Unis puis passé une année complète à sillonner les pays du monde en bateau pour suivre des cours dans une ville différente chaque semaine (!), Pablo s'est rendu compte de l'importance de l'entrepreneuriat, et pas seulement dans les pays développés : “Les entrepreneurs locaux savent déjà répondre aux besoins de leur pays”, affirme-t-il. Ils doivent rester sur place et embaucher de la main d’oeuvre locale ; pas besoin d’importer les technologies d’autres continents.
 

Il a donc décidé de monter un service d'aide aux entrepreneurs, qui a pour principe de n'exclure aucune initiative. Avec trois autres cofondateurs, Jessica Kou, conceptrice en chef, et Edgar Salazar, directeur technique, il a créé Bridge For Billions. En tant que responsable de la structure, Pablo coordonne les activités de ses 12 collaborateurs. L’incubateur en ligne se développe aujourd’hui au sein de l’Impact Hub de Madrid, un immense espace de coworking où de nombreuses initiatives sociales voient le jour.

 

Travailler en plein centre-ville, sous les cocotiers, ou perdu dans la campagne

Le fonctionnement de l'incubateur repose sur l'échange entre les entrepreneurs clients et les 40 mentors disponibles sur la plateforme. Provenant de 16 pays différents, chaque mentor encadre un entrepreneur et partage son expérience en entrepreneuriat.

Ce modèle permet à Bridge for Billions d'incuber des entreprises non seulement en Europe, mais également sur tous les continents (États-Unis, Nigeria, Ghana, Inde, Mexique...). L'incubateur soutient actuellement vingt projets, dont Boomers International, une jeune entreprise qui produit des vélos en bambou au Ghana tout en boostant l'emploi, l'éducation et l'économie du pays. 
 


La plateforme a également pour avantage de proposer des tarifs attractifs. Le programme d'incubation de 3 mois avec mentor coûte 350 dollars au total. Les 100 premiers mentors peuvent bénéficier du service gratuitement en postulant à
cette adresse e-mail, mais ils peuvent aussi aider à maintenir les prix bas pour les entrepreneurs en payant un abonnement annuel de 50 dollars.

Bref, vous voulez monter votre entreprise positive au Sri Lanka, au Burkina Faso ou à Montbrison ? Bridge for Billions vous soutiendra où que vous soyez !

En savoir plus : bridgeforbillions.org

En partenariat avec Socialter, Astrid, Margaux et Alexandre font un tour d'Europe de l'entrepreneuriat social.

 

Abonnez vous !
Où trouver SOCIALTER en kiosque ?

TOP 5 stories

  • Face à la pollution lumineuse, des communes françaises se mobilisent

    Face à la pollution lumineuse, des communes françaises se mobilisent

    Les citadins le savent bien : le ciel étoilé est en (...)
    >
  • Transition écolo : les étudiants des grandes écoles veulent secouer le CAC40

    Transition écolo : les étudiants des grandes écoles veulent secouer le CAC40

    Il y a un mois, lors de la remise des diplômes de la (...)
    >
  • Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    Le N°33 de Socialter sort en kiosque le 8 février ! Sommaire

    DOSSIER   Sevrons l'agriculture !   Sortir de (...)
    >
  • Au-delà du concept, le social business prend-il racine en France ?

    Au-delà du concept, le social business prend-il racine en France ?

    Un article en partenariat avec REC Innovation et le Club Social (...)
    >
  • Pinçon-Charlot : les gilets jaunes, ou la revanche des derniers de cordée

    Pinçon-Charlot : les gilets jaunes, ou la revanche des derniers de cordée

    Cet article a été initialement publié dans le (...)
    >

TOP 5 contribution

  • [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    [Tribune] Philippe Bihouix : contre l'ouverture de mines de terres rares en France

    Nous pensions entrer dans une ère heureuse de (...)
    >
  • "Nous voulons des coquelicots": une pétition contre les pesticides

    NOUS VOULONS DES COQUELICOTS Appel des 100 pour l’interdiction (...)
    >
  • La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France bientôt championne de la vente en vrac ?

    La France est aujourd’hui le pays le plus (...)
    >
  • Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Et si comme la Pop culture, l'économie sociale et solidaire devenait mainstream?

    Un peu de fraîcheur en guise de "starter" : qu'est-ce que la (...)
    >
  • "Visage du Maroc" : une plateforme pour mettre en avant les entrepreneuses marocaines

    Le thème des femmes entrepreneurs est un sujet de plus en plus (...)
    >